Avril

Dimanche 1er : Ce n’est pas un poisson d’avril, c’est sans aucune comparaison possible….. aujourd’hui c’est Pâques où nous fêtons la victoire de la Vie sur la mort. Pour marquer le coup de manière communautaire, après l’Eucharistie, nous échangeons nos vœux autour d’un apéritif.
Mardi 3 : Père Abbé s’en va conduire Frère Michel chez nos sœurs de la Fille-Dieu où il passera un temps sabbatique de 90  jours, soit 12 semaines ce qui doit faire un total de 3 mois si les comptes sont exacts. Nos « Filles Dieu » s’en réjouissent car elles pourront profiter  de sa débrouillardise.
Ce même jour arrive Monsieur Yves de Clebsatel qui succédera à Monsieur de Lauriston en qualité de responsable des activités lucratives  quand celui partira de chez nous pour une retraite bien méritée.
Le soir, madame Dany Perrey qui a peint le chemin de croix du cloître, nous présente la figure de monsieur Lucien Botovasoa instituteur, catéchiste à Madagascar qui sera béatifié le 14 de ce mois ce qui réjouit nos frères Laurent, Gilbert et Stanislas.
Mercredi 4 et Vendredi 6 : Le souvenir de l’assassinat du Père Hamel restera longtemps gravé dans la  mémoire de beaucoup de français croyants ou non. Aussi la télévision française en a-t-elle tiré  un documentaire « Père Hamel, martyr de la République » que nous regardons sur deux soirées.
Dimanche 8 : Se détendre sainement, c’est peut-être aussi se détendre saintement, c’est dans cette optique que nous regardons un documentaire animalier très bien fait « Le peuple miniature »
Vendredi 13 porte…..bonheur : A partir de ce jour en effet, Frère Laurent Rakotozafy de Maromby devient Frère Laurent Rakotozafy du Mont des Cats à part entière. En effet, l’année dernière Frère Laurent avait demandé de changer de stabilité pour diverses raisons. C’est avec joie et gratitude que nous accédons à sa demande. Même ceux qui chantent faux peuvent entonner le Te Deum Laudamus….. pascal évidemment.
Samedi 14 : C’est autour de quelques agapes sucrées que nous faisons connaissance avec Monsieur Yves de Clebsatel.
Du 16 au 21, les membres de la Commission Nord Europe  auxquels s’est agrégé l’abbé général, Dom Eamon, en personne, sont dans nos murs. Occasion pour nous de découvrir les différentes communautés représentées en écoutant les uns et les autres au chapitre. Et c’est autour de notre frère Nivard à l’occasion de ses 60 ans de vie religieuse  que nous partageons ensemble un repas festif et fraternel.
Lundi 23 : Sr Christine des Bernardines de retour pour quelques semaines à la Plaine  nous fait la joie d’une visite et nous donne quelques nouvelles-diapos à l’appui-de ce qu’elle vit depuis un peu moins d’un an au Viet Nam. La communauté compte quatorze sœurs. Elles ne sont pas reconnues par l’État mais les démarches sont en cours pour…. Bref, une vraie aventure humaine et spirituelle.
Mercredi 25 : Saint Marc….André (peut-être un jour notre Abbé sera-t-il canonisé sait-on jamais !!!!). Nous nous mettons au diapason de la liturgie, nous lui « faisons sa fête ». Au programme des réjouissances : repas festifs la veille – avec « Questions pour un champion » version biblique – comme le jour, et comme film, un classique parmi les classiques « les tontons flingueurs » ce qui nous permet de retrouver les inoubliables Lino Ventura et Bernard Blier et autres Francis Blanche, Claude Rich et on en passe. Une seule chose nous est demandée, rire : ce que nous faisons bien volontiers et de bon cœur.
Vendredi 27 : A l’instar de Jésus lui-même, nous descendons de « la montagne » pour rejoindre « la Plaine », mais nous, c’est pour y rejoindre nos sœurs de la Cessoie avec qui nous célébrons l’Eucharistie suivie…..d’un repas festif (sic). Et nous partons tous ensemble du côté de Tourcoing  pour visiter la très belle exposition sur les « Chrétiens d’Orient ». Retour au bercail vers 18 h 15  après avoir prié les Vêpres avec elles. Merci au Seigneur de cette bien belle journée. Quant à frère Stanislas, il ne peut nous accompagner car lui, part pour deux mois rejoindre « Mission Langues »à Angers pour perfectionner son français.
Dimanche 29 : A 48 heures d’intervalle, nos frères Bernard-Marie, Patrick s’en retournent chez nos sœurs de la Cessoie pour y retrouver et écouter le…..Père Podvin dans le cadre de la journée consacrée à…….. la vie consacrée. .Ils sont accompagnés de F Laurent qui y restera pour 3 jours de récollection en vue de se préparer à son changement de stabilité le 03 mai.
Du lundi 30 au mercredi 2 mai Nous retrouvons le Père Farin qui nous propose « les deux témoins » film réalisé par lui-même. Pendant la guerre, un adulte découvre une fillette terrorisée, cachée derrière l’entrée de la cathédrale de Chartres, qu’il lui fait visiter….et que, par ce biais, nous visitons aussi. Et d’après la critique d’une certaine Janick Arbois-Chartier : «Michel Farin réussit la difficile synthèse de la fiction et de la catéchèse, de la tradition chrétienne (la cathédrale, la Bible) et de l’histoire dramatique d’une enfant juive victime du nazisme. ». Il y a donc de quoi prendre.

LECTURES au réfectoire :

La jeunesse s’intéresse t-elle à Dieu ? Question qui, comme chacun sait, est pour le moins complexe et ambiguë. En tout cas, Dieu, Lui, s’intéresse aux jeunes. Peut-être par exemple par le biais du pape François dont nous lisons Dieu est jeune, Robert Laffont 2018.

Puis nous commençons la Biographie de Lucien Botovasoa déclaré bienheureux le 14 de ce mois, écrite par François Noiret vice-postulateur de la cause.

