La vocation

La vocation du profès est discernée en plusieurs étapes. La première est l’admission des frères, puis le noviciat, la profession temporaire et enfin la profession solennelle. Voici ce qu’en disent les Constitutions (la première partie des articles) et la manière dont cela est vécu à l’abbaye du Mont des Cats (en gras et en italiques) :

L’admission des frères

Les aspirants à la vie monastique sont accueillis avec bonté ; cependant on ne leur accorde pas facilement l’entrée. La fréquentation du monastère leur permet de faire connaissance avec la communauté et ils sont avertis des choses dures et âpres par lesquelles on va à Dieu. Ils ne sont reçus en communauté que s’ils manifestent les dispositions spirituelles exigées pour une vie monastique, jointes à une maturité et une santé suffisantes : c’est alors que leur désir d’embrasser cette vie pourra être reconnu comme le signe d’un appel divin, le signe aussi de leur intention de chercher vraiment Dieu et de tout leur cœur.

A l’abbaye du Mont des Cats, les aspirants commencent par venir passer quelques séjours à l’hôtellerie. S’ils se sentent appelés à approfondir leur appel à la vie monastique, ils rencontrent le maître des novices pour quelques entretiens. Ils font ensuite quelques séjours en communauté, au noviciat.

Le noviciat est le lieu où les novices prient et font la Lectio Divina. Ce lieu se trouve au premier étage de l’aile Nord du bâtiment.

L’aspirant, après avoir fait plusieurs séjours brefs en communauté, après un séjour plus long d’au moins un mois, décide d’entrer définitivement. Après consultation du maître des novices, une date est prise. L’aspirant doit régler ses affaires matérielles, démissionner de son travail, avant d’entrer comme « postulant ». La durée du postulat chez nous est habituellement de 6 mois.

Le maître des novices

Le maître des novices est choisi en fonction de son aptitude à gagner les âmes ; qu’il soit prudent, bien imprégné de la discipline monastique, sachant communiquer aux jeunes la sagesse des Pères et capable de leur servir de guide.

Le maître des novices est le père spirituel des aspirants et novices. Il a pour tâche d’initier les novices à la vie monastique et à la vie dans la communauté du Mont des Cats.

Le maître des novices aide les débutants à s’intégrer dans la famille monastique. Il les initie aux pratiques monastiques, particulièrement à l’œuvre de Dieu, à la lectio divina, à la prière et au travail manuel.

Le maître des novices veille de manière plus générale à l’équilibre humain, psychologique et spirituel des frères à lui confiés.

L’entrée au noviciat se fait par une petite célébration en salle du chapitre. Le postulant est dépouillé d’un gilet puis revêtu de l’habit de novice. L’habit est blanc avec un scapulaire blanc.

La durée du noviciat est de deux ans.

L’admission à la profession temporaire

Au cours du noviciat on examine soigneusement si le novice tire un profit spirituel de sa participation à la vie monastique. Si vraiment il cherche Dieu, s’il est empressé à l’œuvre de Dieu, à l’obéissance et aux humiliations, et s’il est apte à vivre correctement, dans la solitude et le silence, les relations communautaires qui tissent la vie cistercienne dans l’Ordre, l’abbé pourra, avec le consentement du chapitre conventuel, l’admettre à la profession temporaire s’il le demande librement et une fois le noviciat accompli.

Si le novice profite de son expérience monastique, s’il progresse dans les voies de la prière et de la charité fraternelle, s’il s’épanouit au plan humain et spirituel, le maître des novices et le Père Abbé le présentent à la communauté en vue de la profession temporaire.

La profession temporaire

La profession temporaire est célébrée en salle du chapitre. Le novice promet obéissance entre les mains du Père Abbé. On lui enlève ensuite le scapulaire blanc qui est remplacé par un scapulaire noir.

Le jeune profès ou profès temporaire ne peut prononcer son engagement définitif avant au moins trois ans de profession temporaire.

La formation des profès à vœux temporaires

La formation monastique se poursuit pendant le temps des voeux temporaires. Le programme de cette formation [Ratio institutionis] est élaboré pour les nouveaux profès afin que, de plus en plus, ils entrent dans la connaissance du mystère du Christ et de l’Église ainsi que dans celle du patrimoine cistercien et qu’ils s’efforcent de les faire passer dans leur vie.

