Fondation

Pour la fondation du Mont des Cats, deux religieux choristes, trois religieux convers et trois novices convers furent choisis par Dom Germain Gillon, Abbé du Gard, à savoir :
Le supérieur, Père Marie-Joseph Matton, qui était à ce moment aumônier des sœurs cisterciennes de Soleilmont près de Charleroi en Belgique.
Le Père Nil Van Hoecke, religieux profès, sous-diacre, qui est nommé cellérier.
Frère Philippe (Jean-Baptiste Denaux), né en 1767 à Tilloy (Somme), entré comme frère convers au Gard en 1822.
Frère Jean-Baptiste (Louis Mote), ne en 1767 près d’Ypres, entré comme frère convers au Gard en 1821.
Frère Alexandre (Alexandre Samyn), né en 1790, novice convers entré au Gard en 1825.  Il prononça ses vœux en la Fête-Dieu 1826 et mourut le 29 avril de l’année suivante, premier défunt de la jeune fondation.
Frère Félix (Pierre Raaymackers), né à Rosendael, près de Dunkerque, en 1797, novice convers entré au Gard en 1825.
Frère Raymond (Joachim Lejong), né en 1802 près de Charleroi, novice convers entré au Gard en 1825.

Dom Germain Gillon, abbé du Gard et fondateur du Mont des Cats Le batiment des Antonins face Nord sur le Mont des Cats Nicolas Ruyssen, donateur des bâtiments aux moines

La colonie quitta l’abbaye du Gard le 15 janvier, conduit par Père Olympiade, cellérier du Gard qui seul connaissait la destination. Ils arrivèrent le 18 à la nuit tombée à la maison de Mr. Ruyssen. Le Père Marie-Joseph n’arriva de Soleilmont que le 25 janvier, et on procéda à la cérémonie d’installation dès le lendemain, 26 janvier 1826, en la fête de Saint Albéric, l’un des fondateurs de Cîteaux.

Le batiment face Nord vers 1828 avec les frères au travail Couvent des Antonins, d'après un dessin de  Nicolas Ruyssen

D’autres religieux furent envoyés par Dom Germain à la fondation dans les années qui suivirent.

Les commentaires sont fermés.