Auberge du Mont des Cats

Il y avait beaucoup de « cabarets » dans la région (une soixantaine simplement pour le village de Godewaersvelde). Le terme de cabaret pourrait être traduit dans la langue usuelle locale d’aujourd’hui par « estaminet ».
Il y avait un cabaret sur le Mont des Cats, propriété d’un certain Monsieur Vandenbrouck.  Ce cabaret avait mauvaise réputation.
Dès 1833 Père Nil fit construire un autre cabaret, un peu en retrait du monastère, afin d’y accueillir les visiteurs et les dames qui ne pouvaient loger dans l’hôtellerie du Prieuré.  La première auberge, selon que l’on peut voir sur la photo de 1875, est modeste, pour ne pas dire misérable.  Il s’agit d’une petite maison à trois fenêtres en façade et un bâtiment de dépendances plus petit accolé sur la gauche.  Sur une photo du monastère vers 1840 on voit émerger la toiture de l’auberge qu-dessus de la première hôtellerie en pierre construite également en 1833 par Père Nil.
Père Athanase Itsweire put racheter le cabaret de Mr. Vandenbrouck, et il le fit détruire, afin d’effacer définitivement la mauvaise réputation de ce lieu.
En 1880, le cabaret du monastère est décrit comme suit dans un acte : « Cet immeuble comprend une maison à usage de cabaret et de magasin d’épices, des bâtiments de ferme et des terres ».
Lorsqu’on reconstruisit l’abbaye en 1892-1894, on reconstruisit également l’auberge.  On le voit sur une photo prise depuis le Mont de Boeschepe où, derrière une maison au toit de chaume on entrevoit le sommet du Mont des Cats.  Le gros-plan sur le sommet du Mont permet de découvrir à l’avant-plan la construction de la nouvelle Auberge à côté de l’ancienne.  La cheminée est encore entourée d’un échafaudage en forme de croix.  Derrière l’auberge on découvre la construction de la toiture de l’aile Nord de l’abbaye, tandis que les bâtiments du monastère de 1847 sont encore debout.  Une photo de la foule devant l’auberge pendant les « portes ouvertes » de 1898 permet de voir la « nouvelle hôtellerie », tandis que la suivante, prise contre l’auberge vers l’abbaye photographie en même temps la petite façade de l’auberge et son appentis.
Un plan cadastral de 1900 permet de se faire une idée de la taille de la nouvelle auberge qui avait, elle aussi, des bâtiments annexes de type bâtiments de ferme.  L’auberge s’appelle alors « Le Grand Cabaret ».  C’est là que furent vendus la bière et les produits laitiers du monastère. Ce bâtiment servait également d’auberge pour les voyageurs et les visiteurs.
Le bâtiment s’appela « Estaminet Benault » avant et après la guerre 1914-1918.  Après réparation des dégâts de la guerre, le bâtiment devint « Au Grand Estaminet ».

Dans les années 1950 l’Estaminet devint « Hôtel Restaurant ».
En 1958 on y ajouta une aile supplémentaire, avec une grande salle pour des banquets, et de nouvelles chambres d’hôtel au-dessus. Le gérant était alors Mr Vanveuren, du Mont des Cats.
En 1977 Mr Pyck, qui gérait également le Kosmos sur le Mont Kemmel, acheta à Mr Vanveuren le fonds de commerce de l’Hostellerie du Mont des Cats.  Le service hôtellerie fut arrêté faute de pouvoir mettre les chambres aux nouvelles normes.  Monsieur Joseph Baczynski la géra pour le compte de Mr Pyck avant de racheter à son tour le fonds de commerce 10 ans plus tard.

Aujourd’hui Joseph et Carine Baczynski tiennent l’Auberge du Mont des Cats.  L’aile avec la salle de banquets et les chambres sont actuellement fermés tandis qu’un appartement de fonction a été réaménagé à l’étage du bâtiment d’origine dans les années 2000.

Pour visiter le site de l’Auberge, cliquez ici.

Voici quelques images du bâtiment au cours de sa longue existence.

Les commentaires sont fermés.