Février 2008

Samedi 2 : Aujourd’hui et demain, P.Abbé participe à Lille à 2 cérémonies, civile puis religieuse, au cours desquelles notre évêque, touché par la limite d’âge depuis 2 ans, fait ses adieux à son diocèse en lui faisant connaître le nom de son successeur : Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Chambéry. La prise de possession canonique n’aura cependant lieu qu’à la messe chrismale du Mardi Saint 18 mars ; jusqu’alors Mgr Defois demeure à Lille avec le titre d’administrateur apostolique.

Lundi 4 : Sans l’avoir cherché le moins du monde, P.Abbé se voit amené à procéder de la même manière que notre évêque pour la nomination du nouveau supérieur ad nutum de Frattochie : dans un premier et tout bref aller-retour opéré sur la journée, il se rend aujourd’hui à Rome faire connaître aux frères le nom de l’heureux élu, avant d’y retourner avec lui vendredi pour une première prise de contact : il s’agit du Père-Maître de l’abbaye de la Trappe, P.Thomas, âgé de 40 ans (ce qui le rend ipso facto le plus jeune de sa nouvelle communauté). Cependant son entrée en charge ne prendra effet que le 28 mai. Aujourd’hui aussi, notre hôtellerie rouvre ses portes pour accueillir les 8 étudiants du Stim-bac et leurs 3 enseignants, les Pères Jean-Yves Calvez, Olivier de Dinechin et Louis-Marie Chauvet. Ce soir même, ses valises à peine déposées, le Père Calvez acceptera de nous parler, avec autant de chaleur que de compétence, de l’Amérique latine qu’il fréquente depuis bientôt 50 ans, au point qu’elle lui est devenue comme une seconde patrie.

Mercredi 6 : Piloté par l’évêque auxiliaire de Lille Mgr Pascal Delannoy, notre nouvel évêque Mgr Laurent Ulrich s’est octroyé trois jours pour une première visite-éclair de toutes les zones pastorales de son diocèse. À ce titre, il a tenu à venir partager notre office de None avant de nous adresser quelques mots depuis l’ambon. Non seulement Mgr Ulrich vient du diocèse de notre maison-mère, mais il est de surcroît fort lié à l’abbaye de Cîteaux, sise dans son diocèse d’origine.

Jeudi 7 : C’est au tour de Mgr Defois de venir nous faire ses adieux. Dans une dernière et très belle causerie, il nous partage son regard sur le drame de l’athéisme contemporain : l’homme ne voit pas qu’en prétendant se séparer de Dieu et du sacré il se coupe en fait de son humanité, jusqu’à ne plus être même un homme.

Lundi 11 : Journée historique au magasin pour officialiser la passation des éditions de Bellefontaine au Mont des Cats, moyennant la création d’une S.A.R.L. regroupant 6 actionnaires (Aiguebelle, Bellefontaine, Échourgnac, La Coudre, le Mont des Cats et Scourmont) ; notre F.Philippe en devient la cheville ouvrière avec Anne-Catherine. Tous deux avaient bien fait les choses en plaçant la soirée sous le parrainage de notre évêque Mgr Defois et du Père Eric de Clermont-Tonnerre, op., directeur des éditions du Cerf, et le « marrainage » de Mme Anne Sigier, éditrice de notre Père Abbé à Québec, et de Mme Colette Nys-Mazure, écrivain grande amie du monastère. Le Père Étienne Baudry, ancien abbé de Bellefontaine et précédemment directeur lui-même des éditions, dix ans durant, en retraça l’histoire depuis le lancement du premier titre par le Père Placide Deseille en 1956. Il s’agissait de la série alphabétique des Apophtegmes des Pères du désert, colligée par le Père Jean-Claude Guy, sj, qui sortit héroïquement ronéotée, et même illustrée, devenant ainsi tête de pont d’un travail éditorial qui s’honore aujourd’hui de 170 titres illustrant parfaitement le mot d’ordre laissé au cours de la soirée par le Directeur du Cerf : « Ce qui importe avant tout, c’est moins de commencer que de persévérer tout en gardant son identité ». Laissons à Mme Colette Nys-Mazure le soin de nouer le ruban du bouquet pour vous le rendre moins austère : « Lire, écrire et vivre sont un seul et même verbe ».

Mardi 12 : F.Lucien retourne à Maromby assurer la vendange ; à cette fin il a reçu un congé de trente jours, pas un de plus !

Mercredi 13 : P.Abbé est à Belval pour le jubilé de Sœur Simone, figure de poids de cette communauté. Il en reviendra accompagné de Dom Yvon d’Oka (Québec), qui doit nous prêcher à partir de dimanche la retraite annuelle. Dans les chapitres précédant ce grand jour, Dom Yvon nous présente de manière fort agréable son monastère. Fondé par Bellefontaine en 1881, il comptait déjà 60 religieux dix ans plus tard, pour atteindre le chiffre record de 180 moines en 1950. Puis le courant s’inversa brutalement et Oka ne compte plus à présent que 28 frères, ce qui explique le transfert prochain de la communauté dans une maison en cours de construction et davantage à sa mesure.

Samedi 16 : F.Igor passe de notre noviciat à celui de Croixrault pour voir si la vie bénédictine ne lui serait pas plus profitable que la nôtre. Nous avons aussi dans nos murs pour quelques jours le Père Maurice, prêtre malgache, professeur de droit canon, qui s’occupe des aspirants de Maromby ; il arrive d’Italie et repart pour Madagascar jeudi, ce qui lui permettra de profiter d’une notable partie de la retraite.

Samedi 23 : Tout a une fin, même les plus belles retraites. Une semaine durant, les astreintes du rythme quotidien, volontairement détendues par P.Abbé, auront prêté à chaque journée je ne sais quel parfum de congés payés… À moins qu’il ne faille vous dire que les causeries de Dom Yvon nous ont transformés en autant de grands étudiants enchantés de se retrouver au noviciat avec un maître débonnaire sachant mêler sa riche expérience d’Abbé à celle d’une multitude d’aînés ayant nom Bernard de Clairvaux, Guillaume de Saint Thierry, Gilbert de Hoyland, Baudouin de Forde… Le thème de la retraite était en effet celui-ci : À l’écoute du désir de Dieu à l’école de nos Pères cisterciens.Dom Yvon nous a quittés ce matin après la célébration eucharistique, mais dès le soir nous pouvions cueillir le premier fruit de sa prédication avec la profession simple de notre F.Pascal, qui a tellement pris au sérieux son nouvel élan baptismal qu’il a demandé à changer de nom pour prendre celui de Samuel. Ce même jour, F.Philippe nous a ramené F.Igor, qui a pour son compte souhaité rentrer en Croatie ; F.Bernard-Marie l’emmènera prendre l’avion lundi pour Split. Tandis que notre ami Philippe Duc vient passer en communauté les 2 semaines de vacances allouées par l’Éducation Nationale à tous ses pupilles.

Mardi 26 : F.Bernard-Marie nous informe que chaque frère travaillant à la fromagerie ne peut plus désormais se servir qu’une seule fois de sa tenue et doit en revêtir une autre à chaque nouvelle prestation.

P. Abbé et chacun des frères vous présentent leurs meilleurs vœux pascals.

 

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2008. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.