Publié dans Chronique mensuelle 2018 | Commentaires fermés sur Avril

Quatrième Dimanche de Pâques

Le Bon Pasteur.

Les trois précédents dimanche du temps pascal nous avons entendu les grands évangiles de la résurrection.  À partir du quatrième dimanche l’Église nous invite à méditer les grands discours de Jésus tels que l’évangéliste Jean les a retranscrits.  D’après la plupart des exégètes, Jean propose une méditation post-pascale de la conscience que Jésus avait de lui-même.  Il s’agit d’une lecture spirituelle de la vie et des paroles de Jésus, médités par les premières générations des croyants à l’aune de la résurrection.
Le quatrième dimanche de Pâques, dans les trois cycles A, B et C, nous entendons un extrait du grand discours du Bon Pasteur que Jean place à Jérusalem juste après la guérison de l’aveugle-né.
Jésus utilise ici une image qui parle à ses contemporains.  Il s’agit aussi d’une image utilisée dans la Bible et riche de sens.
Avant de devenir le berger du peuple et de le sortir du pays d’Egypte, Moïse faisait paître les troupeaux de son beau-père dans le désert (Ex 3,1).
Avant de devenir le roi d’Israël, le jeune David gardait les troupeaux tandis que la famille participait à un sacrifice à l’invitation du prophète Samuel (1S 16,11).
Malheureusement, les prophètes successeurs de Moïse d’une part, les rois successeurs de David  d’autre part, ont péché et n’ont pas conduit le peuple à une vraie intimité avec le Seigneur.  C’est pourquoi, le peuple à l’époque de Jésus, espérait un nouveau prophète comme Moïse, un nouveau roi comme David.  Jésus se situe dans cette dynamique, tout en ne s’identifiant pas exactement dans l’attente de ses contemporains.
Je suis le Bon Pasteur, dit Jésus.  Mais on pourrait également traduire le « Beau Pasteur », et il ajoute : le vrai berger.  Celui qui, comme dans la parabole que rapportent Luc (Lc 15) et Matthieu (Mt 18), va chercher la brebis égarée et la prend sur ses épaules pour la ramener au bercail.  Ce que ne fait pas le berger mercenaire.
Bon Pasteur, Beau Pasteur, Vrai Berger… voilà les définitions que Jésus s’attribue, pour bien montrer qu’Il est supérieur à Moïse, qu’Il est supérieur à David.  Les temps sont accomplis, a-t-il proclamé tout au long de sa vie publique.  Convertissez-vous et croyez…  croyez à la Bonne Nouvelle, devient après Pâques : croyez en moi !
Telle est la Bonne Nouvelle, dont parle Saint Jean encore dans l’extrait de sa première épître que nous venons d’entendre :
voyez quel grand amour nous a donné le Père
pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes.
L’amour que Dieu nous a donné, c’est son Fils.
L’amour que le Fils nous a donné, c’est sa vie offerte pour nous. Il a pardonné à tous ceux qui l’ont condamné à la mort, même à ceux qui ricanaient à son sujet au pied de la Croix.
C’est par cet amour sans limite que Jésus montre qu’Il est le Beau Berger.
Il conduit ses brebis vers les eaux tranquilles… non, Il nous conduit vers les Eaux Vives, vers l’Esprit Saint, vers la connaissance de Dieu.
Il nous conduit aussi vers les bons pâturages… non, Il nous nourrit du Pain de Vie.
Les Évangiles des messes la semaine écoulée nous ont fait entendre le Discours sur le Pain de Vie dans l’Évangile selon Saint Jean.  Jésus nous disait :
Celui qui mange ma chair et boit mon sang
a la vie éternelle, et moi je le ressusciterai au dernier jour.
En ce temps de Pâques, prenons conscience du don que Dieu nous fait, le don de la vie éternelle, le don de devenir fils dans le Fils, le don de la nourriture descendue du ciel.  Oui, la vie éternelle nous est donnée, dans chaque eucharistie, chaque fois que nous recevons le Corps du Christ en nourriture.
Demandons à Dieu le Père, l’inspiration du Saint Esprit, pour toujours mieux comprendre la communion de vie que nous recevons dans l’Eucharistie.  Et rendons grâce à Dieu d’être ainsi conduits, jour après jour, vers les eaux vives, vers les bons pâturages.  Oui, le Christ ressuscité est notre Bon Berger, notre Beau Berger.

