Troisième Dimanche de l’Avent

Le Seigneur vient, mais saurons-nous le reconnaître ? Au temps de Jésus le Baptiste, on s’est beaucoup inquiété de savoir qui était ce Jean, mais on ne reconnaissait pas Celui qu’il annonçait. Aujourd’hui, nous risquons la même méconnaissance de Celui qui pourtant est déjà venu « au milieu de nous ».
Ce Jean qui baptisait au bord du Jourdain intriguait. Il attirait l’attention, du fait même qu’il attirait les foules. Il est donc logique que le pouvoir s’inquiète et cherche à le situer, à l’étiqueter par rapport aux données des Ecritures. Pour ce Jean bien visible et à la réputation si répandue, plusieurs références s’offrent. Ce sont les grandes références, les plus grandes même : le Messie, le prophète Elie, ou encore le « Grand Prophète », cad le nouveau Moïse annoncé dans le Deutéronome.         Non, rien de tout cela, répond Jean, tout en leur affirmant qu’il est en lien très étroit avec le Seigneur Dieu,  leur Dieu et le sien. Il est la voix de ce Seigneur. Il crie et demande qu’on aplanisse les chemins afin que son Seigneur et leur Seigneur vienne. Cette explication leur échappe, ils ne la reçoivent pas, et continuent de l’interroger.
Alors Jean les renvoie vers ce quelqu’un, auquel lui, Jean, rend témoignage. Mais il ne fait ainsi qu’augmenter leur étonnement, sinon leur inquiétude. En effet, quand il présente cet autre, il ne donne aucun signe qui permette de le reconnaître. Le seul indice est une sorte de comparaison entre Jean et celui-là. Celui-là sera bien plus grand que Jean : Jean se juge tout à fait indigne de défaire la courroie de sa sandale. La seule affirmation de Jean est que celui-là est là, il est présent déjà, il est au milieu d’eux. Il est là, même si vous ne le connaissez pas.
On connaît la suite de l’histoire et comment Jésus va apparaître peu à peu, en particulier à partir du baptême qu’il reçut de Jean dans les eaux du Jourdain. Mais, ce dimanche, nous pouvons aussi en rester à la situation initiale.
Nous avons nos curiosités, nos questions par rapport à Jésus. Mais Jean nous répond à nous aussi : « Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ». Il est là, dans nos vies. Il est présent bien plus que nous le pensons ou l’imaginons. Il est « au milieu de nous » à un point que nous ne pouvons pas nous représenter, comme nous ne pouvons pas nous représenter Jésus ressuscité vivant toujours avec nous et nous intégrant dans son corps.
Le Seigneur Jésus attend, comme à l’auberge d’Emmaüs, que nous ouvrions les yeux et que nous le reconnaissions. Il prend le temps de faire chemin avec  nous et, au moment opportun, il se manifeste. A cette heure-là, dans ce « maintenant », continuerons-nous à questionner comme les envoyés des Juifs, ou aurons-nous le cœur et les yeux ouverts, prêts à le reconnaître et à rendre grâce ?

Dom Jacques

Cette entrée a été publiée dans Homélies 2011. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.