Le mur de clôture

Le premier mur de clôture avait été construit après la construction de la première Église abbatiale par Dom Dominique Lacaes.  Après avoir reconstruit l’Église Saint Constance en 1870 et l’hôtellerie en 1875, Dom Dominique fit construire un mur de clôture.  L’église abbatiale n’était plus accessible directement de la route, et désormais, selon les usages de la Congrégation de Sept-Fons les dames ne pouvaient pas entrer dans une église de moines.  C’est pour cela qu’on avait construit la petite église à côté du monastère.

1870 le mur de clôture côté Nord du monastère 1870 le mur de clôture rejoint les ateliers et la grange 1870 le mur de clôture côté Sud et l'hôtellerie
Sur les photos on voit que le domaine enclos par le mur est assez exigu et ne comprend pas les terres cultivées par les moines.  Notons également que la construction de l’hôtellerie a nécessité de déplacer le « Chemin de l’Hermitage » qui passait tout près du monastère des Antonins, dans le prolongement duquel on avait construit l’hôtellerie.

Plan cadastral 1839 Mur de clôture et première hôtellerie en briques Premier monastere 1847, dessin de Père Eugène, le mur côté Sud englobe le "Calvaire" des Antonins.
Le gros-plan sur la photo panoramique vers 1847 permet de voir la haie démarrant au bord du bâtiment des Antonins comme étant la « première clôture ».  Sur la droite, à partir de l’hôtellerie qui venait d’être construite, le mur qui sert à détourner le chemin d’origine.  Le mur construit sous Dom Lacaes prend son départ au même endroit mais englobe ensuite davantage les bâtiments de communauté.  Nous n’avons pas trace de l’endroit où il aboutit, probablement à hauteur de la buanderie et de la boulangerie.  Sur l’aquarelle de Père Eugène on voit que le mur englobe le Calvaire des Antonins, ce qui explique qu’on ne le voit pas sur la photo panoramique.
Lorsque Dom Jérôme Parent décide de reconstruire l’abbaye vers 1885 il envisage également de reconstruire le mur de clôture, en englobant encore plus de terrain à l’intérieur du périmètre.  Sur les avant-projets de Mr Destombes, architecte Lillois, le mur est renouvelé sur tout le pourtour.  D’après les photos de l’époque la reconstruction se fit en deux étapes.  Le mur grossier, en pierres du Mont des Cats, fut remplacé par un mur en briques rouges, dont la frise était décorée de croix en briques blanches.  Ceci est la réalité pour le mur sur le versant Nord du domaine, qui fut reconstruit avant la construction de la nouvelle abbaye.  Derrière le bâtiment de l’école construit par Père Athanase en 1839 on voit le mur qui remonte pour aller rejoindre le coin des bâtiments des ateliers.

1890 Projet Destombes, gros-plan sur le mur de clôture 1891 le nouveau mur de clôture descendant le long de la route de Godewaersvelde Le mur de clôture longeant la route de Godewaersvelde 1897 le mur de clôture derriere l'école remontant jusqu'aux ateliers
Le mur de clôture côté Sud du Mont des Cats fut construit plus tard.
Sur les photos et cartes postales présentant la face Sud des bâtiments anciens et nouveaux on voit l’évolution.
En septembre 1896 on commença la construction du mur de clôture sur cette face.  Mais regardons de plus près l’emplacement du mur existant, qui est encore présent durant la construction de la nouvelle église abbatiale.
L’ancien « chemin de l’ermitage » est visible sur la première photo et est délimité par une clôture d’un côté et par des arbustes de l’autre côté.  Au fond à gauche et sur la photo une fois l’église terminée on voit une clôture en palissade de bois.  L’ancien mur de clôture passait tout près du chevet de la nouvelle église.
1893 ancien mur de cloture cote Sud, durant la construction de l'église 1894 ancien mur de clôture côté Sud et palissade en bois
Sur la face Sud du monastère, on retrouve des éléments du mur de clôture de Dom Dominique en regardant de près la photo prise durant la construction de l’église abbatiale. 
1894 ancien mur de clôture côté Sud, gros-plan de la photo précédente 1896 le nouveau mur de cloture, depuis le Moulin
Sur la photo suivante (ci-contre), on voit le nouveau mur de clôture jusqu’au moulin de bois.  Le chemin qui longe la clôture en fil de fer correspond à l’ancien « chemin de l’ermitage » qui se trouve désormais « en clôture ».  Il a donc fallu une nouvelle fois déplacer un chemin public.
Une fois la clôture terminée, les moines se sont attelés à assurer les terrassements indispensables pour égaliser le sol et pour en faire des terrains cultivables.

Travaux de terrassement le long de l'aile de la buanderie et boulangerie 1897 Pose d'un Decauville pour le terrassement
Paul DECAUVILLE (1846 – 1922) est le promoteur d’un système de voie ferrée à l’écartement de 60 cm (mais aussi 40 cm et 50 cm à ses débuts). Il inventa aussi la voie Decauville ce qui le rendit célèbre : elle est composée de traverses en acier rivées aux deux rails, ainsi la voie peut se décomposer en travées toutes faites facilement démontables et transportables.
Sur la dernière photo on voit en arrière-fond les chariots des Decauville, tandis que les moines installent les rails.
Le mur rejoint le moulin qui se trouvait au sommet du Mont, et dont on voit l’ombre sur la photo précédente.
1897 mur de clôture derrière caserne, côté OuestEnsuite le mur redescend jusqu’à un peu après le « Café du Moulin ».  Là il tourne à angle droit pour rejoindre, en ligne droite, l’autre côté de la cour des ateliers et la cour de la ferme.  Il surplombe les deux bâtiments de la caserne des douaniers construits de ce côté du Mont.
L’aménagement du terrain inclus en clôture est visible grâces aux images suivantes.  D’abord vue depuis le moulin du chevet de l’église et l’ancien chemin, vers 1895.  Puis depuis le même endroit après construction du mur et l’aménagement d’un chemin de promenade pour les moines et au bout du chemin une petite « grotte » que l’on voit de dos.  Cette grotte, en 1900, fut remplacée par une vraie grotte de Lourdes.
1895 depuis le moulin, ancien chemin avant la construction du mur 1898 depuis le moulin, mur et une premiere grotte au bout du chemin 1900 grotte de Lourdes contre le mur de clôture chemin bordé de châtaigners

L’ancien « chemin de l’ermitage » est visible sur la première photo et est délimité par une clôture en fil de fer d’un côté et par des arbustes de l’autre côté.  Au fond à gauche et sur la photo une fois l’église terminée on voit une clôture en palissade de bois.  L’ancien mur de clôture passait tout près du chevet de la nouvelle église
.

Les commentaires sont fermés.