Juin

VENDREDI 2 : F. Oswaldo nous arrive de Cîteaux pour une semaine. Le soir même Père Abbé l’invite à nous parler au chapitre, ce qui est loin de l’embarrasser, et nous moins encore.
SAMEDI 3 : Aux premières vêpres de la Pentecôte chaque frère trouve à sa place dans les stalles un psautier tout neuf  recouvert cuir noir et marqué à son nom, œuvre de notre frère Vincent, relieur.
LUNDI 5 : La Fraternité diocésaine des Parvis de Lille a tenu cette année encore à renouveler dans notre église abbatiale  les engagements annuels de ses membres au cours d’une grand’messe particulièrement festive rehaussée encore par la présidence du nouvel évêque auxiliaire de Lille, Antoine Hérouard. Le temps magnifiquement ensoleillé leur permit ensuite de pique-niquer autour d’une « baraque à frites » installée pour l’occasion dans le jardin de l’hôtellerie avec bon nombre d’entre nous invités à  s’y joindre. Père Prieur n’était pas du nombre, ayant dû monter à Paris pour « examiner » ses étudiants du Stim-Bac arrivés en fin d’année.
MERCREDI 7 : Un journaliste et un photographe de l’hebdomadaire Famille chrétienne sont passés discrètement 24 heures à l’hôtellerie pour y rencontrer quelques responsables et prendre des clichés.
DIMANCHE 11 : Après avoir rempli son devoir de citoyen en allant déposer au village son bulletin de vote pour les élections législatives, frère Pierre ira le soir même satisfaire à un autre devoir en se rendant à l’hôpital pour un examen de 48 heures.
VENDREDI 16 : Le docteur a envoyé frère Henri en  observation à l’hôpital d’Hazebrouck. F. Henri  nous reviendra le mardi 27, remis en meilleure forme.
DIMANCHE 18 : Un petit détachement de la Fraternité des Parvis est revenu partager l’animation de la messe dominicale, avant d’être rejoint par la communauté dans le jardin de l’hôtellerie pour le repas de midi. Selon le mot heureux de Père Abbé, nos deux fraternités sont en train de s’apprivoiser ; voici déjà quelques années qu’ils sont locataires du presbytère inoccupé de la paroisse St Bernard et que les liens se tissent entre nous ; ce mardi 20 nous serons invités à échanger en communauté sur la suite à  donner à cet apprivoisement, nous et l’Esprit Saint.
LUNDI 19 : F. Michel s’est attaqué à un travail impressionnant qui vient s’ajouter à celui du revernissage des portes de l’église : rien moins que repeindre les chéneaux du toit de l’église. De son côté notre hôte longue-durée Roberto n’est pas en reste pour les longs chantiers dans les jardins et les clôtures. Ce dont nous pouvons tous nous montrer reconnaissants.
VENDREDI 23 : Un technicien attendu depuis longtemps est venu paramétrer le nouveau surpresseur d’eau installé par Sébastien pour toute la maison ; sa mise en route a donné un fameux coup de fouet à la circulation.

Nous lisons au réfectoire l’autobiographie bien intéressante de Georges  Vielledent  : Médecin de campagne, une vie (Calmann-Levy 2014).

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2017. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.