Juin

Mercredi 6 : Le Père Bernard Podvin revient pour nous parler cette fois des états généraux de la bioéthique. Après un bref historique – la première loi date de 1994, révisée en 2004 et 2011 –, il constate que cette année les sujets abordés sont nombreux et même trop nombreux :  procréation médicalement assistée, intelligence artificielle, dons d’organes, fin de vie etc… Cela ne favorise guère un débat serein. Puis il nous présente le texte de la Conférence des évêques de France « Sur la fin de vie ou Oui à l’urgence de la fraternité ! » Là aussi, il y a de quoi prier !!
Dimanche 10 : Nous regardons quelques vues de Maromby, en communion avec les frères Jean de la Croix et Jean-Marie en ce jour de leur profession solennelle.
Samedi 16 : En vue du prochain départ de frère Jacques, pour un service dans l’Ordre, Père Abbé a nommé frère Bernard-Marie comme Prieur et frère Louis Marie comme hôtelier. Nouvelle occasion nous est donnée de prier les uns pour les autres.
Dimanche 17 : Le stress, la rentabilité à tout prix, les cadences infernales au travail ne datent pas d’aujourd’hui. Ils sont peut-être l’apanage du film « Les temps modernes » que nous regardons, avec un certain Charlie Chaplin dit « Charlot » dans le rôle principal. Là aussi, il y a matière à réfléchir et à rire !
Lundi 18 : Anne Da Rocha et Gilles Darra de la commission d’art sacré du diocèse viennent nous présenter 2 projets d’aménagement de l’église déjà envisagé depuis plusieurs mois. Il y aura matière à discussion dans les mois qui viennent.
Jeudi 21 : Si nos frères malgaches parlent aussi bien la langue de Molière, c’est notamment grâce à Madame Edith Cokelaer. L’heure de la retraite a sonné pour elle. Aussi, nos frères Laurent, Gilbert et Albéric ainsi que P.Bruno déjeunent avec elle.  Père Abbé la remercie vivement de son dévouement en lui remettant quelques cadeaux.
Vendredi 22 : Nouvelle journée de rupture de rythme. Certains en profitent pour se reposer « Dieu comble son bien-aimé quand il dort » n’est-il pas vrai ? D’autres, au contraire s’en vont balader. Quant aux plus spirituels, ils en profitent pour « s’instructionner » en lisant ou d’autres encore passent peut-être leur journée en priant…
Dimanche 24 : L’Eucharistie de la Saint Jean Baptiste est animée par la chorale de Godewaersvelde, dirigée par Monsieur le maire en personne. A l’issue de la messe, nous les remercions en échangeant le verre de l’amitié.
Père abbé s’en va à Tilburg pour y exercer son ministère de père immédiat en y faisant la visite régulière.  Il est accompagné de Dom Lode d’Orval comme interprète.
Retour de notre frère Stanislas doté du don de la glossolalie, surtout celui du français. C’était bien là le but premier et ultime de ses 2 mois à Mission Langues à Angers.

Le moine ne parle que lorsqu’il est interrogé dit Saint Benoit dans sa Règle. Nous vivons cela à la lettre durant toute la semaine du mardi 26 au dimanche 01 juillet. De fait, quelques frères sont interviewés en vue du nouveau DVD sur la vie de la communauté.

Sans nul doute possible, le commentaire que fait Père Abbé de la dernière exhortation apostolique du pape « Gaudete et Exsultate » va aider à nous sanctifier. N’est-ce-pas là, le but ultime de toute vie chrétienne, monastique y compris.

Le Mahatma Gandhi a fait, comme chacun sait, des émules à travers l’histoire. C’est peut-être dans cette lignée que s’inscrivent  Etty Hillesum, Germaine Tillion, Boris Pasternak, Alexandre Soljenitsyne, Nelson Mandela, Malcolm X, David Shulman, Edward Snowden.  Il s’agit là des  figures qui ont réussi à concilier au plus haut degré exigence morale et action publique. Elles ont fait face à des ennemis qui n’étaient pas de même nature et leurs réponses furent diverses. Toutes, pourtant, risquant leur liberté, parfois leur vie, ont refusé de se soumettre, tant aux adversaires qui les menaçaient qu’à leurs propres démons : elles ont eu le courage de résister en évitant de céder à la haine. Par le récit de ces huit destins emblématiques, et non à travers des concepts désincarnés, le lecture du livre « Insoumis » de Tzvetan Todorov nous offre une passionnante source de réflexion sur les enjeux politiques de notre monde, mais aussi sur ceux, plus ordinaires, de nos vies anonymes.

Avec les beaux jours de juin revient la possibilité d’entreprendre de grands travaux prévus depuis un certain temps. Ainsi, une entreprise réapproprie le perron de l’église après que Sébastien et Freddy aient revu l’éclairage des escaliers par ailleurs dotés d’une rampe d’accès. Une autre entreprise entreprend la réfection des chéneaux de la toiture de l’église qui menaçaient ruine ! Puis une troisième entreprise commence de gros travaux du côté de l’hôtellerie pour l’assainissement des eaux usées domestiques.

Vers 1855, Dom Dominique avait construit une chapelle/sépulcre pour les sœurs de l’école où il allait célébrer tous les jeudis. Celle-ci, abandonnée après que les sœurs se soient installées dans de nouveaux bâtiments (aujourd’hui occupés par le Secours catholique), fut intégrée en clôture lors de l’élargissement de celle-ci en 1964. Ce sépulcre d’une belle facture intérieure était envahi par des racines qui en faisaient éclater les murs. Sébastien et Roberto commencent un délicat travail de restauration.

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2018. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.