Novembre 2007

Lundi 5 : L’Entreprise de zinguerie Bouquet à Nieppe s’attaque au rhabillement des 150 mètres de chéneaux du préau, ce qui est loin d’être une mince affaire. En est-ce une moindre pour P.Abbé de plancher avec les 3 abbesses de Belval, la Grâce-Dieu et Igny, jointes à leurs Pères Immédiats, sur le projet de regroupement de leurs 3 communautés ?  Telle est la raison qui voit notre Abbé passer 48 heures à Igny afin d’y suivre les projets de l’architecte, le financement des travaux, le calendrier du chantier et celui des déménagements.

Samedi 10 : P.Abbé profite du changement de semaine pour introduire une nouvelle tranche de simplifications dans les emplois hebdomadaires : tous les frères valides ont été répartis en 3 groupes de douze qui se chargeront successivement de tous les services, tant à l’église qu’au réfectoire ou à la vaisselle. Ainsi chaque frère est-il assuré d’avance de ses quinze jours de calme succédant à 8 jours sur la brèche.

Lundi 12 : Dom Marie-Gérard revient nous donner une substantielle session de liturgie présentée comme chemin d’épanouissement du moine. Les horaires en ont été aménagés de telle sorte qu’ils permettent au conférencier de mener de front 2, voire 3 enseignements parallèles et adaptés, le premier à toute la communauté, le second à des auditeurs libres et le troisième aux seuls étudiants.

Mardi 13 : Après être allé hier donner une conférence au CIPAC de Lille sur la spiritualité bénédictine, F.Prieur s’absente aujourd’hui pour une longue session de 2 semaines avec les étudiant(e)s du Stim-bac, au prieuré des bénédictines de Bouzy-la-forêt, dans le Loiret.

Jeudi 15 : P.Abbé rejoint Dom Manu de St Sixte à Tilbourg pour la clôture de la Visite Régulière que ce dernier vient d’y faire à sa place. Cette absence de nos trois premiers supérieurs (le prochain départ de F.Jean-Paul au Canada laissant vacante la place du sous-prieur) nous permet d’apprécier le rôle de 4ièmesupérieur dévolu depuis quelques mois à F.Bernard-Marie. Ce soir également la librairie du magasin s’honore de la présence de l’abbé Michel Scouarnec, liturgiste du diocèse de Quimper (et compositeur comptant à son actif plus de 150 cantiques eucharistiques). Il vient présenter son dernier livre Redécouvrir la messe. C’est ce volume que Michel Scouarnec vient présenter, avec verve et brio, à une nombreuse assistance, au premier rang de laquelle Dom Marie-Gérard.

Dimanche 18 : P.Abbé annonce à l’heure du chapitre le train de changements prévu en communauté après la visite régulière du mois dernier ; un convoi qui compte tant de wagons qu’il ne sera pas trop de toute la semaine pour le regarder défiler. Nous savions déjà F.Bernard-Marie redevenu cellérier ; nous apprenons maintenant qu’il sera gratifié d’un s/cellérier en la personne de F.Michel, déchargé à cette fin de la direction de la cuisine ; qu’il sera en outre dégagé de sa tâche de cérémoniaire, dévolue à notre étudiant camerounais F.Laurent-Marie, homme de sang-froid et de grande dignité ; qu’il cèdera enfin son poste de préfet des études à F.Gilles, déjà bibliothécaire et documentaliste. La curiosité des frères devra attendre pour apprendre la suite.

Mercredi 21 : P.Abbé députe F.Philippe à la bénédiction abbatiale de Mère Marie-Pascale à Brialmont (Belgique) et lui-même part accueillir à l’avion F.Bruno, de retour de Maromby ; il lui a en effet demandé de rentrer prendre la direction de notre noviciat afin de pouvoir confier à F.Philippe des emplois l’astreignant à des déplacements prolongés, tel le suivi des regardants croates, ou des constructions de la fondation de Maromby aux Seychelles, et plus essentiellement encore à une présence d’accompagnement un peu soutenue auprès de nos Sœurs de Belval avant leur Exode  à Igny.

Vendredi 23 : Le train de changements ayant fini de passer à l’heure du chapitre, voici un état à peu près complet des emplois touchés. Au noviciat comme à l’hôtellerie, tous les visages sont nouveaux : nouveau le Père Maître (F.Bruno) et nouveau son Sous-maître (F.Vincent), que déjà unissait l’amour de la même langue néerlandaise ; nouveau l’hôtelier, qui ne sera autre que Dom Korneel de Tilbourg, qu’à cette fin P.Abbé est allé aujourd’hui même chercher à Tilbourg avec F.Bruno ; et nouveau le S/Hôtelier, en la personne de F.Pierre, qui confie à F.Gilles sa casquette de Président du travail ; F.Christophe, sous-hôtelier sortant, troque la salle à manger des hôtes contre le réfectoire de la communauté, ce qui abrègera notablement le parcours de ses navettes à la cuisine tout en lui permettant de rester le bras droit de F.Louis-Marie, promu Chef-Cuisinier et resté jardinier. Toutes ces nouvelles affectations seront scellées demain par un verre de l’amitié pris en salle des coules après le repas du soir pour fêter les nouveaux arrivants (F.Bruno et Dom Korneel) et les prochains partants (F.Jean-Paul et F.Philippe).

Dimanche 25 : P.Abbé et F.Philippe gagnent ensemble Roissy pour 2 envols différents : Tananarive pour le premier, Zagreb pour le second. Demain lundi F.Jean-Paul fera de même, direction Montréal. F.Philippe nous revient dans deux jours, P.Abbé dans quinze, et F.Jean-Paul dans six mois.

Mardi 27 : Sœur Monique Luirard, religieuse du Sacré Coeur, agrégée d’histoire et ancienne professeur à Sciences-Po de Lille, revient nous donner une session de 4 jours sur un sujet pointu et donc douloureux : la crise conciliaire était-elle prévisible ? Nous gardons les horaires de la précédente session de liturgie, qui nous allaient si bien ; et au terme d’analyses aussi minutieuses que passionnantes, nous apprendrons qu’il s’agit là d’une véritable crise de civilisation plus que d’une crise ecclésiale ponctuelle.

 

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2007. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.