Chronogramme

Chronogramme qui était visible à l’entrée de l’abbaye

Ecce Elongavi Fugiens Atque Mansi In Solitudine

ce qui signifie :

Voici que j’ai fui loin du monde et que j’ai établi ma demeure dans la solitude

Lorsque les moines vivaient dans les anciens bâtiments des Antonins, , l’inscription se trouvait peinte sur le mur à proximité de la porte d’entrée. On en a gardé trace, grâce à un tableau de l’époque représentant l’entrée du monastère.

Entrée des anciens bâtimetns des Antonins, avec le chronogramme sur le mur.

Ce tableau du peintre Salomé se trouve au Musée de Bailleul et nous en possédons une copie.
Lors de la construction du « premier » monastère, vers 1847, l’inscription fut apposée sur la porte d’entrée, comme on le voit sur la peinture suivante.


Lors de la construction du monastère consacré en 1898, le chronogramme était inscrit au frontispice du porche d’entrée.

Entrée vers 1930 Le portail d'entrée, vers 1950.

Le porche a été détruit en 1970 environ, lorsqu’il a fallu élargir l’entrée pour permettre le passage des gros camions devant entrer dans la cour de la ferme ou de la fromagerie.

Un chronogramme est un texte qui cache une date, souvent une date de fondation ou de création. Pour trouver la date, il faut généralement additionner les lettres représentant des chiffres romains. Dans le cas présent, l’addition aboutit à la date de fondation du monastère, 1826.

ECCE ELONGAVI FUGIENS ATQUE MANSI IN SOLITUDINE

En additionnant les chiffres romains on obtient :

C + C + L + V + I + V + I + V + M + I + I + L + I + V + D + I = 1826.

Dans les chronogrammes, souvent la lettre « u » vaut la valeur du « V »; I = 1 ; V = 5 ; X = 10 (n’apparaît pas dans notre chronogramme) ; L = 50 ; C = 100 ; D = 500 ; M = 1 000

La phrase latine est extraite du Psaume 54 (55) verset 8, selon la version liturgique du bréviaire de l’époque. Pour les besoins du chronogramme, on a simplement remplacé le « et » par « atque » afin d’ajouter le chiffre 5.  Cela ne change en rien le sens de la phrase… C’est particulièrement remarquable que les moines fondateurs aient trouvé à inscrire de manière aussi concise deux vérités de la vie des moines du Mont des Cats :

  • la date de fondation, d’une part ;
  • le sens de la vie monastique : recherche de la solitude favorisant la prière, d’autre part.

Ce texte rappelle en effet la « fuite » des moines, « loin du monde », afin d’y « demeurer dans la solitude » pour chercher Dieu et pour prier aux intentions de tous.

D’autres monastères cisterciens ou trappistes ont cherché à dire la spécificité de notre vie retirée sur leurs portails d’entrée,en utilisant une phrase de Saint Bernard, tout aussi concise et expressive de l’essentiel : « O beata solitudo, O sola beatitudo » qu’on pourrait traduire comme ceci : bienheureuse solitude, unique bonheur.

Depuis que le porche du monastère a été détruit, nous n’avons plus qu’un vague souvenir de ce chronogramme. Il nous plaît qu’il ait été repris de manière moderne sur l’en-tête des pages du site de l’Abbaye. Le texte a disparu du porche d’entrée de l’Abbaye,mais apparaît désormais sur le porche « virtuel » de notre site…

Les commentaires sont fermés.