Septembre

SAMEDI 3 : Fr. Tomislav de Marija Zviezda (Bosnie), venu comme chaque été pour une courte visite fraternelle, nous partage un peu de la vie quotidienne des 3 membres de sa communauté, auxquels s’ajoute à présent un novice envoyé en formation à Novy-Dvur (Tchéquie). Encadrés par la Caritas bosniaque, ils vivent de l’exploitation d’une petite fromagerie et d’un grand troupeau de bovins.
DIMANCHE 4 : Pour nous unir à l’Église universelle en ce jour de canonisation de Mère Teresa, nous avons regardé en soirée un court documentaire fait sur elle et ses Sœurs de Calcutta, dans l’un des États les plus surpeuplés (plus de 1.000 habitants au km²) et les plus pauvres du monde.
LUNDI 5 : Le lourd portail d’entrée du monastère fatiguait énormément aux heures de passage intensif des véhicules. Pour le soulager, une barrière légère entre en service aujourd’hui, permettant ainsi de le laisser grand ouvert plusieurs heures de suite.
Durant l’été finissant on a également déployé une grande ardeur à l’entretien de toute la maison : pour laver les vitres, repeindre des mètres carrés de murs et de boiseries ; revernir les portes du cloître et des couloirs de l’hôtellerie ; mener à bien le grand ménage du garage à bière, la réfection des toitures de la cour de la ferme, et alibi aliorum multorum.  Initiative du président du travail F. Bernard-Marie, de F. Michel, F. Florent, F. Jessé et F. Pierre-André, les réalisateurs et tant d’autres dévouements difficiles à dénombrer.
MARDI 6 : F. Tomislav poursuit son pèlerinage d’été en emmenant à Tamié F. Bernard-Marie pour une réunion des fromagers dont celui-ci nous parlera  samedi à son retour.
MERCREDI 7 : Nous avons dans nos murs pour leur retraite de rentrée les 24 séminaristes de Metz avec leur supérieur. L’entretien que celui-ci nous accorda ce soir fut on ne peut plus enrichissant : de ses 24 aspirants au sacerdoce, 7 seulement proviennent de diocèses lorrains ; les 17 autres ratissent depuis l’Inde jusqu’à l’Afrique noire en passant par Madagascar sous l’Équateur.
Dans un tout autre domaine, une entreprise est venue cette semaine   enlever les pylônes qui soutenaient en clôture les câbles électriques aériens ; ils n’ont plus leur raison d’être puisque toutes les lignes sont désormais souterraines.
JEUDI 8 : Notre magasin anticipe la suppression prochaine des sacs-plastic en mettant en vente des sacs-carton plastifiés en couleur : côté face une reproduction alléchante de nos fromages et bières, et côté verso une vue reposante du monastère prise depuis la route de Berthen.
DIMANCHE 11 : F. Pierre-André de Maromby a repris le chemin de l’école pour une année de formation à l’Institut d’Etudes Religieuses de la Catho de Paris. L’horaire est très différent de celui de l’année précédente : deux jours intensifs de cours par semaine à Paris, et le reste du temps à la maison avec des travaux à mener à bien.
LUNDI 12 : À peine rentré de sa sortie à Tamié pour y traiter des fromageries monastiques, F. Bernard-Marie s’absente sur la journée, cette fois à Bruxelles pour les brasseries.
VENDREDI 16 : La Société téléphonique SFR est venue remplacer sur la journée tous les téléphones fixes de la maison, à commencer par le standard de la porterie, très miniaturisé et difficile à manier pour certains au commencement.
LUNDI 26 : La communauté de Saint-Sixte a voulu marquer les vingt ans d’abbatiat de son abbé par une sortie sur la journée, qui se termina au Mont des Cats par les vêpres suivis de la concélébration, avec lecture bilingue de l’épître et de l’évangile ; le tout clos par le partage d’un généreux repas du soir lui aussi bilingue et si joyeux.

Conclure cette trop brève chronique par des nouvelles de quelques-uns de nos anciens vous occasionnera sans doute autant de plaisir qu’à nous. Le premier, F. Louis, atteindra ses 92 ans à la fin de l’année ; premier partout : à l’office divin dès les vigiles, au réfectoire où il n’est astreint à aucun régime, n’ayant d’autre aide que celle d’une canne (quand il ne l’a pas oubliée), ni d’autre occupation que la prière. F. Henri (83 ans) et F. Christophe (79 ans) ne pourraient en dire autant, ayant besoin tous deux, le premier d’un déambulateur et le second d’un fauteuil roulant qu’il pousse devant lui le plus souvent plutôt qu’il ne s’y assoit. F. Paul (âge de F. Henri) est également handicapé d’une épaule plusieurs fois opérée, mais ne connaît d’autre thérapie que de pouvoir continuer à tenir le grand orgue. Pour terminer par un grand coup de soleil  – comme le temps actuellement – nous laissons à F. Pierre, notre sous-prieur et grand responsable de la porterie à 88 ans, la joie de vous annoncer qu’il fêtera ce 12 novembre ses soixante ans de profession religieuse.

Nous lisons au réfectoire le livre fort intéressant qu’Yves Chiron vient de consacrer à la figure d’Annibale Bugnini, lazariste italien qui se trouve être l’un des artisans les plus engagés en même temps que les plus controversés de la réforme liturgique (Annibale Bugnini, DDB 2016).

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2016. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.