Novembre

MERCREDI  2 : Au terme de son week-end prolongé en communauté Dom Ginepro regagne ses montagnes, non sans avoir promis un prochain retour le 10 décembre en vue d’une élection abbatiale.
À l’heure de None, le soleil qui accompagna notre procession au cimetière était tel, et le cimetière lui-même à ce point fleuri qu’il nous semblait baigner nous-mêmes dans la lumière de nos défunts.
Dans l’heure qui suivit, Bertin ne résista pas au plaisir de sa première sortie en chaise roulante, 28 jours après sa terrible chute… Depuis, il a de plus repris place au réfectoire.
SAMEDI 5 : L’appel du pape à l’accueil des migrants, auquel nous ne savions comment répondre, vient de trouver, offert par notre ancien curé, un débouché inattendu : leur offrir de venir profiter des douches à l’hôtellerie les lundis et jeudis,  à l’heure de la  messe du soir.
LUNDI 7 : F. Jessé rejoint la communauté de Tibériade (Belgique) pour une seconde session.
Ce même jour Mère Anne-Marie de Campénéac, fondatrice d’Ampibanjinana (1993) atteinte par la limite d’âge depuis février, vient rencontrer les deux prieurs successifs de Maromby, Daniel qui a bien contribué à l’implantation de son petit monastère et  Marc-André qui prit la suite ; elle espère mener à bien l’histoire de la fondation.
MARDI 8 : F. Christophe est à son tour hospitalisé pour quelques jours.
Le soir, Mère Anne-Marie nous parle de l’abondance du cœur de ses deux communautés d’Ampibanjinana puis de Campénéac, retrouvée après 23 ans d’absence durant lesquels il n’y eut  que 2 entrées…
JEUDI 10 : F. Jacques a retrouvé ses anciennes responsabilités au STIM-bac et part les honorer chez nos Sœurs de Laval jusqu’à la fin de la semaine prochaine.
SAMEDI 12 : F. Pierre fête aujourd’hui ses soixante ans de profession religieuse prononcée le 11 novembre 1956. Étant musicien et même compositeur, il nous a fait écouter durant le repas de midi, sur fond de Mozart, l’enregistrement d’un hymne d’action de grâce de sa façon, écrit par lui pour ses 88 ans de vie et conclu par un Magnificat en grégorien. La journée s’est achevée par un repas, plus que festif lui aussi, dans le coin « rencontre » aménagé au fond du réfectoire. Elle sera encore prolongée ultérieurement par un film de deux heures visionné en deux soirées : « Chocolat. »
MARDI 15 : Père Marc-André se rend en début d’après-midi à Lille partager le Conseil presbytéral diocésain.
Vendredi il se rendra au Conseil diocésain de  Pastorale, lancé par notre évêque et qui rassemble deux fois par an plus d’une  centaine de  participants, prêtres, diacres,  laïcs engagés dans les paroisses et mouvements, aussi bien que consacrés  de 18 heures à 22 heures ! Père Marc-André en a beaucoup admiré l’organisation ainsi que la méthode de travail extrêmement efficace. Le thème en était : l’implication des chrétiens dans la vie sociale et politique ».
Ce même mardi, nous revient également d’Angers frère  Laurent, au terme de son mois de français à Mission-Langues, et demain nous rentrera F. Jacques de Laval.
LUNDI 21 : Sébastien pose des rideaux aux fenêtres du réfectoire. Preuve s’il en était besoin que le Nord sait aussi souffrir des ardeurs du soleil !
MARDI 22 : F. Christophe nous est rentré d’hôpital, 2 semaines jour pour jour après son hospitalisation. Dès le lendemain avant les laudes  il se transportait à l’église dans son fauteuil roulant, ce qui était allé un peu vite en besogne…tandis que frère Bertin a troqué le fauteuil contre 2 cannes.
JEUDI 24 : À l’instar des hôpitaux et des grandes surfaces, l’entrée de l’infirmerie est à présent équipée d’une porte d’ouverture automatique qui n’est pas sans simplifier le passage des malades ainsi que ceux de l’infirmier avec ses plateaux.
VENDREDI 25 : Le chapitre du soir a été assuré par le Père Eeckhout, dominicain de l’École biblique de Jérusalem dont les 36 ans de présence à cette École ont fait de lui une autorité aussi passionnée à s’exprimer que passionnante à écouter.
DIMANCHE 27 : Notre frère Bertin a repris sa stalle au chœur.
Au chapitre du soir frère Laurent nous a donné quelques échos de son séjour, très studieux, à Mission-Langues qui ne peut accueillir que 28 « élèves » étrangers à la fois, répartis en  4 groupes de 7 selon leur avancement personnel. La grosse majorité cette année est vietnamienne et leur famille religieuse leur laisse une année préalable pour apprendre notre langue avant de suivre les cours du séminaire à Paris  ou autres avant de partir en mission ..
MERCREDI 29 : Notre supérieur nous donne une excellente causerie sur la relation qui se noue lentement entre la fraternité du Parvis et notre communauté.

Déjà nous vous présentons tous nos vœux de paix et de joie à l’occasion des fêtes de Noël et de Bonne Année et vous  assurons de notre prière.

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2016. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.