L’Abbaye du Mont des Cats en 1919.

Dans les archives nous avons un certain nombre de photos probablement d’origine militaire, datées entre le 21 et le 28 novembre 1919.
Ces photos sont riches d’enseignements car elles donnent une idée de l’évolution des reconstructions progressives de l’abbaye.
La première tâche des moines qui voulurent revenir vivre dans leur abbaye, fut de trouver un lieu habitable.  Ce fut l’hôtellerie dont il suffisait de réparer quelques pans de toiture.
Les autres travaux furent plus conséquents, car il fallut commencer par déblayer les gravats et nettoyer les lieux.  C’est l’état de l’Abbaye tel qu’il se laisse découvrir un an après les bombardements et la fin de la guerre.
Voici quelques-unes de ces photos militaires.  Elles sont commentées brièvement dans le texte, mais on peut les visionner en « diaporama » en cliquant sur les miniatures.

L'auberge en face de l'abbaye.
La toiture est abîmée sur la droite du corps de bâtiment, mais également à gauche sur le corps de ferme.  La reconstruction est en cours, et le corps de ferme ne sera pas conservé.

La façade de l'église.  .
La rosace est tombée, et l’on a également démonté ce qui restait de charpente et de toiture, ainsi que le clocher et ses deux cloches.
.

L'aile Nord, aile abbatiale et petit dortoir.De cette aile de bâtiment il a également fallu démonter la toiture (ou ce qui en restait).  Les gravats qui se trouvent au sol proviennent du démontage intérieur.  A l’étage il y avait le « petit dortoir » et le noviciat, au rez-de-chaussée les bureaux abbatiaux et le chapitre des frères convers.
L'intérieur de l'église déblayée, vue depuis le sanctuaire L'église vue depuis préau (façade Ouest) L'église et ce qui reste de la sacristie (façade Est) Le chevet de l'église et le cimetière Le chevet de l'église et l'aile du chapitre et de l'infirmerie
Les photos ci-dessus parlent pour elles-mêmes.  Ce qui était délabré a été démonté, y compris les chapelles rayonnantes du chevet de l’église et la sacristie.  L’église resta en cet état jusqu’en 1922.  En août de cette année on démolit ce qui doit encore l’être, et en décembre 1922 on construit la nouvelle église.
L'aile du chapitre et de l'infirmerie en cours de restaurationCette partie des bâtiments fut la première à être restaurée.  On réduisit le nombre de chiens assis dans la toiture, et on utilisa des tuiles démontées d’autres bâtiments, ce qui explique les différences de teintes.  Par les fenêtres du toit on constate que l’autre versant du toit n’a pas encore été restauré.  Sur la gauche, la cage de l’escalier de bois a été simplifiée par rapport au bâtiment initial, tandis qu’à droite on voit la toiture en chantier de la liaison de l’infirmerie vers la chapelle-tribune de l’église (voir la photo précédente).
Le chapitre L'infirmerie Le réfectoire Le grand dortoir La cuisine ou ce qu'il en reste
Le chapitre n’ayant pas été trop endommagé, on l’a utilisé pour y entreposer des statues, un peu de mobilier, et surtout les deux cloches de l’église.  L’infirmerie par contre, côté Sud, fut complètement détruite et démontée.  On y aménagea une chapelle provisoire.  L’aile du réfectoire et du grand dortoir furent fortement endommagés, ainsi que la cuisine.
Depuis le préau, vue sur le cloitre longeant l'église et l'aile nord Depuis le préau, vue sur l'aile nord La chapelle privée du Père Abbé, à côté de son bureau Au rez-de-chaussée de l'aile Nord, le chapitre des frères convers A l'étage de l'aile Nord, le petit dortoir avec vue sur l'escalier de pierre
Le grand dortoir, au-dessus du réfectoire, n'a plus non plus de toiture

Les ailes Nord et Ouest ont presque autant souffert des bombardements que l’église abbatiale.  Le cloître, quant à lui, servit à entreposer ce qui pourrait encore servir…

Le cloître Nord avec à droite l'entrée de l'église Le cloître Nord depuis l'entrée du chapitre des frères Le cloître longeant le réfectoire (à gauche) Le cloître longeant l'église (à droite)
Enfin, voici quelques photos des ateliers un an après les bombardements.
La fromagerie et la salle des machines La salle des machines et la menuiserie La brasserie
Les bâtiments n’ont déjà plus de tuiles, qui ont été utilisées en partie pour restaurer d’autres toitures, dont l’aile Sud avec le Chapitre et l’Infirmerie ainsi que l’hôtellerie. Sur la photo de la brasserie on ne voit plus la menuiserie qui a été démontée, ce qui explique les gravats au sol.
La menuiserie, la salle des machines et la fromagerie, avec la cheminée de la chaufferieLa photo précédente, montrant la salle des machines et la menuiserie, date de l’été 1919.  Une autre vue des bâtiments des ateliers, alors que la cheminée de la chaudière à vapeur est encore debout.
.

Vue de l'autre côté de l'aile des ateliers : le magasin à bois et le générateur de vapeurVue prise de l’autre côté de l’aile des ateliers, près de la cheminée si elle était encore debout.  Le magasin pour le stockage du bois et la salle des machines avec la chaudière à vapeur qui fournissait l’énergie mécanique et la chaleur nécessaire à faire tourner les ateliers et les industries.
.
Le magain à bois et la boulangerie Etable et grange à fourrage dans la cour de la ferme Etable et grange de 1880 restaurées
Concernant les photos ci-dessus, la boulangerie se trouvait dans le bâtiment avec la buanderie tout au bout du cloître du réfectoire.  La petite étable se trouvait dans l’axe des bâtiments des ateliers, dans la cour de la ferme.  La grande étable et la grange de 1880 séparaient la cour de la ferme de la cour dite des chevaux, donnant sur le réfectoire et le grand dortoir.

Les commentaires sont fermés.