Engagement définitif de F Francis, Notre Dame du Rosaire

+
Act 1, 12-14; Lc 1, 26-38.
+
Frères et soeurs, parents et amis, c’est alors que notre Frère Yvon s’est discrètement effacé, que notre Frère Francis va reprendre le flambeau que lui a laissé son aîné. Ainsi va-t-il prononcer son engagement définitif d’oblat, dans cette communauté de Sainte Marie du Mont des Cats, en ce jour où l’Eglise célèbre Notre Dame du Rosaire, notre Dame de la prière.
En devenant oblat, Frère Francis respecte deux fidélités, deux appartenances. Il demeure Fils de la Charité, tout en devenant Fils de Saint Benoît. Il reste fidèle à son engagement auprès des plus humbles, tout en se mettant à l’école de l’humilité. Il reste Fils, tout en devenant notre Frère! Fils et Frère à la fois, quelle belle vocation!
Au début de cette eucharistie, pleins de joie et de reconnaissance, demandons au Seigneur de bénir notre frère et les deux familles religieuses auxquelles le lieront, désormais, son engagement.
+
« Comment cela va-t-il se faire »? Cette question de Marie à l’Ange Gabriel, qui lui annonce un destin extraordinaire, est aussi bien souvent la nôtre. En effet, Dieu fait des promesses, beaucoup de promesses, dans les Ecritures, et pourtant, Il ne semble pas prendre les moyens pour les réaliser. Bien plus, Il semble même prendre un malin plaisir à faire durer les choses, et quand Il se décide enfin à réaliser ce qu’Il avait promis, cela nous paraît toujours un peu tard.
Ainsi en est-il pour notre Frère Francis qui, après une longue vie au service du monde du travail, et surtout de tous ceux et celles qui en sont les victimes, est venu frapper à la porte du monastère. Mais comme le Seigneur voulait que ce projet fût le Sien, Il a commencé par Se dérober, à user le bel enthousiasme du jeune retraité venu directement de chez Chaussoy au Mont des Cats.
Derrière ces allées et venues, ces hésitations, ces peurs, cher Frère Francis, tu as mis un peu de temps à reconnaître Sa main. Tu voulais réaliser quelque chose de fort, tu voulais te donner pour tous ceux que tu avais aidés durant ta vie de travail, et voilà que le Seigneur semblait faire la fine bouche. Tu te sentais vieillir, tu commençais à perdre tes forces et à te courber. Comment pourrais-tu encore Le suivre?
C’est que Dieu n’a pas besoin de tes mains, ni de ta haute stature, mais Il a surtout besoin de ton coeur. Ce qu’Il attend de toi, c’est ce qu’Il a demandé à cette Vierge de Nazareth, que nous célébrons aujourd’hui, sous le vocable de Notre Dame du Rosaire. En effet, ce que le Seigneur attend de toi, c’est que tu dises « oui », et que tu sois au milieu de nous, pour demeurer avec Lui.
Ce « oui » que tu vas prononcer aujourd’hui n’est pas le tien. Il n’est pas le fruit de tes efforts, de ton engagement, de ton travail. Il est devenu, comme le « oui » de Marie, un don de l’Esprit, une grâce absolument gratuite de Dieu? C’est lorsque nous avons conscience de n’avoir plus rien à donner, de ne plus rien pouvoir, que Dieu nous demande tout, et nous le donne. Ce « oui », c’est d’abord et surtout le Sien. Il a besoin de notre pauvreté reconnue, acceptée, aimée, pour faire en nous des merveilles.
Mais ce « oui » n’est que le début de l’aventure, la porte qui ouvre sur notre vocation la plus profonde. Car lorsque nous ne pouvons plus rien, ou lorsque nous pensons ne plus rien avoir à donner, c’est alors seulement que nous pouvons prendre place à côté des autres Apôtres, de Pierre, Jacques et Jean, André, Philippe et Thomas, et les autres, et surtout à côté de Marie mère de Jésus, dans la chambre haute.
Qu’importent alors nos projets, nos idées, nos goûts. Nous sommes appelés à faire partie de ceux que Saint Luc nomme mystérieusement « ses frères » . Car c’est bien en disant « oui », comme Marie, en demeurant dans la chambre haute, cher frère Francis, que tu deviendras frère de tous tes frères. Frère de cette communauté du Mont des Cats d’abord, bien sûr, mais aussi frère de tous les hommes, et surtout enfin frère de Jésus. Que le Seigneur te donne Sa grâce pour réaliser, chaque jour, cette belle vocation qui est désormais la tienne.

Cette entrée a été publiée dans Homélies 2006. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.