Mai 2006

Mercredi 3 mai – F. Vincent nous rentre pour une petite semaine, le temps d’une intervention chirurgicale à la clinique du Bois (Lille) pour dégager un nerf de l’avant-bras gauche qui commençait à lui recroqueviller les doigts de la main.

Mercredi 10 mai – Afin de faire mémoire du 10ème anniversaire de l’assassinat de nos sept frères de Tibhirine, outre le livre de John Kiser commencé au réfectoire et les chapitres de P. Prieur, nous avons pu regarder ce soir un film de 55 minutes : le testament de Tibhirine.

Vendredi 12 mai – Le Père Petitclerc, ancien polytechnicien, devenu prêtre salésien et bien connu des milieux éducateurs, a été invité par le magasin, à venir présenter au public le livre Tu peux changer le monde, écrit par Charles Delhez et Nadine Deglin, et qu’il a préfacé.

Lundi 15 mai – La fromagerie cesse de livrer aux fermiers son sérum, qui prend désormais la direction de la station de méthanisation. Durant deux semaines, la station ‘tournera’ à demi-régime, en ne traitant que le sérum. Dès le 30 mai elle passera au plein régime et deviendra opérationnelle également pour les eaux usées.
Autre nouveauté, à l’église cette fois : jusqu’à la fin de la semaine, nous faisons un essai d’abat-sons disposés fort discrètement dans le dos des frères occupant les hautes stalles.
Ce soir nous arrive notre ancien évêque Mgr Jean Vilnet.  Maintenant âgé de 84 ans, il est retiré à Saint-Dié, qui fut son premier diocèse.  Il vient animer une session sur le Concile Vatican II, dont il demeure l’un des derniers évêques-témoins, puisqu’il fut appelé à l’épiscopat durant la seconde inter-session. C’est donc de l’assemblée conciliaire dont il fit lui-même partie qu’il a reçu sa « feuille de route » d’évêque, ce qui le remplit de fierté et de gratitude aujourd’hui encore.

Mardi 16 mai – P. Abbé nous est bien rentré de sous l’Équateur à l’heure prévue, accompagné de ses deux plus fidèles comparses, Épuisement et Contentement. Autre heureux retour : celui de notre directeur de la fromagerie, F. Gilles, de retour de Tamié où a eu lieu la réunion annuelle des responsables de fromageries d’abbayes.

Mercredi 17 mai – L’hôtellerie accueille pour 48 heures le Conseil de rédaction des Collectanea, qui peut se proposer en exemple de parité avec ses 3 sœurs (dont la Rédactrice en chef) et ses 3 frères.

Vendredi 19 mai – Mère Janine de Belval fête aujourd’hui les 75 ans d’âge qui lui donnent droit à la retraite. Sa communauté a exprimé le souhait de recevoir une supérieure ad nutum venue de l’extérieur.

Lundi 22 mai – F. Bernard-Marie participe durant une semaine à une session originale puisque franco-allemande, à Helfta en Allemagne, et ouverte à tous les Pères-Maîtres et Mères-Maîtresses des deux branches cisterciennes voulant aider leurs novices à entrer dans la prière psalmique. Au total, ce seront 20 germanophones et 10 francophones qui se retrouveront dans ce haut-lieu de la mystique cistercienne. Pour le voyage, notre Père-Maître sera pris en gare de Liège par la voiture d’Acey, après qu’elle ait déjà embarqué à Igny le Père-Maître de Cîteaux et la Mère-Maîtresse d’Igny.

Mardi 23 mai – Le mauvais temps nous a privés de la procession des Rogations. En prime de consolation, P. Abbé, en dépit de ses soucis, entame à l’heure du chapitre une nouvelle série de très belles causeries sur le Regard.

Vendredi 26 mai – À la grande fierté de nos frères de Maromby, le député de Fianarantsoa au Parlement malgache – ainsi qu’au Parlement panafricain de Johannesburg – est venu, accompagné de son épouse, passer l’Ascension au monastère. Amis de longue date de notre fondation, ils nous font la surprise de nous apprendre qu’ils seront les premiers laïcs cisterciens de la Grande Ile.

Samedi 27 mai – P. Abbé entame une semaine de visites qui le conduiront dans l’Ouest, où il rencontrera notre frère Denis à Melleray et donnera quelques conférences aux participantes du Service des Moniales à St-Jacut-de-la-mer, sur l’exercice de l’autorité.

Mercredi 31 mai – Françoise Breynaert, nièce de notre frère Louis, nous a fait terminer le mois de Marie en beauté avec une première causerie sur l’enfance et l’éducation de la future mère du Fils de Dieu jusqu’à l’Annonciation. Françoise manifeste envers la Bambina Maria une piété sensible et tendre qu’elle a l’art de nous transmettre.

 

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2006. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.