Dom Sébastien Vandermarlière, 5ème abbé

Albert Vandermarlière naquit à Linselles le 18 mai 1871. Après avoir fait ses études au collège de Tourcoing et son service militaire, il entra à Sainte Marie du Mont en 1894. Blason abbatial de Dom Sébastien VandermarlièreIl était sous-prieur quand il fut désigné pour succéder à Dom Dominique Scheercousse comme Supérieur du monastère des Catacombes de Saint Callixte à Rome, en janvier 1914. Mobilisé en 1915, il revint en France puis repartit à Rome après la guerre. Après le décès de Dom Bernard, c’est lui qui fut élu abbé du Mont des Cats.
Dom Sébastien VandermarlièreDom Sébastien reçut la bénédiction abbatiale à Rome, le 29 juin 1919, des mains de Mgr Van Rossum. Revenu au Mont des Cats il dut affronter la très lourde charge de rebâtir le monastère sur les ruines de la guerre.
L’église fut simplifiée dans son style intérieur et la voûte fut abaissée de deux mètres. Les anciennes stalles furent remplacées par des stalles moins riches en sculpture et le jubé ne fut pas rétabli. La première messe pontificale put être célébrée le 19 mars 1926.
Mont des Cats, les stalles de 1898 Mont des Cats, les dégâts dans l'eglise en 1918 Mont des Cats, les stalles restaurées après la guerre 1914-18

L’ancienne hôtellerie, en pierres du pays, fut démolie en 1924 et remplacée par une construction en briques complétant très bien celle construite en 1895. L’ensemble constitue l’hôtellerie actuelle.
Les photos ci-après présentent l’ancienne et la nouvelle hôtellerie depuis trois points de vue différents : depuis la route et le portail d’entrée, en enfilade de la façade Nord de l’Abbaye et enfin depuis le chevet de l’église côté Sud.

Entrée Abbaye et ancienne hôtellerie derrière l'Eglise Saint Constance, vers 1898 Hotellerie et portail d'entree Abbaye vers 1950 Facade Nord et ancienne hotellerie vers 1910 La Façade Nord avec l'hôtellerie d'un seul tenant, vers 1950

1898 Chevet de l'église et ancienne hotellerie 1930 l'hotellerie complétée, cote cloture
Quand la guerre fut déclarée en 1939, la communauté comptait alors environ 80 religieux. Dom Sébastien vit partir 39 de ses moines sous les drapeaux. Grand malade du cœur après les fatigues de ces vingt dernières années, il vit son œuvre de reconstruction atteinte par un premier bombardement, le 29 mai 1940, qui toucha l’église, le noviciat et une partie de l’infirmerie.  Le 14 novembre suivant, suite à une tempête, la tourelle Ouest de la façade de l’église s’effondra.


Dépouille mortelle de Dom Sébastien VandermarlièreDom Sébastien Vandermarlière mourut subitement d’une crise cardiaque le 7 septembre 1940.

Les commentaires sont fermés.