Janvier

DIMANCHE 1er : Selon un rite à présent bien rôdé, outre l’échange de vœux fraternels de Bonne Année avant le repas de midi, nous avons pu regarder le soir un film tout-à-fait détendu, aussi ouvertement anti-raciste que plein de drôleries, le cinéaste faisant épouser par quatre sœurs quatre races différentes : Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?
MARDI 3 : Autre rite tout aussi honoré, celui de la fermeture de l’hôtellerie jusqu’à la fin du mois.
VENDREDI 6 : Nous partageons avec tous nos employé(e)s un repas de Bonne Année d’où chacun se retirera avec un sac d’étrennes généreusement rempli.
DIMANCHE 8 : Père Abbé rejoint à Paris les 27 supérieur(e)s OCSO pour y plancher avec eux sur la question d’unifier ou non les 4 Régions de l’Hexagone. Il en reviendra mercredi matin avec 2 passagers : F. Pierre-André (étudiant) et Père Joseph, trésorier des spiritains qui l’hébergent chaque début de semaine.  Ce dernier a vivement souhaité faire chez nous sa retraite annuelle.
MERCREDI 11 : F. Christophe nous fait l’heureuse surprise de rentrer d’hôpital après trois semaines d’interventions diverses ; sa forme fait plaisir à voir et lui permet même de partager un peu de liturgie et tous les repas. Nous serons nombreux vendredi matin à nous rendre à l’infirmerie pour trinquer à la santé de ses 80 ans.
Ce même vendredi Père Abbé nous donne connaissance des nouveaux Conseils de liturgie et de formation : le premier, qui est aussi le plus consistant, comprend les FF. Jacques, Jean-Pierre, Louis-Marie, Patrick et Vincent ; le second se suffit de 3 membres : FF. Jacques, Daniel et Gilles.
Père Marc-André y ajoutera une ultime nomination celle d’un Père-Maître des novices, en la personne de F. Bernard-Marie, désigné haut la main dans le sondage.
MARDI 17 : Nous entamons en réunion du soir un essai de réponse à la seconde de trois questions pour le rapport de maisons au chapitre général, à renvoyer avant le 1er mai.
VENDREDI 20 : Père Marc-André se retire jusque mardi soir à Saint-Sixte pour mieux se préparer à la bénédiction abbatiale qu’il recevra jeudi des mains de notre évêque.
LUNDI 23 : L’Entreprise Varlet s’est attelée à la rude tâche d’abattre puis de débiter 7 à 8 châtaigniers de l’allée de la Grotte avant qu’ils ne tombent d’eux-mêmes de vieillesse. Dans le même temps la jeunesse de la communauté dépense son ardeur à nettoyer cloîtres et couloirs, fenêtres et carrelages, en vue d’offrir une maison digne de son nouvel abbé et de ses invité(e)s de jeudi.
MERCREDI 25 : Moyennant des retards considérables des trains venant du sud, abbés et abbesses commencent à arriver pour la bénédiction abbatiale et le soleil jusqu’alors boudeur sera lui aussi dès demain de la partie.
JEUDI 26 : L’eucharistie ayant lieu à l’heure de none, invité(e)s et communauté prennent ensemble au réfectoire le repas de midi. L’eucharistie présidée par notre évêque assisté de son auxiliaire et de l’évêque d’Arras comptera jusqu’à 60 prêtres tous regroupés dans le presbytère, et durera bientôt deux heures, closes par de longs applaudissements, avant que toute l’assistance ne se retrouve dans les couloirs de l’hôtellerie autour du verre de l’amitié.
LUNDI 30 : Sébastien et F. Michel préparent l’installation des citernes à incendie réclamées par les pompiers depuis des années. Il y en aura trois : une à hauteur du parking de l’hôtellerie, une autre dans la cour des ateliers et la troisième à l’entrée de l’allée de la Grotte.  Un accès Pompiers côté Sud des bâtiments nécessite l’ouverture d’un portail dans le mur de clôture, contre le magasin.

L’année nouvelle nous a vu entamer au réfectoire une biographie du Père Serge de Beaurecueil écrite par son confrère dominicain Jean-Jacques Pérennès : Passion Kaboul (Cerf 2014).

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2017. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.