Août 2007

Jeudi 2 : Accord ayant été passé avec le P.Gérard de Bellefontaine et son abbé de reprendre au Mt des Cats les éditions de Bellefontaine, P.Abbé rencontre à Paris Dom Jean-Marc de Bellefontaine et Dom Armand de Scourmont.

Dimanche 5 : P.Abbé a prié F.Charbel, jeune profès, de mettre fin à son expérience monastique et ce dernier a demandé à être relevé de ses voeux. Ainsi, jusqu’à présent, aucun de nos jeunes frères libanais n’aura réussi à s’insérer en communauté.

Lundi 6 : Notre Père Immédiat Dom Victor,  son prédécesseur Dom Jean-Marc et Mère Danièle de Rome ont passé 48 heures en communauté.

Mardi 7 : Le Père Hugo et le frère Charles, rédemptoristes à Matran (Suisse), sont arrivés pour la pose du tabernacle commandé à P.Hugo et qui sera bénit solennellement durant l’office de none ce jeudi. C’est un ouvrage magnifique en bronze doré surmonté d’un cristal de roche qui fait penser, une fois éclairé, à un grand feu brûlant sans se consumer.

Vendredi 10 : Le P.Claude Tassin, spiritain professeur de judaïsme ancien et de Nouveau Testament à la Catho de Paris, nous a présenté deux soirs de suite une homélie synagogale sur les gêrim. On traduit généralement gêrim par prosélytes mais c’est à prendre avec précaution, car nous sommes dans la tradition juive qui est différente de la tradition chrétienne.

Samedi 11 : Le Père Général a demandé à P.Abbé d’aller le rencontrer à Rome « toutes affaires cessantes ». À son retour il part se reposer à Belval, car tous ses déplacements et les soucis qu’ils occasionnent l’ont épuisé.

Dimanche 12 : F.Philippe s’envole pour la Croatie, pour rencontrer le Cardinal de Zagreb jeudi, ainsi que plusieurs aspirants à la vie monastique.

Jeudi 23 : Un premier frémissement laisse pressentir que quelque chose se trame en communauté : P.Prieur et notre ouvrier Sébastien sont partis chercher très loin un petit orgue, tandis qu’une entreprise monte sur le parking un chapiteau de toile digne du Grand Khan. Le magasin, lui, est prêt depuis longtemps, pavoisé aux trois couleurs du drapeau italien et achalandé en huile d’olive de Trefontane, en vins rouges ou rosés d’Émilie, en vinaigre balsamique, en CD de bel canto et, bien évidemment, en parmigiano reggiano, le roi des fromages et celui de la fête. C’est samedi en effet que se fera la réplique au concert de la Voie Lactée qui s’est donné le premier jour du mois à Campagnola Emilia (Italie) en présence de F.Bernard-Marie, et en vue duquel 400 invitations ont été envoyées, correspondant au maximum de places que notre église puisse se permettre.

Samedi 25 : Après vêpres et moyennant un filtrage rigoureux des entrées, le déroulement de la fête s’est révélé parfait. Elle débuta dans l’église avec l’audition de 9 pièces religieuses toutes du XVIIesiècle italien et même parmesan, chantées et accompagnées à l’orgue par une Compagnie de 4 artistes, eux aussi de Parme : 2 sopranes aux voix éclatantes, 1 basse impressionnante et un organiste qui était également le maestro du groupe. Après l’ovation finale, fort appuyée, tout le monde passa dans le pavillon pour les discours de remerciement et la restauration.

L’arrivée de F.Bruno et de F.Lucien de Maromby passa un peu inaperçue dans cet ébranlement universel, mais elle était bien au diapason du contentement général. F.Bruno nous restera 8 semaines, et F.Lucien pour le temps de ses études.

Dimanche 26 : Marius et Gabriel, nos précieux séminaristes roumains, regagnent leur patrie après que la relève soit arrivée en la personne de Marius II et de Petre et non sans nous avoir laissé en cadeau la grande Bible roumaine dite de 1688, traduite sur le vieux slavon.

Lundi 27 : Mr Olivier de Lauriston, administrateur de notre Société, prend aujourd’hui ses fonctions de directeur de la Société aux côtés de F.Bernard-Marie. Ce même matin, c’est un Père Abbé déjà bien requinqué qui nous rentre de Belval.

Jeudi 30 : F.Aimable et F.Henri avaient choisi ce jour de la dédicace de notre église pour fêter respectivement leurs 70 et 50 années de profession religieuse. Le recueillement et la simplicité qu’ils voulurent y mettre permit de mieux goûter encore la causerie de la sœur de F.Henri, Petite Sœur de Jésus chez les Mupuchos d’Argentine, aborigènes dont la civilisation semble au moins aussi avancée que celle de notre Occident qui se dit civilisé ; et tout autant la causerie de F.Aimable, seul survivant en communauté des années d’avant-guerre et qui sut nous tenir en haleine en nous les racontant.
Après avoir lu au réfectoire Dieu sous les verrous, propos de Sr Isabelle LEBOURGEOIS, aumônier à la prison de Fleury-Merogis, recueillis par Yves de Gentil-Baichis et parus aux Presses de la Renaissance, nous avons commencé une biographie d’Elisabeth BEHR-SIGEL (1907-2005), Vers le jour sans déclin, par Olga Lossky (Cerf 2007).

Avec notre F.Bertin nous vous confions son papa qui s’est endormi dans la paix le samedi 18 août.

 

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2007. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.