Vendredi Saint 2012

Dans cette passion selon S. Jean, les paroles de Jésus commencent par être des questions, des interpellations. « Qui cherchez-vous ? », « Pourquoi m’interroges-tu ? », « Pourquoi me frappes-tu ? ».
Par ces questions, l’auditeur juif se réveillera-t-il ? Par contre, avec son interlocuteur païen, Pilate, Jésus a un vrai dialogue. Et ce Pilate finit par proclamer au peuple juif qui est ce Jésus. Il emmène Jésus dehors, il l’expose aux Juifs et leur dit : « Voici l’homme » ; puis, une deuxième fois, il l’emmène dehors, il le met sur le siège de qui a autorité, et dit aux Juifs : « Voici votre roi ». Et Pilate n’en démord pas : « ‘Jésus de Nazareth, roi des Juifs’ ? Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit ».
La question « Qui est Jésus ? », celle de son identité, reste ouverte. Mais la première question qui nous rejoint est celle que Jésus pose lui-même en premier dans cette Passion : « Qui cherchez-vous ? » Et ce sera aussi celle de Jésus ressuscité : « Femme, qui cherches-tu ? »
En cette heure où la mort atteint Jésus et où toutes les apparences se dissolvent, c’est l’heure d’écouter le fond de notre être, le fond de notre désir, et d’entendre le cœur de Dieu qui l’habite. Puisse-t-il ouvrir les yeux de notre cœur, et que se dévoile la beauté sans mesure de Celui qui nous appelle.

Père Abbé

Cette entrée a été publiée dans Homélies 2012. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.