Frère Bernard-Marie

Publié dans Homélies 2018 | Commentaires fermés sur Quatrième Dimanche de Pâques

Dimanche Octave de Pâques

La foi

Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire ? (Jn 6,30)
Telle est la question qui court tout au long de l’évangile selon Saint Jean et que nous retrouvons aussi dans la réponse de Thomas aux disciples dans la péricope que nous venons d’entendre.  Les autres apôtres ne sont d’ailleurs pas en reste, d’attendre un signe fort lors de la dernière montée à Jérusalem.
Le peuple attendait un Messie qui chasserait l’occupant romain hors des frontières, Jésus ne s’est jamais montré homme politique.  Les disciples aussi attendaient un geste de puissance.  C’est pourquoi la mère des fils de Zébédée demandait à Jésus que ses deux fils siègent l’un à sa droite et l’autre à sa gauche dans son Royaume (Mt 20,20-21).  Jésus n’est pas dupe de cette ambiguïté…
Jésus a fait beaucoup de signes, des guérisons, des miracles, des exorcismes… et plus il en faisait, plus les chefs religieux répondaient c’est par Béelzéboul qu’il expulse les démons (Lc 11,15).  Mais cela n’empêcha pas Jésus de continuer sa route et de commenter, le cas échéant, le durcissement du cœur de ses détracteurs.
Dans la parabole de l’homme riche et du pauvre Lazare Jésus met dans la bouche d’Abraham cette réponse ironique : S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus (Lc 16,31).  Et, de fait, après la résurrection de Lazare de Béthanie, le Sanhédrin se pose la question de l’accueil que les foules réservent à Jésus : Qu’allons-nous faire ? Cet homme accomplit un grand nombre de signes.  Si nous le laissons faire, tout le monde va croire en lui… (Jn 11,47-48).
Lors de l’arrestation de Jésus, au jardin de Gethsémani, Pierre coupe l’oreille d’un des assistants du grand prêtre.  Et Jésus répond Crois-tu que je ne puisse pas faire appel à mon Père ? Il mettrait aussitôt à ma disposition plus de douze légions d’anges (Mt 26,53).  Et, dans l’Évangile selon Saint Jean Jésus répond à Pilate : Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici (Jn 18,36).
Et, lorsque Jésus pend à la croix, les grands prêtres se moquaient de lui en disant : qu’il descende maintenant de la croix, et nous croirons en lui ! (Mt 27,42).
Mais à tout cela, Jésus ne répondit jamais rien.  Il alla son chemin, sachant que la foi gagnée par des actes de puissance n’est qu’une adhésion craintive.  La foi doit être un acte libre du cœur, et non pas une évidence qui s’impose.  Pour toucher les cœurs, Jésus a pris le chemin de l’humilité.  Il a été, encore davantage que Moïse, l’homme le plus humble que la terre ait porté (Nb 12,3).
Mais revenons à Saint Thomas… Malgré la Bonne Nouvelle que lui annoncent les apôtres, il ne veut pas croire sans voir… Il met comme condition à sa foi, une preuve : voir Jésus et le toucher.  Lorsqu’Il apparaît à nouveau, en présence de Thomas, Jésus ne dit pas : maintenant tu n’as plus besoin de croire puisque tu m’as vu…  Non, Il dit : cesse d’être incrédule, sois croyant.
Les preuves ne sont jamais contraignantes.  Les preuves les plus fortes de la divinité du Christ nous laissent toujours libres.  La vision de Jésus ressuscité n’oblige pas  Thomas.  Même face à la preuve par excellence de la résurrection de Jésus, Thomas doit faire un acte de foi : sois croyant.  La foi est un acte libre, l’adhésion à une personne.  Il s’agit d’un acte libre, un acte d’amour.
Jésus ne nous impose rien.  Dieu nous a créé libres.  Libres de croire ou de ne pas croire.  Libres d’interpréter les miracles comme actes de Béelzéboul ou comme actes divins.  La foi n’est pas affaire de connaissance mais demande une adhésion libre… La foi se nourrit davantage de la prière que de preuves.
À Thomas Jésus dit encore : heureux ceux qui croient sans avoir vu.  Par-delà le doute que Thomas avait exprimé, Jésus l’invite à un acte de foi.  Ce même acte de foi auquel Jésus invite tous les chrétiens, auquel Jésus nous invite chacun de nous aujourd’hui même.
C’est pourquoi Saint Jean termine ce chapitre de son Évangile en nous rappelant qu’il n’a pas écrit tout ce que Jésus a dit et fait.
Mais ceci y a été écrit, affirme-t-il,
pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu,
et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.
En cette eucharistie du Dimanche de la Divine Miséricorde, demandons à Jésus deux choses :
la première, pardon pour notre manque de foi et nos doutes…
la seconde a été exprimée dans la prière d’ouverture de cette célébration :
Augmente en nous ta grâce pour que nous comprenions toujours mieux quel baptême nous a purifiés, quel esprit nous a fait renaître et quel sang nous a rachetés.
Avec la force reçue dans ce sacrement, nous pourrons témoigner que Christ est ressuscité et qu’Il nous a ouvert les portes de la vie éternelle.

Frère Bernard-Marie

Publié dans Homélies 2018 | Commentaires fermés sur Dimanche Octave de Pâques

Mars

Samedi 3 : Retour de notre frère Gilbert frais et dispo de son séjour à Orval.
Dimanche 4: Faute d’avoir pu venir en tout début d’année, Mgr Ulrich vient nous rendre visite en ce début de mois de mars. Il préside l’Eucharistie et nous parle après None de ce qui lui tient à cœur notamment tout ce qui concerne les jeunes : le sacrement de confirmation qu’il conférera à plusieurs centaines à la Pentecôte, le prochain synode qui leur seront dédié, avec l’espoir que tout cela pourra faire naître des vocations particulières. Ensuite, la réorganisation et le déménagement du séminaire avec tout ce que cela impliquera pour les séminaristes. Puis, le centenaire de la paix qu’il a mis sur pied à l’occasion du centenaire de la guerre 14 -18.Enfin tout ce qui touche au futur débat autour de la bioéthique auquel les chrétiens sont appelés à faire connaître leur position dans ce domaine. Bref, il y a matière à……………prier.
Lundi 5 et mardi 6 : Une petite équipe de 2 personnes – c’est encore moins que l’arche de Noé – s’immerge pour 48 heures en communauté en vue de réaliser une nouvelle vidéo sur « comment vit-on la vie monastique à l’abbaye du Mont des Cats » qui pourrait voir le jour avant la fin de l’année.
Jeudi 8 et vendredi 9 : C’est en toute discrétion qu’Anne Da Rocha et Gilles Darra, de la commission d’art sacré du diocèse travaillent sur place aux plans de réaménagement de notre église déjà envisagé depuis déjà  quelques mois.
Dimanche 11 : Pour beaucoup de nos contemporains, Rire et christianisme ne font pas bon ménage, voire même sont incompatibles. Peut-être changeraient-ils d’avis après  avoir vu, comme nous le faisons, une émission de KTO portant sur le sujet.
Mardi 13 et Mercredi 14 : C’est avec sa casquette de théologien moraliste que nous revient le Père Bernard Podvin. Il nous aide à approfondir le message spirituel et moral qui se cache derrière : Tu ne voleras pas, un des dix films du cinéaste polonais Krzysztof  Kieslowski qu’il a consacrés au Décalogue.  Mardi nous avons vu le film, mercredi Père Podvin le replace dans le contexte de  la société actuelle. Il y a de quoi prendre……
Samedi 17 Dimanche 18 : La fraternité des Parvis réussit sa première visite guidée « à l’Abbaye » de ce qu’elle peut montrer d’un « chemin de vie » au monastère aux personnes de passage sur le Mont durant le week-end.
Du dimanche 25 au 31 : Puisse chacun de nous  grandir « à la mesure du Christ » en cette Grande et Sainte Semaine où nous célébrons le mystère de la foi chrétienne par excellence.
Mardi 27 : « Le nombre des années 70, 80 pour les plus vigoureux » dit le psaume. Que dire alors de notre frère Pierre qui atteint en ce jour les 9 x 10 = nonante ans. Il nous fait la joie de partager quelques bulles pour fêter l’événement. Nous nous associons à la peine de Karine et de Joseph, gérants de l’Auberge en face de l’abbaye, pour le décès de Michel leur employé. Il était gravement malade et hospitalisé depuis un certain temps.

