Mai 2005

Dimanche 1er mai – Cela fait deux mois jour pour jour que notre postulant libanais Tony est au milieu de nous et il est plus que temps pour lui d’aller goûter à Banneux au fruit de l’arbre de la connaissance du français ; son père-maître l’y conduit après dîner, accompagné de son fidèle interprète F. Charbel.

Mardi 3 mai – Un violent orage commencé dès cette nuit empêche la procession des rogations d’avoir lieu à l’heure de tierce ; puisque c’eut été pour demander la pluie, l’intercession n’a plus qu’à se changer en action de grâces.

Mercredi 4 mai – P. Abbé a présidé à dix heures les funérailles de notre ouvrier Eddy Soodts en invitant tous les frères qui le souhaitaient à l’accompagner. Puis, avant même le repas de midi il a pris la route de Mariawald pour en ramener son ancien abbé Dom Bruno, arrivé en fin de ses six années de mandat. Après 23 ans d’absence (à Maromby puis à la Maison Généralice et enfin à Mariawald) notre frère a repris comme si de rien n’était sa stabilité au Mont des Cats et s’est fait applaudir pour cela au chapitre.

Vendredi 6 mai – Dom Victor nous arrive de Tamié dans l’après-midi pour sa première Visite Régulière.

Dimanche 8 mai – Notre curé, qui est aussi Vicaire Épiscopal pour la vie religieuse, a demandé à P. Abbé d’intervenir à l’Assemblée diocésaine des Religieux et Religieuses, consacrée cette année à l’Eucharistie. Déjà, ce jeudi de l’Ascension, notre hôtellerie avait servi de ‘relais de ravitaillement’ pour une réédition de la Marche des Jeunes de l’an passé, qui avait mis à contribution, outre les hôteliers, nos frères boulangers…

Mercredi 11 mai – « Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » : après sa communauté de Tamié, les monastères d’Afrique sont indéniablement le trésor de Dom Victor. Il nous parle ce soir de nos sœurs de Kibungo (Est-Rwanda), de Murhesa (rive sud du lac Kivu) et des frères de Keshero (l’ex-Mokoto, sur la rive nord du même lac Kivu, dont il a été » le supérieur pendant quelques années). 

Jeudi 12 mai – F. Philippe nous ramène de l’aéroport de Roissy F. Benoît, jeune profès de Maromby venu rejoindre notre noviciat. Notre P. Sébastien, quant à lui, gagne l’infirmerie pour des vertiges qui l’empêchent parfois de tenir debout. Le lendemain ce sera au tour de P. Albéric, de devoir déclarer forfait ; et pour ne pas en rester là, ce sera au tour de F. Philippe, d’être lui-même immobilisé pour une méchante déchirure musculaire au mollet… 

Samedi 14 mai – Notre évêque Mgr Defois est venu présenter et signer au magasin son dernier livre, L’évêque et le sociologue, écrit en dialogue avec Michel Patrick. Le soir au chapitre, nous vivrons un autre événement des plus heureux lui aussi : la prise d’habit de nos frères Igor et Charbel. Pour la circonstance, F. Tony est rentré la veille de son École de langues en Belgique et nous n’avons pu que constater ses progrès opérés en deux semaines dans sa maîtrise du français.

Lundi 16 mai –
Nous accueillons pour la journée la statue de Notre-Dame de la Treille, patronne du diocèse, qui pèlerine en Flandre pour la durée de ce mois de Marie. À l’heure de Tierce, nous sommes allés la chercher en la salle du chapitre pour l’introniser solennellement à l’église, à hauteur de l’embrasure. Le soir nous avons chanté la messe patronale propre au diocèse. 

Lundi 23 mai – Comme chaque année, F. Guy s’en va visiter en Savoie sa très vieille maman, maintenant âgée de 97 ans. F. Jean-Marc part, remplacer Père Achille Mestre, aumônier des bénédictines de Jouarre qui, en contre-partie, vient donner une session de droit canon aux étudiants. Le soir au chapitre il nous parle du centenaire de la Séparation de l’Église et de l’État, ainsi que de la Reconnaissance légale. Son enseignement a tant plu que le Père-Maître a signé un bail avec lui pour qu’il puisse revenir assurer une formation l’année prochaine pour les étudiants. 

Mardi 31 mai –
Sur le midi, P. Abbé et F. Bernard-Marie s’envolent pour notre Maison-mère, où P. Abbé ouvrira une session pour pères-maîtres et mères-maîtresses, animée par M. Alvaro Escobar.

 

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2005. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.