Avril 2009

Mercredi 1 : Nous perdons d’un coup nos deux premiers supérieurs : P. Abbé est à Igny pour 48 heures et P. Prieur à Clairefontaine pour 4 jours. D’Igny, P. Abbé nous ramènera  leur actuel aumônier, qui n’est autre que notre ancien étudiant F. Germain de Koutaba (Cameroun) ; c’est vous dire le plaisir ! Avec le brio que nous lui connaissions, F. Germain, qui se trouve en France pour des études de Droit Canon, nous parlera au chapitre de ses 7 mois passés à Cîteaux et de ses 3 derniers mois à Igny. En même temps que lui nous est arrivé Dom Korneel, ancien abbé de Tilbourg, qui fait fonction de confesseur extraordinaire pour notre communauté et que pour cette raison nous revoyons régulièrement.

 

 

 

 

 

Vendredi 3 : F. Maurice de Tamié, chargé du réaménagement de l’abbaye d’Igny – elle n’en est encore qu’à celui du déménagement – vient avec leur architecte et un technicien chauffagiste examiner le chauffage par soufflerie de notre église : chauffage au sol ou par soufflerie ? leur choix n’est pas encore fait.

 

 

 

 

 

Mercredi 10 : L’entreprise douaisienne qui s’était chargée de descendre la croix de l’une des 2 tourelles de l’église que la tempête du 13 août dernier avait renversée, est à pied d’œuvre pour l’y replanter plus belle encore. Un artisan de Villedieu les Poêles (Manche) a refait entièrement en cuivre le haut capuchon qui enserrera au haut de la tourelle une nouvelle croix en fer forgé, et la seconde tourelle aura droit à un traitement analogue. Ce sont donc 2 grandes croix de 2 mètres de haut que P. Abbé a bénies devant le perron à la fin de l’office de tierce.

 

 

 

 

 

JEUDI SAINT 9 : F. Bertrand reçoit les Ordres mineurs du lectorat et de l’acolytat après tierce, des mains de P. Abbé. Et le soir à l’heure du chapitre nous visionnons le Testament de Tibhirine, un émouvant montage de 10 minutes pour le 13ème anniversaire de l’enlèvement de nos 7 frères de l’Atlas.

 

 

 

 

 

MARDI DE PÂQUES 14 : Les causeries pauliniennes du Père Hubaut deviennent, de par son savoir-faire, aussi palpitantes à suivre que les enquêtes du Père Brown. Aujourd’hui il s’est attaqué à l’épître aux Galates, dont on eut pensé que tout en avait déjà été dit. Détrompez-vous, il y avait un os, et dans l’os une moëlle insoupçonnée du plus haut intérêt autobiographique. Mais chut ! Suite au prochain numéro.

 

 

 

 

 

Mercredi 15 : À l’heure de Tierce, F. Vincent demande les prières de la communauté afin d’appeler la bénédiction de Dieu sur lui-même et la fondation de N.D. de l’Harmonie qui commence en ce jour aux Seychelles, où arriveront en même temps que lui, venant de Maromby, Père Jean Chrysostome et F. Marie-Jo. Et le soir F. Gilles, qui lui aussi se prépare à rejoindre des pays plus chauds, Rome en l’occurrence, nous parle de l’abondance du cœur des 15 habitants de la Maison Généralice et des 150 étudiants de l’Université de St Anselme dont il suit les cours.

 

 

 

 

 

Vendredi 17 : F. Christophe subit avec plein succès une première opération de la cataracte. Et P. Abbé repart pour une nouvelle longue course apostolique qui l’éloignera une pleine semaine, d’abord à Frattocchie (Italie), pour y préparer une élection abbatiale, puis à Scourmont (Belgique), où se tiendra à partir de mardi prochain, la Conférence de la Région Centre-Europe.

 

 

 

 

 

Lundi 20 : F. Florent part 4 jours chez nos Sœurs de Clairefontaine pour souffler un peu. Il serait difficile d’égaler ses soins et ses veilles inlassables à l’égard de nos Anciens. F. Simon notamment perd de plus en plus la mémoire : ce n’est plus seulement sa canne ou sa coule qu’il égare, mais la notion des lieux et des temps.  Ce que par contre il n’oublie jamais, c’est le chemin de l’église, souvent emprunté par lui dès le lever des frères aux vigiles, et celui du vestiaire ou de l’office.

