Août 2011

MARDI 2 : Après qu’un récent orage ait mis à mal une fois de plus les divers circuits électroniques de la maison, F.Bernard-Marie a fait poser des parafoudres pour tenter de mieux gérer la situation. Il nous a également appris que le premier mois de vente de notre bière avait dépassé toutes les prévisions, en partie grâce à l’aide exceptionnelle de l’abbaye de Scourmont.
MERCREDI 3 : Le Père Thiriez, Philippe Père Blanc qui fêtera l’an prochain ses 60 années de sacerdoce, est venu nous parler des pays arabes sillonnés par lui plus d’un demi-siècle durant du Sahara à l’Iran, ainsi que de nos frères de Tibhirine et de Mgr Claverie, évêque d’Oran avec lequel il avait contracté une très grande amitié.
VENDREDI 5 : À peine rentré de sa semaine de retraite, Père Abbé a réuni le chapitre conventuel et celui-ci s’est empressé d’accepter à la profession simple notre frère Oswaldo, mauricien arrivé voici 3 ans déjà de l’océan indien avec pour tout bien un sourire et une disponibilité dont il ne cesse de réchauffer la communauté.
MARDI 9 : Arrivé cet après-midi pour se rendre avec P.Abbé à une brève rencontre des supérieur(e)s de toutes les maisons italiennes, Dom Guerric de la Trappe nous a partagé au chapitre les dernières semaines de Dom Marie-Gérard, avec une délicatesse de cœur et  force détails touchants dont nous lui sommes très reconnaissants.
MERCREDI 10 : C’est une voiture abbatiale bien chargée qui prend avant le jour la direction du sud avec F.Michel au volant : première étape, l’aéroport de Beauvais, où Dom Jacques et Dom Guerric prendront le premier avion pour Rome ; seconde étape, Paris, où notre doctorant F.Denis trouvera dix jours d’hospitalité chez les Bénédictins de la Source, le temps pour lui d’écrémer la Bibliothèque Nationale. De Paris, F.Michel gagnera Joinville pour y refaire le plein en enfournant Philippe Duc avec armes et bagages pour un séjour de plusieurs mois en communauté.  Il était de retour pour vêpres.
LUNDI 15 : Le ciel, à la pluie depuis plusieurs jours, a cédé la place dès le matin au manteau azuré de Marie, qui nous valut une journée d’affluence exceptionnelle,  tant à la messe du matin – du jamais vu, foi de sacristain – qu’à la procession des vêpres autour du parc de l’hôtellerie.
MARDI 16 : Frère Oswaldo est parti à la Trappe faire sa retraite en préparation de sa profession temporaire. Ce petit gourmand y jouira coup sur coup de la fête patronale de leur abbé Dom Guerric, le vendredi 19, puis de celle de tout l’Ordre cistercien en ce samedi de la Saint Bernard.
MERCREDI 17 : Après être allé conduire à Sept-Fons notre frère Bertrand, P.Abbé nous en est revenu le lendemain avec Dom Marc-André de Maromby, cueilli au passage à Roissy comme un beau fruit des tropiques. Depuis, nous voici visuellement recyclés, tant sur les Seychelles que sur Maromby, grâce aux nombreuses photos ramenées par lui dans ses bagages.
MARDI 23 : Notre nouveau curé Bertrand Lener, jeune prêtre en charge de notre paroisse depuis bientôt 5 ans, vient nous parler avec fougue de ses 18 clochers plantés dans une région rurale en sur-vitalité, puisqu’il y a célébré pour la seule année dernière 160 baptêmes contre 85 funérailles. Son ministère s’étend aussi à tout le diocèse, où il est en charge de l’ACE, voire au monde entier, avec l’accueil des migrants érythréens par l’Association Terre d’Errance de Steenvoorde.
MERCREDI 24 : Père Abbé, Fr. Bernard-Marie et Mr de Lauriston sont allés signer à Chimay l’accord entre la société du Mont des Cats et la brasserie de Scourmont.
MARDI 30 : Nous avons fêté cette année, plus glorieusement encore s’il se peut que les années précédentes, la dédicace de notre église, d’abord par la profession simple de notre frère Oswaldo, puis par la visite d’adieux de nos sœurs de Belval – Igny – La Grâce-Dieu résidant à Belval, qui devraient toutes intégrer le Val d’Igny autour de la Toussaint. Elles s’en sont retournées à Belval après les vêpres avec deux passagers clandestins, F.Louis-Marie et F.Patrick, combien heureux, l’un d’y achever et l’autre d’y entamer un bon temps de repos dans le Seigneur.

En lecture de réfectoire, après être venus à bout de la forte biographie du Cardinal Tisserant par Étienne Fouilloux, nous achevons la biographie plus mince du frère Luc de Tibhirine par Christophe Henning et Dom Thomas Georgeon, qui nous en apprennent tout autant sur les dernières années – combien émouvantes – de la petite communauté en général, que sur frère Luc en particulier (Bayard 2011).

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2011. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.