Chapitre 69 – Que nul au monastère n’ose prendre la défense d’autrui

ON VEILLERA À CE QUE, au monastère, un moine n’ait en aucun cas le front d’en défendre ou d’en soutenir en quelque sorte un autre,
fût-il son parent, à quelque degré que ce soit.
Un moine ne se le permettra en aucune façon, car ce peut être une occasion de troubles graves. Toute transgression sera sévèrement punie.

 

27 avril
27 août
27 décembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.