 

 

 

 

 

Mardi 21 : Le Père Motte, o.p., rappelé tantôt du Pérou par le Saint Siège afin de coordonner la première des 4 commissions d’enquête mises sur pied sur les instances de Mgr Teissier pour rassembler, pendant qu’il en est temps encore, tous les témoignages concernant les 19 religieuses et religieux tombés en Algérie durant l’ultime décade du siècle dernier, nous arrive de Scourmont, où il a pu rencontrer un témoin précieux du drame de Tibhirine en la personne de Dom Veilleux, alors procureur de l’Ordre à Rome. Sa causerie nous a beaucoup touchés.

 

 

 

 

 

Vendredi 24 : Dans les dernières années du XXème siècle un jésuite brésilien, Paolo Freire (1921 – 1997), mit au point un outil de travail destiné à appliquer les Exercices ignatiens non plus à la Personne mais au Groupe en tant que tel, en vue de l’aider à progresser dans la communication, à mieux reconnaître aussi les motions de l’Esprit, et à susciter s’il est possible un consensus dans le cas d’une décision à prendre. Son initiative passa bientôt l’océan et c’est ainsi qu’en 1992 les jésuites de Namur y répondirent en créant l’ESDAC (Exercices Spirituels pour un Discernement Apostolique Communautaire). Voilà pourquoi nous accueillons aujourd’hui et demain dans nos murs Sœur Marie-Pascale et le Dr André Wery, dépêchés pour une session d’essai qui de fait se révèlera rude. Aux grands maux les grands remèdes : après nous avoir présenté leur outil de travail, tout ignacien il va de soi, entendez extrêmement travaillé en vue d’une efficacité optimale, et dans une exigence de prière qui est la clé de voûte de toute l’entreprise,  Sr Marie Pascale nous déclara tout de go, avec son sourire le plus suave : « Il est 16h.30. À présent, d’ici à demain matin 09h. vous passerez une heure d’oraison sur l’évangile que nous vous proposons ; puis, après tierce vous vous écouterez en petits groupes de 5 désignés par papiers tirés au sort ; ensuite nous nous retrouverons tous ensemble  – Pardon, ma Sœur, vous avez bien dit une heure d’oraison ? – Mais oui !  – D’ici à demain matin ? – Mais oui ! »  Si quelqu’un en resta  estomaqué, ce fut bien votre chroniqueur !  Mais pourquoi ne pas jouer le jeu et ne pas faire confiance à l’étonnante perfection de l’outil de travail présenté par l’ESDAC ? Voilà où nous en sommes pour l’instant.

 

 

 

 

 

Lundi 27 : La réunion trimestrielle de la Fondation des monastères oblige P. Abbé à monter à Paris, où très tôt le lendemain il est encore sollicité par Radio N.D. pour une émission en direct de 40 minutes, puis par Michel Cool en vue de la sortie d’un n° spécial du « Pèlerin » sur la vie monastique…

 

 

 

 

 

Mardi 28 : Avec les Bernardines de la Cessoie (Lille) et moyennant l’appui logistique d’un article de « la Croix du Nord », P. Abbé et F. Bruno, Maître des novices, ont mis sur pied une rencontre avec les jeunes 18-35 ans susceptibles d’être intéressé(e)s par la vie contemplative. Pour ce premier essai, elles furent 3 jeunes filles et un garçon à les rejoindre à l’hôtellerie avant de passer le reste de la semaine, elles à la Cessoie, et Félix en communauté.

 

 

 

 

 

Nous lisons au réfectoire Un franciscain chez les SS, de Géréon Goldmann (Éd. de l’Emmanuel, 2008).

 

 

Et maintenant, pour la fin, le meilleur : le 11 juillet prochain, Mgr Gaschignard, évêque auxiliaire de Toulouse et ancien curé de F. Bertrand à Nantes, confèrera à notre frère le diaconat.

 

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2009. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.