Quelle personnalité se cache derrière le chef spirituel de pas moins de 300 millions de fidèles à travers le monde, le premier d’entre les primats orthodoxes, le guide historique des chrétiens d’Orient ?  C’est ce que nous allons découvrir en écoutant au réfectoire la biographie Bartholomée apôtre et visionnaire de John Chryssavgis, Cerf 2016.

Publié dans Chronique mensuelle 2018, Non classé | Commentaires fermés sur Mars

Février

Vendredi 2 : Chose rare : nous célébrons un des offices hors clôture. En effet, nous chantons None  dans l’église Saint Bernard jouxtant l’abbaye. On peut s’en demander le pourquoi ? Cela nous permet de nous rendre compte par    nous-mêmes de la très belle restauration qui y a été réalisée.
Mardi 7 : Au jour même de sa fête, Fr Nivard émigre, non pas comme Jacob au pays de Cham–ce qui ferait un long voyage  tout de même-, mais plus simplement du côté de l’infirmerie –ce qui est moins loin quand même– où il y prend ses quartiers résidentiels. Ce faisant, il y tiendra compagnie à nos frères Louis, Pierre, Henri et Paul.
Au chapitre du soir, Père Abbé nous lit un texte préparée comme charte d’alliance entre la fraternité des Parvis et nous-mêmes. Il ajoute aussi que certains membres des Parvis pourraient prendre une partie de l’accueil sous forme d’une visite-chemin de vie en présentant la vie de la communauté, partant de la vidéo au magasin, et un parcours guidé à travers cloître de l’hôtellerie, jardin, pour finir par l’église tout en retraçant l’histoire de la vie monastique aux personnes de passage sur le Mont durant le weekend.
Jeudi 8 : Fr Jacques s’en revient accompagné de F Peter de Croixrault (osb) qui vient passer 15 jours parmi nous  et ainsi profiter de notre bibliothèque en vue de son travail de christologie.
Dimanche 11 : Père Abbé participe à l’Eucharistie présidée par Mgr Ulrich pour l’inauguration de l’église Saint Bernard. A l’issue de la cérémonie, le verre de l’amitié est offert dans les couloirs et parloirs de l’hôtellerie. Le soir, nous commençons à regarder le film de Giacomo Campiotti  sur la vie de Saint Philippe Néri, fondateur de l’Oratoire et prophète de la joie……spirituelle s’il en est…
Mercredi 14 : « Et j’allai vers l’ange, en lui disant de me donner le petit livre. Et il me dit: Prends-le, et avale-le; il sera amer à tes entrailles, mais dans ta bouche il sera doux comme du miel » C’est une interprétation on ne peut plus littérale de ce verset 9 chapitre 10 de l’Apocalypse  que nous faisons au repas de midi car chacun trouve  au réfectoire de quoi nourrir sa vie spirituelle à défaut de son estomac. On l’aura compris, nous débutons en ce jour la grande quarantaine du Carême qui nous mènera jusqu’à Pâques.
Jeudi 15 : Frère Gilbert s’en va passer 15 jours, 3 semaines à Orval pour voir comment on vit la vie monastique dans le beau pays d’Ardenne.
Vendredi 16 : Si le monde connaît les RTT (entendez récupération temps de travail), nous connaissons nous, les JRR (entendez journée rupture de rythme). Pas d’office au cours de la journée sauf  l’Eucharistie et les Complies. Ce qui fait que chacun en profite ou bien pour se balader aux alentours du monastère, ou bien commence sa lectio de carême (pour les plus spirituels d’entre nous sic !!!) ou encore en profite pour se reposer. Bref, çà fait du bien et cela permet dès le lendemain de repartir du bon pied.
Mardi 20 : Grâce à F Peter, nous apprenons de la congrégation N.D. d’espérance  qu’elle a été fondée par le Père Guilluy de St Paul de Wisques le 1er octobre 1966 dans le but de permettre aux personnes de petite santé de vivre une vie monastique authentique. Actuellement, la congrégation compte une quinzaine de communautés de taille variable.
Du lundi 26 au jeudi 1er mars, nous retrouvons le Père Farin, non pas avec un mais deux films en poche, « Moi Daniel Blake » et « Mon nom est Totsi » grâce auxquels, nous approfondissons le thème de la compassion. Compassion qu’on peut avoir envers l’autre qui est étranger à tout ce qui fait ma vie.
Mercredi 28 : Baptême du feu pour notre frère Stanislas qui, accompagné  de Frère Gilles, s’en va à la maison-mère pour sa première session du Stim. Ils rentreront tous deux le 9 mars

Lecture au réfectoire :

Après l’expérience spirituelle de Dom André Louf, nous changeons totalement d’univers, c’est le moins qu’on puisse dire. En effet, nous commençons Les Narcotrafiquants veulent ma peau  d’Alejandro Solalinde. Ce prêtre mexicain a voué sa vie aux migrants d’Amérique centrale, victimes d’enlèvements, de trafics d’organes, de l’esclavage et de la  prostitution

