Janvier 2006

Mercredi 4 – La rentrée des classes a sonné pour F. Vincent, qui rejoint la Faculté jésuite de la rue de Sèvres (Paris) pour une semestre continu d’études de spiritualité, tout en logeant à l’abbaye de la Source.

Jeudi 5 – F. Yves et F. Nivard gagnent l’un l’abbaye d’Altbronn pour un ministère pastoral de 6 jours, l’autre celle de Belval pour 3 jours de service eucharistique.

Dimanche 8 – Père Abbé annonce des changements d’emploi qui prendront effet progressivement et visent en premier lieu à soulager F. Georges et F. Florent. F. Paul quittera la facturation de la fromagerie pour le vestiaire et sera relevé au bureau par F. Philippe, qui lui-même se verra remplacé à la cuisine par F. Michel. F. Florent cèdera le lourd poste de l’infirmerie à F. Bertrand, qui confiera la gestion de la cave à F. Bernard-Marie, tandis que F. Florent sera le bienvenu à la porterie et à la boulangerie.

Lundi 9 – Dom Guerric, abbé de la Trappe, vient chercher P. Abbé pour l’emmener à l’abbaye romaine de Tre Fontane, où se réunit une Commission d’aide à cette communauté, demandée par le dernier Chapitre Général et composée de notre Père Abbé – qui en est le président –, de Dom Guerric, Dom Giacomo (Tre Fontane), Dom Gonzalo (Frattocchie), Dom Bernardo (Boschi) et Mère Rosaria (Vitorchiano) qui fera office de secrétaire de la Commission.

Mardi 10 – La décision de commencer la rénovation de l’infirmerie dès cette année 2006 a été approuvée par vote du chapitre conventuel à une confortable majorité. Ce même jour, l’abbé Michel Petitprez, depuis un an vicaire épiscopal de notre zone des Flandres (155.000 habitants), est venu présenter sa paroisse : 102 clochers totalisant 22 prêtres en activité, 25 aînés et 19 animateurs pastoraux.

Samedi 14 – P. Abbé nous revient de Tre Fontane moyennant un crochet par Boschi, petite « communauté simplifiée » comptant 4 grands profès et 2 jeunes profès, cachés dans une vallée alpine à une heure de voiture de Turin et dont Tamié a reçu la paternité.

 

Frère JulesLundi 16 – Notre frère Jules Destombes s’est éteint lentement dans sa chambre de l’infirmerie, à l’heure de sexte, veillé par deux frères. Issu du terroir lillois, il était entré comme frère convers à l’âge de 35 ans et, presque 50 ans durant, mena une vie de labeur constante et tranquille, qui ne le vit quitter la fromagerie et sa cave que pour gagner la porterie, jusqu’à quelques mois avant sa mort. Le souvenir dominant que l’on gardera peut-être de lui est celui d’un cœur étonnamment fidèle et tendre.

 

 

Mercredi 18 – La nombreuse famille de notre frère défunt tenait à grand peine dans notre petite chapelle mais lui avait vraiment veillé à tout : d’abord à la présence de son abbé, sans oublier la clémence du temps pour l’adieu au cimetière, ni pluie ni grands froids. Ce même après-midi, F. Jean-Marc s’absentait pour une intervention d’ordre cardiologique qui lui occasionnera 72 heures d’absence et surtout une très grosse fatigue. Ce qui fait qu’à son retour la seule chambre de l’infirmerie laissée libre par le décès de F. Jules avait déjà retrouvé un occupant.

Samedi 21 – C’est presque un minibus qui prend la route de Tilburg pour y participer à la bénédiction abbatiale de Dom Bernardus : à notre P. Abbé accompagné de F. Florent s’ajoutaient 3 frères étudiants de Victoria (F. James étant arrivé la veille de Cîteaux pour se joindre à ses frères Ludovick et Robert), ainsi que Mère Abbesse de Belval doublée de sa cellérière. Nous aurons droit le lendemain à un récit haut en couleurs de F. Florent.  F. James fit en partie les frais du récit car il n’avait pas de passeport à présenter à la police de la route néerlandaise.  Par bonheur, les gendarmes hollandais joignent à leur efficacité une gentillesse à nulle autre pareille, et tout se conclut au mieux par une seule demi-heure de retard.

Dimanche 22 – A peine rentré, P. Abbé s’envole pour Madagascar jusqu’au mardi 31.

Lundi 23 – F. Bertin gagne le C.H.R. en vue de consolider l’appareillage de sa jambe cassée, qui commençait à le faire souffrir, et nous fait la surprise de le retrouver le soir même, désembroché de ses fers qui faisaient jusqu’à 6 mm de diamètre et lui traversaient la jambe de part en part. Le chirurgien s’est contenté d’enfermer celle-ci dans une gaine de résine jusqu’au prochain rendez-vous.

Jeudi 26 – F. Paul prend la route de la Fille-Dieu, où il remplacera 3 semaines durant F. Marc-André, afin de lui permettre de venir donner une session de théologie à nos étudiants.

Samedi 28 – F. Marc-André nous arrive comme espéré, accompagné des grands froids de l’Est, qui font une compagnie inattendue à notre frère tellement chaleureux.

Mardi 31 – Dernier retour attendu, celui de notre abbé, bien rentré de son grand déplacement à Madagascar.  Il n’a que de bonnes nouvelles à rapporter, à commencer par l’arrivée des pluies, tant désirées et à présent presque fâcheuses par leur surabondance.

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2006. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.