Chapitre 6 – De l’amour du silence

FAISONS CE QUE DIT LE PROPHÈTE : J’ai dit : Je me surveillerai pour ne pas pécher par ma langue. J’ai placé un frein à ma bouche, j’ai été muet, humilié et j’ai tu même de bonnes paroles.
Le prophète montre là que, si l’amour du silence oblige parfois à taire même de bonnes paroles, a fortiori le châtiment dû au péché doit tarir les mauvais propos.
Par conséquent, en raison de l’importance du silence, on n’accordera que rarement la permission de parler, fût-ce à des disciples parfaits, même pour des propos bons, saints et édifiants.
Car il est écrit : En parlant beaucoup, tu n’éviteras pas le péché ; et ailleurs : La mort et la vie sont au pouvoir de la langue.
Car s’il revient au maître de parler et d’instruire, il convient au disciple de se taire et d’écouter.
C’est pourquoi, si l’on a quelque chose à demander au supérieur, on le fera en toute humilité et déférente soumission.
Quant aux grivoiseries, aux paroles vaines et qui portent à rire, nous les condamnons et les excluons à jamais de tous lieux et nous ne permettons pas au disciple d’ouvrir la bouche pour de tels propos.

 

24 janvier
25 mai
24 septembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.