Publié dans Chronique mensuelle 2018 | Commentaires fermés sur Février

Deuxième Dimanche de Carême

Abraham et Jésus

La liturgie de ce second dimanche du Carême propose à notre méditation un parallèle surprenant entre Abraham et Jésus.
Dans une vision, Dieu demande à Abraham de se rendre sur le Mont Moriah pour y sacrifier son fils, son unique.  Abraham met trois jours pour arriver à destination et s’apprête à immoler Isaac lorsque l’ange du Seigneur lui retient la main et sauve le fils.
Lors de la Transfiguration en présence de Pierre, Jacques et Jean, Moïse et Élie parlent avec Jésus, nous précise l’évangile selon Saint Luc (Lc 9,31) « de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem ».  Les disciples ne comprennent rien de ce qu’ils voient et lors de la montée à Jérusalem, ils ne comprennent pas non plus les diverses annonces de sa mort prochaine que Jésus leur annonce.
Abraham et Jésus sont donc chacun à sa manière, seul à vivre l’épreuve.  Impossible d’en parler pour Abraham, incompréhension des auditeurs pour Jésus.  Pour renforcer encore le parallèle, rappelons que, selon la tradition, le Mont Moriah et le Mont Sion, sur lequel fut construit le Temple de Jérusalem, sont un seul et même lieu.  On peut voir dans la geste d’Abraham comme une préfiguration de ce qu’allait vivre Jésus.  Ou, pour le dire selon les canons de l’époque, Jésus a accompli les Écritures aussi sur ce point précis.
L’épître aux Hébreux fait le parallèle en affirmant qu’Abraham, par sa foi, offrit à Dieu son fils.  Il le retrouva, « par une sorte de résurrection » (Hb 11,19).  Jésus lui, s’offrit à Dieu dans la foi, une foi tout aussi obscure que celle d’Abraham.  C’est pourquoi Dieu le ressuscita le troisième jour…  Dans les deux cas, Dieu demanda une foi aveugle, et par l’obéissance de l’un et de l’autre, ils virent combien leur acte héroïque porta du fruit pour eux, mais aussi pour l’humanité et pour nous aujourd’hui.
Tous deux, en préparation à cette épreuve tellement radicale, reçurent la grâce d’une vision particulière.  Dieu s’adressa directement à Abraham dans une vision… Jésus fut transfiguré devant ses disciples.  Par la parole de Dieu, Jésus est confirmé dans son être de « Fils bien-aimé » et reçoit la force pour l’épreuve qu’il ne prévoyait que trop bien : sa mort prochaine à Jérusalem.
Nous avons rarement à vivre une telle épreuve dans nos vies de chrétiens.  Mais pour nous aussi la vie est rarement un long fleuve tranquille.  Nous trouvons dans la Bible et dans les Psaumes des textes, des prières, qui nous permettent de trouver la paix dans l’épreuve, la force dans la persévérance.  Tel est le Psaume que nous avons chanté à l’instant :
Je crois, et je parlerai, moi qui ai beaucoup souffert.
Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
moi, dont tu brisas les chaînes ?
Et l’extrait de l’épître de Saint Paul aux Romains que nous avons entendu ensuite affirme sans ambages :
Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?  Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il, avec lui, ne pas nous donner tout ?
Durant ce Carême, prenons le chemin du Mont Moriah, le chemin de Jérusalem, avec Abraham et avec Jésus.  Nous savons, aujourd’hui, que par son obéissance Abraham retrouva son fils.  Nous savons que Jésus par son obéissance fut vainqueur et ressuscita.  Mais eux ne le savaient pas et vivaient cette lourde épreuve dans l’angoisse mortelle.  À notre tour, dans notre vie quotidienne, faisons confiance que Dieu est pour nous et nous donnera la force dans l’épreuve si nous sommes dans l’obéissance.
Que la participation à cette eucharistie augmente notre foi en Dieu qui nous rend juste.  Le Christ, vainqueur de la mort, intercède désormais pour nous auprès du Père.  Il nous donne son corps en nourriture et nous fait ainsi communier à sa victoire.  Même si le chemin semble rude, sachons que Christ est vainqueur et qu’il nous prendra avec lui dans sa gloire.

Frère Bernard-Marie

Publié dans Homélies 2018 | Commentaires fermés sur Deuxième Dimanche de Carême

Janvier

Lundi 1er Contrairement à la femme de Loth, nous ne sommes pas transformés en statue de sel, bien que ce soit en regardant quelques photos de fêtes des années passées que nous débutons l’an nouveau.  Un second montage nous rappelle la belle figure de notre frère Christophe et sa participation active et remarquée aux fêtes de communauté.
Du mardi 2 au vendredi 5  C’est avec joie que nous accueillons le Père Pierre Marie Hombert originaire du diocèse de Cambrai fin patrologue venu dans le temps jadis donner cours aux étudiants d’alors. Il nous aide à goûter les psaumes qui font notre pain quotidien en nous présentant les Ennarationes in Psalmos d’un certain Saint Augustin. Que demander de plus !!!!
Vendredi 5  : C’est aussi dans la joie que nous partageons une raclette maison  avec l’ensemble des employés de l’abbaye.  Façon de bien débuter l’année pour les uns et les autres.
Dimanche 7 : Père Abbé s’envole pour Maromby en vue de l’élection du nouveau  prieur. Il nous faudra attendre le 12, jour fixé du vote, pour savoir  quoi ou plutôt qui!  En cette fête de l’Epiphanie notre frère Oswaldo s’en retourne à Cîteaux pour poursuivre sa thérapie.  Nous espérons le revoir bientôt de retour au bercail de manière ferme et définitive.
Du mardi 9 au dimanche 14, nous regardons un film intitulé tout simplement « Demain », consacré à des réalisations positives concernant différents domaines comme l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. Voilà de quoi ne pas désespérer et garder confiance en l’homme.
Vendredi 12 : Un mail de Père Abbé nous apprend l’élection  de Dom Jean Chrysostome à la tête de la communauté de Maromby. Nous portons dans notre prière le nouveau supérieur, la communauté de la Grande île où il fut déjà prieur  ainsi que celle qu’il quitte puisqu’il était supérieur de la pré fondation des Seychelles.
Mardi 16 : Retour de Père Abbé de son expédition à Maromby. Il revient accompagné de frère Stanislas venu pour suivre les cours du Stim et par la même occasion en profiter pour découvrir ce à quoi ressemble la maison mère. Il restera donc  parmi nous un laps de temps assez long.  Deo Gratias.
Père Abbé souligne aussi l’élan de solidarité et d’ingéniosité qu’a fait preuve le peuple malgache après le passage du cyclone Ava pour le moins violent et destructeur de ponts et de routes.
Du mercredi 17 au 24   C’est avec une joie non dissimulée  que nous retrouvons le Père Bernard Podvin.  Non pas seulement pour une ou deux soirées, mais bien pour huit jours pleins et entiers.
De fait, c’est lui qui nous prêche la retraite communautaire. Et c’est à une longue méditation de l’Écriture à laquelle il nous convie afin que nous puissions retrouver Dieu comme absolu de l’homme lequel doit faire la vérité sur lui-même pour Le trouver. Tout un programme…….. de vie spirituelle s’entend!!!!!
Dimanche 28 : Passage éclair de Père Jean-Marie Couvreur remonté dans le Nord pour fêter ses 80 ans en famille. Il ne restera parmi nous uniquement que pour l’Eucharistie qu’il préside.
Lundi 29 : Frère Laurent s’en va passer 48 heures chez nos sœurs bernardines pour se perfectionner dans la haute couture ……….. monastique bien entendu.
Mardi 30 : Frère Jacques s’en va rejoindre la capitale pour y exercer sa légendaire bienveillance auprès des étudiants du Stim-bac. Il nous reviendra le 8 février.

