Chapitre 65 – Du Prieur du monastère

IL ARRIVE ASSEZ SOUVENT que l’institution d’un prieur provoque des troubles graves dans les monastères.
Certains en effet, enflés d’un mauvais esprit de vanité, s’imaginent être de seconds abbés ; ils s’attribuent un pouvoir arbitraire et fomentent des troubles et des dissensions dans les communautés.
C’est le cas surtout là où le prieur est institué par le même prêtre, ou par les mêmes abbés qui ont institué l’abbé.
Il est aisé de comprendre qu’il est tout à fait absurde de lui donner prétexte à vanité dès le début même de son institution,
quand ses pensées lui suggèrent qu’il est soustrait à l’autorité de l’abbé,
« puisque tu es institué par ceux-là même qui ont institué l’abbé ».
De là jalousies, contestations, médisances, rivalités, dissensions, désordres.
Quand l’abbé et le prieur sont d’opinion contraire, leur âme est forcément en danger,
et ceux qui leur sont soumis vont à leur perte quand ils flattent les divers partis.
Le mal né d’un tel péril est au premier chef le fait des instigateurs de tels désordres.

 

22 avril
22 août
22 décembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.