Chapitre 43 – De ceux qui arrivent en retard au service de Dieu

L’HEURE DE L’OFFICE DIVIN, dès qu’on aura entendu le signal, on laissera tout ce qu’on avait en main et l’on accourra en toute hâte,
avec sérieux toutefois pour ne pas donner prise à la dissipation.
Rien ne passera avant le service de Dieu.
Aux Vigiles de la nuit, si quelqu’un arrive après le Gloria du psaume quatre-vingt-quatorze – que pour cette raison nous voulons que l’on dise en traînant et lentement – il ne prendra pas son rang au choeur,
mais le dernier de tous, ou à la place spéciale que l’abbé aura fixée pour de tels négligents, où ils seront vus de l’abbé et de tous.
Il en fera réparation par une pénitence publique à la fin du service de Dieu.
Nous estimons qu’ils doivent se tenir à la dernière place ou à part, pour que, exposés au regard de tous et en concevant de la honte, ils s’amendent.
Car s’ils restaient hors de l’oratoire, tel irait se recoucher et dormir, tel irait s’asseoir dehors et passerait son temps à bavarder, donnant occasion au malin.
Qu’ils entrent à l’intérieur pour ne pas tout perdre, et se corriger à l’avenir.
Aux Heures du jour, ceux qui ne seront pas arrivés au service de Dieu après le verset et le Gloria du premier psaume qui suit ce verset, resteront au dernier rang en vertu de la disposition que nous avons prise ci-dessus.
Qu’ils n’aient pas le front de se joindre au choeur de ceux qui psalmodient, avant d’avoir fait réparation, à moins que l’abbé, usant d’indulgence, n’en donne permission.
Mais même dans ce cas le coupable devra faire réparation.

 

22 mars
22 juillet
21 novembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.