Mars

MARDI 1 : Notre  prieur Père Jacques prend une petite semaine de repos à Saint-Sixte mais il attendra l’Ascension pour s’accorder un temps plus conséquent jusqu’en octobre. Ce même après-midi nous arrive Sœur Élie, prieure de Jouarre et grande helléniste, venue prêcher à partir de demain notre retraite annuelle sur les apophtegmes, qui se rapproche fort d’une solide initiation à la lecture spirituelle de l’Écriture Sainte.

MERCREDI 9 : Après toute une semaine sans réunion communautaire, il n’est pas trop difficile de vous donner en vrac  grandes et  petites nouvelles. Et d’abord la désignation d’un conseiller pastoral supplémentaire en la personne de F. Bernard-Marie, auquel il est par ailleurs demandé de rejoindre le Conseil de gestion ; F. Daniel, cellérier, souhaite également faire doucement passer la bibliothèque du régime papier à celui du numérique, notamment pour nombre de Revues. F. Jean-Pierre a, quant à lui, accepté de reprendre son ancienne charge de cérémoniaire pour en soulager d’autant notre nouveau supérieur,  F. Louis-Marie faisant de même au magasin pour y perpétuer avec F. Jessé une présence monastique hautement appréciée.  Père Marc-André s’était engagé dans la prédication d’une retraite aux carmélites de Saint-Saulve (Valenciennes) de ce jeudi 10 au jeudi suivant alors que, supérieur à Maromby en instance de retour au Mont des Cats, il ne se doutait aucunement de la suite que prendraient pour lui les événements… Dernière nouvelle : F. Vincent au terme de plus de six mois de séjour à Orval n’attend plus qu’une occasion de covoiturage pour nous rentrer. Elle se présentera dès mercredi prochain.

JEUDI 10 : F. Jean a réussi à commuer sa semaine anglaise en semaine bretonne : elle lui permet de rejoindre quatre prêtres jubilaires, ainsi que d’autres compagnons de leur commun petit séminaire de Ste Anne d’Auray qui firent avec lui toutes leurs années du secondaire.  Joie des retrouvailles après tant d’années !

SAMEDI 19 : La Saint Joseph, chômée comme un dimanche, s’est révélée pause vivifiante tant au spirituel qu’au physique avant la dernière ligne droite du carême.

DIMANCHE 20 : Un soleil timide a permis à la procession des rameaux de se déployer à l’extérieur, tandis que divers allègements de la cérémonie introduits l’an dernier n’ont pas du tout nui à la ferveur liturgique.

MERCREDI 23 : F. Pierre-André de Maromby nous revient ce soir pour le Triduum de Pâques, qui ne seront pour lui qu’un simple long week-end, les vacances de Printemps étant à une date ultérieure.

SAMEDI 26 : Durant l’office des vigiles, trois brèves coupures de courant dues à la tempête se révélèrent malencontreuses pour le matériel électronique de la fromagerie endommagée, obligeant à interrompre la fabrication jusqu’à la fin du mois…

Le déroulement de la veillée pascale n’en fut pas affectée. La simplification des cérémonies due à notre petit nombre nous a même, semble-t-il, beaucoup apporté en chaleur fraternelle, et tant notre nouveau supérieur Marc-André que notre chantre F. Louis-Marie surent y imprimer le meilleur d’eux-mêmes. Il pleuvinait bien un peu lorsque la communauté se rassembla autour du grand feu préparé d’année en année par F. Michel, mais la pluie attendit que nous soyons rentrés dans l’église pour vraiment tomber.

DIMANCHE DE PÂQUES : Lors de son chapitre de remerciements et de partage des nouvelles, P. Marc-André attribua à F. Vincent les galons de sacristain portés jusqu’alors par F. Bruno, en y ajoutant le nettoyage de l’église.

LUNDI DE PÂQUES : À l’occasion des festivités pascales, pour exprimer combien il est bon et doux de vivre ensemble comme des frères, nous avons partagé le repas de midi en « libre échange » dans le « point rencontre » du réfectoire, avec un menu plus appuyé et arrosé que de coutume.

MARDI 29 : F. Bernard-Marie gagne Lyon, où il participera demain à une journée de travail consacrée par l’Université catholique aux congrégations religieuses sur le thème : Construire l’avenir avec confiance et réalisme.

 

Nous avons terminé pour Pâques la lecture du petit livre de Mgr Doré : Jésus expliqué à tous (Seuil 2015) et entamons à présent Les Héroïnes de Dieu. L’épopée des religieuses missionnaires au XIXᵉ siècle, par Agnès Brot et Guillemette de La Borie (Presses de la Renaissance, 2011).

Dans la joie pascale.

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2016. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.