La formation des jeunes profès se fait au sein de la communauté, dans le cadre du « studium monastique ». Des frères d’autres communautés monastiques peuvent se joindre aux cours.

En ce moment nous n’avons pas de profès temporaires qui participent au Studium. Mais quatre frères venus de Madagascar suivent des cours intercommunautés.

L’admission à la profession solennelle

Au terme de la période des vœux temporaires, après avoir mûrement réfléchi et pris conscience de la gravité de l’acte qu’il s’apprête à poser, le frère, en toute liberté, présente à l’abbé sa demande en vue de la profession solennelle. Si celui-ci le juge apte, il l’y admet avec le consentement du chapitre conventuel.

Lorsque le frère fait profession solennelle, il est depuis au moins 6 ans en communauté. Il a pu se rendre compte par lui-même que c’est vraiment Dieu qui l’appelle à cette vie. Par ailleurs, la communauté a pu constater par elle-même que le frère « cherche vraiment Dieu, qu’il est empressé au service de Dieu, à l’obéissance, aux humiliations. » (extrait de la Règle de Saint Benoît chapitre 58,7)

Par sa profession solennelle, le frère fait vœu de conversion de vie. Ce vœu comprend concrètement la pauvreté pour le Royaume. Si le moine possède des biens, il doit les distribuer aux pauvres ou les donner au monastère.

La profession solennelle

Par la profession des vœux solennels, le frère se donne au Christ en esprit de foi et s’engage à vivre pour toujours dans sa communauté selon la Règle de saint Benoît. L’abbé et les frères l’accueillent avec bienveillance dans la communauté, sachant qu’ils s’obligent au devoir de l’aider par leurs prières et leurs exemples à revêtir de plus en plus la ressemblance du Christ.

La formule de profession est celle-ci :

Moi, frère N., je promets stabilité, conversion de vie et obéissance jusqu’à la mort selon la Règle de saint Benoît, devant Dieu et tous ses saints, en ce monastère de Sainte Marie du Mont des Cats, de l’Ordre Cistercien de la Stricte Observance, construit en l’honneur de la bienheureuse Marie, Mère de Dieu et toujours Vierge, en présence de Dom Jacques, abbé de ce monastère.

La profession solennelle est célébrée au cours d’une eucharistie en présence de la famille et des amis du frère. Au cours de la célébration le frère prononce la formule ci-dessus. Il dépose ensuite la cédule de profession sur l’autel où il la signe. Ensuite en geste d’accueil il reçoit l’accolade de chacun des frères profès de la communauté. Il demande à chacun des frères de prier pour lui et pour que Dieu nous donne à chacun la grâce de la persévérance.

 

En ce moment nous n’avons pas de profès temporaires qui participent au Studium. Mais quatre frères venus d’Afrique et de Madagascar profitent des cours qui sont organisés au sein de l’abbaye. Deux frères de l’abbaye Notre Dame de Victoria au Kenya et deux frères de notre fondation Notre Dame de Maromby à Madagascar.

L’admission à la profession solennelle

Au terme de la période des voeux temporaires, après avoir mûrement réfléchi et pris conscience de la gravité de l’acte qu’il s’apprête à poser, le frère, en toute liberté, présente à l’abbé sa demande en vue de la profession solennelle. Si celui-ci le juge apte, il l’y admet avec le consentement du chapitre conventuel.

Lorsque le frère fait profession solennelle, il est depuis au moins 6 ans en communauté. Il a pu se rendre compte par lui-même que c’est vraiment Dieu qui l’appelle à cette vie. Par ailleurs, la communauté a pu constater par elle-même que le frère « cherche vraiment Dieu, qu’il est empressé au service de Dieu, à l’obéissance, aux humiliations. » (extrait de la Règle de Saint Benoît chapitre 58,7)

Par sa profession solennelle, le frère fait voeu de conversion de vie. Ce voeu comprend concrètement la pauvreté pour le Royaume. Si le moine possède des biens, il doit les distribuer aux pauvres ou les donner au monastère.