A année nouvelle, livre nouveau.
Que peut vouloir de plus  un moine du Mont des Cats que d’entendre la biographie spirituelle de celui qui en fut l’abbé pendant trente cinq  ans. On l’aura compris : nous commençons l’ouvrage de Charles Wright : Le chemin du cœur, l’expérience spirituelle de Dom André Louf, Salvator 2017.

Publié dans Chronique mensuelle 2018 | Commentaires fermés sur Janvier

Décembre

VENDREDI 1er  : Père Prieur est rentré tard dans la soirée de ses 2 semaines de Stim-Bac  à  Acey, et ce retour soulage la schola et l’organisation du travail dont il est chargé.
DIMANCHE 3 : le P. Raphaël Buyse, membre fondateur  de la Fraternité des  Parvis, a souhaité pouvoir partager notre vie chaque semaine du dimanche soir au mercredi matin. Sitôt dit, sitôt fait : Offices au chœur,  repas au réfectoire et une chambre en communauté.
MARDI 5 : De grand matin Père Abbé prend la route de Paris, où l’attend une seconde courte réunion des supérieurs o.c.s.o. France dont il reviendra jeudi midi.
SAMEDI 9 : Frère Christophe a  fort baissé en quelques semaines : il ne peut plus quitter ni la chambre ni même le lit ; aussi Père Abbé lui a-t-il offert de recevoir  le sacrement des malades, dont Frère Henri a voulu bénéficier lui aussi.
DIMANCHE 10 : Le Mont des Cats s’est réveillé sous un splendide  tapis de neige, dont le résultat immédiat fut que jamais dimanche ne connut aussi peu d’assistance à la grand’messe.
Le soir au chapitre, un Frère dominicain irakien de la Province de France pour quelques semaines à l’hôtellerie, nous parle de son pays depuis la chute de Sadam Hussein en 2003. Il complètera 2 semaines plus tard à l’aide de photos vraiment terribles des méfaits de Daech concernant les chrétiens de Mossoul et alentour.
LUNDI 11 : L’enneigement de nos cours intérieures autant que celui des routes a donné bien du travail à plusieurs, auxquels on ne peut que montrer de la reconnaissance ;  un container de 20 mètres de long  attendu depuis vendredi dans la cour des ateliers pour y entreposer des fromages de la cave  n’y est parvenu que moyennant mille difficultés ; même la cuisine s’est vue privée de son ravitaillement et  F. Laurent de son séjour de  couture chez les Bernardines. Seul F. Bernard-Marie a su gagner Bruxelles sur la journée pour une réunion de l’A.I.T. Un prompt dégel y mettra vite bon ordre.
JEUDI 14 : Charles Wright, jeune chercheur pris de passion pour la grande figure d’André Louf, est venu présenter en 2 séances,  avec Michel Cool, des éditions Salvator, la biographie spirituelle, « le chemin du cœur » de celui qui fut notre abbé 35 ans durant.  La présentation de l’après midi attira une bonne assemblée.
DIMANCHE 17 : Père Abbé, accompagné de F. Patrick, se rend à Scourmont pour la bénédiction abbatiale de Dom Damien, leur nouveau supérieur.  Il succède à Dom Armand Veilleux, autre grand abbé,  touché  par la limite d’âge.
MARDI 19 : Dans le cadre d’une  « Alliance » qui se met en place, sept à huit membres de la Fraternité des Parvis se sont proposés pour tenir la porterie chaque mardi, sous la haute main de frère Pierre.
MERCREDI 20 : Père Abbé est parti chercher à l’avion notre F. Louis-Marie, rentré  de  Maromby, et dont nous  admirons le teint  superbe. Il a souhaité ne pas reprendre toutes ses charges.  F. Daniel  continuera à s’acquitter à la cuisine avec API,  comme durant son absence. Pour marquer ce retour et changement, nous trouverons le lendemain devant notre couvert chacun un gros chocolat ? F. Daniel, à titre de cellérier, nous met ce soir au courant de quelques-uns des travaux menés à bien ces derniers temps : la grille en fer forgé de notre ouvrier Freddy pour la cour de l’ancienne ferme ; la cave à vin remontée dans un coin transformé de la salle des coules par F. Michel en local élégant  digne d’héberger les meilleurs crus ; la rampe du grand perron de l’église ainsi que son éclairage par les soins de Sébastien et de Freddy, etc…
JEUDI 21 : Autre arrivée heureuse, celle de notre ami parisien Philippe Duc, tout content de troquer quelque temps catéchismes et Croix Rouge contre effacement et solitude.
SAMEDI 23 : Il nous reste enfin la bonne surprise de pouvoir embrasser en la personne de notre F. Oswaldo un dernier absent longue-durée,  venu de Cîteaux partager les fêtes de fin d’année.
LUNDI 25 : Seule triste survenance au soir d’un Noël heureux, l’état de frère Christophe nécessite son transfert à l’hôpital d’Armentières, où il mourra le surlendemain.
Vocation tardive entré en 1989, caractère facile et riant, frère Christophe aurait fêté ses 81 ans dans deux semaines et sa langue, qu’il avait bien pendue, aura bien des histoires à raconter là-haut à tous nos frères décédés.
JEUDI 28 : Les reliques de Sainte Thérèse de Lisieux et de ses Saints parents pérégrinent à travers le diocèse et font  halte ce matin au monastère ; elles attireront à la messe du soir une assistance inégalée à laquelle l’ancien curé de la paroisse saura délivrer une homélie tout aussi inégalée. Journée entièrement consacrée à la prière, qu’achèvera  une veillée autour du corps de notre cher F. Christophe. Sa mise en terre se déroulera samedi sous un vent violent mais sans pluie.
VENDREDI 29 : Monsieur le Maire, accompagné d’une partie de son Conseil et des membres du service d’action sociale et culturelle, sont venus présenter leurs vœux et apporter les colis de Noël offerts par la municipalité à nos Anciens.  Ils ont ensuite partagé le buffet froid préparé par les cuisinières sous la haute main de F. Daniel. Ont droit au colis les plus de 65 ans, soit cette année 12 anciens sur une communauté de 21 frères.
DIMANCHE 31 : Pour clôturer l’année, rétrospective oblige,  F. Daniel, après le repas du soir, nous présente un reportage photos de quelques événements marquants et gros  travaux de l’année qui s’achève.

