Profession temporaire de Frère Charbel

+

RB 73.

+

Ce chapitre 73 de la Règle de Saint Benoît est bâti sur un paradoxe. En effet, pour parvenir aux « plus hauts sommets de doctrine et de vertu » (RB 73, 9), il suffit de pratiquer « cette petite règle pour débutants » (RB 73, 8). Ainsi, dans le dernier chapitre de la Règle, nous retrouvons ce que Saint Benoît affirmait déjà au chapitre 7, à propos de l’humilité: « si nous voulons atteindre le sommet suprême de l’humilité, et si nous voulons parvenir rapidement à cette hauteur céleste où l’on monte par l’humilité de la vie présente » (RB 7, 5) , il convient de s’abaisser, car c’est en descendant qu’on monte!

Et, pour Saint Benoît, il n’y a pas de doute, comme le rappelle le chapitre 73 que nous venons d’entendre, s’abaisser, c’est accepter d’entrer dans cet humble chemin de conversion que nous propose la Règle. En effet, bien souvent nous ressemblons à ce général lépreux du roi d’Aram, Naaman le syrien, qui était prêt à faire les choses les plus difficiles et les plus exigeantes, mais qui avait tourné bride lorsque le prophète Elisée lui avait simplement demandé d’aller se baigner sept fois dans le Jourdain (1 R 5). C’était trop facile, trop peu conforme à l’idée qu’il se faisait d’un maître spirituel.

Il faut bien le reconnaître, nous avons fréquemment cette attitude à l’égard de certains préceptes de la Règle et des Constitutions qui nous semblent mesquins ou accessoires. Nous les ignorons, nous prétendons faire par nous-mêmes un discernement, et nous finissons par faire allègrement le contraire, sous prétexte que cela n’aurait pas d’importance. Mais si cela n’a pas d’importance, alors pourquoi avons-nous tant de mal à le faire?

Il ne s’agit pas, bien sûr, de retomber dans un certain littéralisme, largement répandu à d’autres époques, et qui faisait de la moindre virgule oubliée, du moindre moucheron, une occasion de scrupule. Heureusement, ces temps sont loins de nous. Mais il n’en demeure pas moins vrai que ce sont les petites choses de la vie, les choses simples et apparemment sans importance qui finissent par tracer le véritable chemin de la sainteté dans nos vies.

La sainteté monastique n’est pas faite d’exploits extraordinaires ou de visions sublimes. Bien au contraire, la sainteté du moine est tissée de ces mille et un petits détails qui transforment une vie ordinaire en un chemin extraordinaire de guérison intérieure. Qui dira, en effet, combien un simple sourire, un geste d’amitié, une marque d’attention, un petit effort de patience, une parole retenue, ont bien plus de poids aux yeux de Dieu que toutes les grandes déclarations. Notre chemin est fait de ces multiples petits gestes d’amour authentique, qui peuvent transformer notre propre vie, et celle de notre communauté.

De ces mille et un petits signes de fraîcheur évangélique, cher F Charbel, tu peux voir de très nombreux exemples dans cette communauté qui t’accueille aujourd’hui. Mais puisque tu n’as pas les yeux dans tes poches, tu peux aussi constater bien souvent aussi le contraire. Qu’importe. Saint Benoît t’invite à voir et à imiter le meilleur, en laissant le moins bon aux esprits animés de ce « zèle amer », dont il parle au chapitre 72 de la Règle. Pour vivre heureux, pour progresser sur ce chemin de sainteté, il te suffira de suivre pas à pas, sans te lasser, avec une humble fidélité, cette « petite règle pour débutants », et de la reprendre sans cesse, sans te laisser décourager, sans négliger ce que tu ne comprends pas encore.

Et s’il arrivait, à Dieu ne plaise, que certains moines, se croyant plus spirituels que Saint Benoît, veuillent te faire croire qu’ils ont dépassé cette « petite règle », laisse-les dire, c’est en général le signe évident qu’ils n’ont pas encore commencé. Mais toi commence chaque jour et continue à suivre le seul vrai Maître qui t’ouvrira les chemins de la sainteté, qui sont un véritable chemin de liberté. Car tel est, en définitive, la marque la plus évidente du progrès spirituel: cette liberté du coeur qui peut tout accueillir, parce qu’elle a su renoncer à tout.

Heureux les hommes libres de coeur, le chemin du Royaume est à eux!

 

Cette entrée a été publiée dans Homélies 2007. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.