Février

Vendredi 2 : Chose rare : nous célébrons un des offices hors clôture. En effet, nous chantons None  dans l’église Saint Bernard jouxtant l’abbaye. On peut s’en demander le pourquoi ? Cela nous permet de nous rendre compte par    nous-mêmes de la très belle restauration qui y a été réalisée.
Mardi 7 : Au jour même de sa fête, Fr Nivard émigre, non pas comme Jacob au pays de Cham–ce qui ferait un long voyage  tout de même-, mais plus simplement du côté de l’infirmerie –ce qui est moins loin quand même– où il y prend ses quartiers résidentiels. Ce faisant, il y tiendra compagnie à nos frères Louis, Pierre, Henri et Paul.
Au chapitre du soir, Père Abbé nous lit un texte préparée comme charte d’alliance entre la fraternité des Parvis et nous-mêmes. Il ajoute aussi que certains membres des Parvis pourraient prendre une partie de l’accueil sous forme d’une visite-chemin de vie en présentant la vie de la communauté, partant de la vidéo au magasin, et un parcours guidé à travers cloître de l’hôtellerie, jardin, pour finir par l’église tout en retraçant l’histoire de la vie monastique aux personnes de passage sur le Mont durant le weekend.
Jeudi 8 : Fr Jacques s’en revient accompagné de F Peter de Croixrault (osb) qui vient passer 15 jours parmi nous  et ainsi profiter de notre bibliothèque en vue de son travail de christologie.
Dimanche 11 : Père Abbé participe à l’Eucharistie présidée par Mgr Ulrich pour l’inauguration de l’église Saint Bernard. A l’issue de la cérémonie, le verre de l’amitié est offert dans les couloirs et parloirs de l’hôtellerie. Le soir, nous commençons à regarder le film de Giacomo Campiotti  sur la vie de Saint Philippe Néri, fondateur de l’Oratoire et prophète de la joie……spirituelle s’il en est…
Mercredi 14 : « Et j’allai vers l’ange, en lui disant de me donner le petit livre. Et il me dit: Prends-le, et avale-le; il sera amer à tes entrailles, mais dans ta bouche il sera doux comme du miel » C’est une interprétation on ne peut plus littérale de ce verset 9 chapitre 10 de l’Apocalypse  que nous faisons au repas de midi car chacun trouve  au réfectoire de quoi nourrir sa vie spirituelle à défaut de son estomac. On l’aura compris, nous débutons en ce jour la grande quarantaine du Carême qui nous mènera jusqu’à Pâques.
Jeudi 15 : Frère Gilbert s’en va passer 15 jours, 3 semaines à Orval pour voir comment on vit la vie monastique dans le beau pays d’Ardenne.
Vendredi 16 : Si le monde connaît les RTT (entendez récupération temps de travail), nous connaissons nous, les JRR (entendez journée rupture de rythme). Pas d’office au cours de la journée sauf  l’Eucharistie et les Complies. Ce qui fait que chacun en profite ou bien pour se balader aux alentours du monastère, ou bien commence sa lectio de carême (pour les plus spirituels d’entre nous sic !!!) ou encore en profite pour se reposer. Bref, çà fait du bien et cela permet dès le lendemain de repartir du bon pied.
Mardi 20 : Grâce à F Peter, nous apprenons de la congrégation N.D. d’espérance  qu’elle a été fondée par le Père Guilluy de St Paul de Wisques le 1er octobre 1966 dans le but de permettre aux personnes de petite santé de vivre une vie monastique authentique. Actuellement, la congrégation compte une quinzaine de communautés de taille variable.
Du lundi 26 au jeudi 1er mars, nous retrouvons le Père Farin, non pas avec un mais deux films en poche, « Moi Daniel Blake » et « Mon nom est Totsi » grâce auxquels, nous approfondissons le thème de la compassion. Compassion qu’on peut avoir envers l’autre qui est étranger à tout ce qui fait ma vie.
Mercredi 28 : Baptême du feu pour notre frère Stanislas qui, accompagné  de Frère Gilles, s’en va à la maison-mère pour sa première session du Stim. Ils rentreront tous deux le 9 mars

Lecture au réfectoire :

Après l’expérience spirituelle de Dom André Louf, nous changeons totalement d’univers, c’est le moins qu’on puisse dire. En effet, nous commençons Les Narcotrafiquants veulent ma peau  d’Alejandro Solalinde. Ce prêtre mexicain a voué sa vie aux migrants d’Amérique centrale, victimes d’enlèvements, de trafics d’organes, de l’esclavage et de la  prostitution

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2018. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.