Père Abbé et chacun des frères vous présentent
leurs vœux pour une Année Nouvelle
sous le regard de Dieu et de sa Providence.

Publié dans Chronique mensuelle 2017 | Commentaires fermés sur Décembre

Sainte Famille de Joseph, Marie et Jésus

La Sainte Famille

Deux couples se retrouvent face à face au Temple, on pourrait dire que Jésus Enfant les a convoqués ensemble à cet instant précis.
Syméon et Anne ont en commun de passer leur vie en prière et en jeûne à l’ombre du Temple de Jérusalem.  Tous deux attendent la venue du Messie annoncé par les Prophètes et l’Esprit Saint leur a fait le reconnaître en l’Enfant Jésus.  Ils sont tous deux trop âgés pour voir l’avènement du Royaume autrement qu’en espérance, sachant bien que Jésus doit d’abord devenir adulte avant de pouvoir prendre toute sa stature de nouvel Élie.
En face d’eux Joseph et Marie qui, sans arrière-pensées, sont venus au Temple pour présenter leur premier-né à Dieu selon les prescriptions de la Loi.  Alors qu’ils ont à peine de quoi payer l’offrande des pauvres, deux petites colombes, voilà qu’ils se trouvent soudain au centre d’un attroupement sur l’esplanade du Temple.
Marie et Joseph n’avaient rien demandé, n’avaient prévenu personne de leur venue, et voilà que, d’une certaine manière, l’enfant qu’ils portent dans les bras brille et rassemble à leur insu.  Les deux derniers prophètes de l’Ancienne Alliance voient en l’Enfant l’étoile du matin qui se lève et annonce la splendeur d’une nouvelle ère, l’ère des promesses de Dieu faites au Peuple depuis le temps de Moïse, et annoncée encore durant la période glorieuse de David et de sa descendance.
Les deux anciens ne verront pas l’avènement du Règne du Messie, mais tels Moïse sur le Mont Nebo au pays de Moab (Dt 32,49), ils le contemplent de loin sans pouvoir y entrer.  Comme Moïse, leur joie est immense d’être spectateurs de la réalisation des promesses faites aux Pères.  Ils pourraient reprendre le chant d’action de grâces de Zacharie au moment de la naissance de son fils Jean (Lc 1,68-75).
Joseph et Marie furent sans voix devant tant de jubilation de la part des deux « anciens ».  Paroles surprenantes faisant l’éloge du petit enfant :
lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d’Israël ton peuple,
disait Syméon, tandis que la prophétesse Anne renchérissait
en proclamant les louanges de Dieu et en parlant de l’enfant
à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.
Voilà donc des paroles glorieuses, nous pourrions parler du mystère joyeux de la naissance et de l’enfance de Jésus pour ses parents Joseph et Marie.  Mais la prophétesse Anne rajoute d’autres paroles qui interpellèrent les jeunes époux.  On trouve des paroles similaires dans la bouche de nombre de prophètes anciens, lorsqu’ils expliquent le dilemme de leur propre vocation, ou lorsqu’ils doivent interpeller les grands de leur époque.
Ainsi le prophète Ézéchiel reçoit un livre à manger, qui est doux comme le miel dans sa bouche alors qu’il contient des lamentations et des gémissements.  Dieu lui dit encore :
Fils d’homme, va-t’en vers la maison d’Israël et tu leur porteras mes paroles ;
mais la maison d’Israël ne veut pas t’écouter car elle ne veut pas m’écouter.
Toute la maison d’Israël n’est que fronts endurcis et cœurs obstinés. (Ez 3,4.7)
Marie qui a porté dans son sein le Verbe de Dieu, Joseph et Marie qui ont eu la charge de l’éducation de la Parole faite chair, ont bien des  fois dû se poser des questions sur la responsabilité que Dieu leur avait donnée.  Comment porter le souci quotidien alors que trop souvent voisins et connaissances les prenaient pour des illuminés.  Sans parler des réactions de la famille de Jésus adulte, venue le prendre car, disaient-ils, il a perdu la tête (Mc 3,21).
L’évangéliste Saint Luc précise dans un autre passage que Marie retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur (Lc 2,19).  Saint Joseph ne fut certainement pas en reste et à eux deux ils ne furent pas de trop pour porter à son plein épanouissement l’Enfant-Dieu.  Joseph et Marie initièrent Jésus à la prière, avant que Jésus lui-même ne leur révèle que Dieu était son Père (Lc 2,49).
En ce dernier jour de l’année civile, l’évangile nous a présenté Syméon et Anne, les derniers des prophètes de l’Ancienne Alliance.  Avant de célébrer demain, premier jour de l’An Nouveau, Marie Mère de Dieu, nous sommes invités aujourd’hui à vénérer le plus beau couple que la terre ait porté, Marie et Joseph.  L’année qui se termine est « vieille », l’année qui s’ouvre est « nouvelle ».  De même l’Ancienne Alliance est remplacée par la Nouvelle, en la personne de Jésus-Christ, Fils de Dieu et fils de Marie.  Joli raccourci de l’Histoire du Salut dans la simple histoire des hommes.  La vie continue, le vieux passe, le nouveau est là.  Rendons gloire à Dieu pour les grâces reçues durant l’année écoulée, ouvrons notre cœur pour recevoir les grâces de l’année qui s’ouvre.
Que la participation à l’eucharistie en cette fête de la Sainte Famille nous rappelle que nous sommes membres de la famille humaine, mais également de la famille de Dieu.