La profession solennelle

Par la profession des voeux solennels, le frère se donne au Christ en esprit de foi et s’engage à vivre pour toujours dans sa communauté selon la Règle de saint Benoît. L’abbé et les frères l’accueillent avec bienveillance dans la communauté, sachant qu’ils s’obligent au devoir de l’aider par leurs prières et leurs exemples à revêtir de plus en plus la ressemblance du Christ.

La formule de profession est celle-ci :

Moi, frère N., je promets stabilité, conversion de vie et obéissance jusqu’à la mort selon la Règle de saint Benoît, devant Dieu et tous ses saints, en ce monastère de Sainte Marie du Mont des Cats, de l’Ordre Cistercien de la Stricte Observance, construit en l’honneur de la bienheureuse Marie, Mère de Dieu et toujours Vierge, en présence de Dom Guillaume, abbé de ce monastère.


La profession solennelle est célébrée au cours d’une eucharistie en présence de la famille et des amis du frère. Au cours de la célébration le frère prononce la formule ci-dessus. Il dépose ensuite la cédule de profession sur l’autel où il la signe. Ensuite en geste d’accueil il reçoit l’accolade de chacun des frères profès de la communauté. Il demande à chacun des frères de prier pour lui et pour que Dieu nous donne à chacun la grâce de la persévérance.

 

 

La formation des jeunes profès se fait au sein de la communauté, dans le cadre du « studium monastique ». Des frères d’autres communautés monastiques peuvent se joindre aux cours.

En ce moment nous n’avons pas de profès temporaires qui participent au Studium. Mais quatre frères venus d’Afrique et de Madagascar profitent des cours qui sont organisés au sein de l’abbaye. Deux frères de l’abbaye Notre Dame de Victoria au Kenya et deux frères de notre fondation Notre Dame de Maromby à Madagascar.

L’admission à la profession solennelle

Au terme de la période des voeux temporaires, après avoir mûrement réfléchi et pris conscience de la gravité de l’acte qu’il s’apprête à poser, le frère, en toute liberté, présente à l’abbé sa demande en vue de la profession solennelle. Si celui-ci le juge apte, il l’y admet avec le consentement du chapitre conventuel.

Lorsque le frère fait profession solennelle, il est depuis au moins 6 ans en communauté. Il a pu se rendre compte par lui-même que c’est vraiment Dieu qui l’appelle à cette vie. Par ailleurs, la communauté a pu constater par elle-même que le frère « cherche vraiment Dieu, qu’il est empressé au service de Dieu, à l’obéissance, aux humiliations. » (extrait de la Règle de Saint Benoît chapitre 58,7)

Par sa profession solennelle, le frère fait voeu de conversion de vie. Ce voeu comprend concrètement la pauvreté pour le Royaume. Si le moine possède des biens, il doit les distribuer aux pauvres ou les donner au monastère.

La profession solennelle

Par la profession des voeux solennels, le frère se donne au Christ en esprit de foi et s’engage à vivre pour toujours dans sa communauté selon la Règle de saint Benoît. L’abbé et les frères l’accueillent avec bienveillance dans la communauté, sachant qu’ils s’obligent au devoir de l’aider par leurs prières et leurs exemples à revêtir de plus en plus la ressemblance du Christ.

La formule de profession est celle-ci :

Moi, frère N., je promets stabilité, conversion de vie et obéissance jusqu’à la mort selon la Règle de saint Benoît, devant Dieu et tous ses saints, en ce monastère de Sainte Marie du Mont des Cats, de l’Ordre Cistercien de la Stricte Observance, construit en l’honneur de la bienheureuse Marie, Mère de Dieu et toujours Vierge, en présence de Dom Guillaume, abbé de ce monastère.


La profession solennelle est célébrée au cours d’une eucharistie en présence de la famille et des amis du frère. Au cours de la célébration le frère prononce la formule ci-dessus. Il dépose ensuite la cédule de profession sur l’autel où il la signe. Ensuite en geste d’accueil il reçoit l’accolade de chacun des frères profès de la communauté. Il demande à chacun des frères de prier pour lui et pour que Dieu nous donne à chacun la grâce de la persévérance.

 

Les commentaires sont fermés.