Frère Bernard-Marie

Publié dans Homélies 2017 | Commentaires fermés sur Sainte Famille de Joseph, Marie et Jésus

Solennité de l’Immaculée Conception de Marie

Marie et le serpent.

Dans le récit du péché originel, juste avant la condamnation du serpent que nous avons entendue en première lecture, le serpent est présenté comme « le plus rusé de tous les animaux » créés par Dieu.

Le serpent instille le doute chez son interlocuteur, il provoque la division, il agit toujours contre Dieu.  Il a inversé la parole de Dieu dans le jardin d’Eden en disant : Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin.

Mais Dieu avait dit : vous pouvez manger de tous les arbres, à l’exception de l’arbre qui se trouve au milieu du jardin, l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

Dans la condamnation du serpent, Dieu dit au serpent :
Maudit sois-tu, tu ramperas sur ton ventre, tu mangeras de la poussière…

Chacun sait que les serpents, comme tous les êtres vivants, ne peuvent se nourrir de poussière… Mais ce que Dieu dit au serpent, c’est que la nourriture qu’il prendra aura la saveur de la poussière, elle n’aura pour lui aucune saveur…

La seconde fois dans l’Histoire Sainte où il y a un combat entre l’homme et le serpent, c’est durant le séjour du Peuple dans le désert.  Alors que les Hébreux contournent le pays de Canaan, le peuple se met à murmurer
contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ?  Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! »
Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël.
  (Nb 21,4-9)

Moïse dressa un serpent de bronze sur un mât, et tous ceux qui le regardaient étaient sauvés.

La troisième fois où il est question du serpent, c’est Jésus qui fait l’analogie entre le serpent de bronze de Moïse et sa propre mise à mort…

De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert,
ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,
afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. (Jn 3,14-15)

Enfin, dans le Livre de l’Apocalypse, on trouve une mention de ce même serpent, avec ses autres noms :
Oui, il fut rejeté, le grand Dragon, le Serpent des origines, celui qu’on nomme Diable et Satan, le séducteur du monde entier. Il fut jeté sur la terre, et ses anges furent jetés avec lui. (Ap 12,9)

Telle est l’histoire du serpent dont le protévangile parlait déjà et dont la première actualisation se fit par l’Immaculée Conception de la Vierge Marie.  Pour être en mesure de répondre positivement à la demande de Dieu, comme nous l’avons entendu dans l’évangile tout à l’heure, il fallait que Marie soit sans péché, qu’elle soit comme Eve avant la chute.  Marie devient ainsi la Seconde Eve, la Nouvelle Eve.  Et son Oui à l’annonce de l’Ange, est un don total de sa vie à Dieu et à l’Enfant à naître.

L’ange avait affirmé au serpent à propos de la Nouvelle Eve : elle te meurtrira la tête et tu lui meurtriras le talon…

Marie vainquit le serpent tout au long de sa vie, et son Fils fut vainqueur définitif du serpent.  C’est la conclusion que nous a donnée l’Apocalypse dans le verset cité ci-dessus.  Oui, le serpent et tous ses anges furent jetés sur la terre, mais ils ont toujours le dessous, grâce à la victoire de Jésus, grâce au Oui de Marie, grâce à l’Immaculée Conception de Marie.

Tout est lié dans l’Histoire Sainte.  L’Immaculée Conception de Marie est déjà un fruit de la victoire de Jésus par sa mort et sa résurrection.  C’est ce que nous avons rappelé dans la prière d’ouverture de cette célébration.  Le Oui de Marie est aussi un Oui d’obéissance à l’appel de Dieu, un Oui vocationnel, qui ne trouve sa force et son couronnement que dans la mort et la résurrection de Jésus.

En ce temps de l’Avent, la fête de l’Immaculée Conception est comme un phare qui brille dans l’Attente…  Alors que la liturgie nous fait relire le prophète Isaïe qui annonce la venue d’un Sauveur, alors que la Préface de l‘Avent nous rappelle que nous attendons aussi le retour du Seigneur à la fin des Temps…  L’Immaculée Conception est la première lumière sur notre route, qui nous conduit chaque année par la naissance du Fils, jusqu’à sa Passion et sa Résurrection, et à l’attente de son retour glorieux.

Rendons grâce à Dieu pour le don qu’Il a fait à Marie dans son Immaculée Conception, pour le Oui que Marie a prononcé et qui a permis au Fils de Dieu de prendre chair en notre monde.  Que la participation à cette eucharistie nous fasse prendre toujours mieux conscience de l’amour infini que Dieu nous prodigue.  Cet amour a fait des merveilles en Marie.  Cet amour continue à faire merveille en chacun de nous.

Frère Bernard-Marue

Publié dans Homélies 2017 | Commentaires fermés sur Solennité de l’Immaculée Conception de Marie