Avril

VENDREDI 3 : Fr. Aimable, notre doyen âgé de 101 ans, baisse de plus en plus : il ne s’alimente plus et ne peut plus se faire comprendre.
JEUDI de Pâques 9 : Frère Aimable s’est endormi dans la nuit, après avoir gardé sa lucidité et sa sérénité jusqu’à la fin. Les derniers jours, il ne pouvait plus s’exprimer, sinon pour répéter souvent : « Mystère ! Mystère ! » Après son décès, les mails de sympathie n’ont cessé d’affluer, surtout de la part de l’Ordre, où il était très connu et s’était fait apprécier pour ses multiples services.
DIMANCHE 12 : Sitôt après avoir chanté la grand’messe, Père Abbé est parti pour la Conférence régionale qui se tenait à Acey. Le soir, nous poursuivons le film sur Jean XXIII : la convocation et le commencement du Concile.
LUNDI 13 : F. Laurent et F. Jessé, avec F. Gilles, tuteur des étudiants, gagnent Timadeuc pour dix jours de STIM.
SAMEDI 18 : Père Abbé nous rentre de la Conférence Régionale, en fin d’après-midi, bénéficiant ainsi avec nous de la fin du film consacré à la vie de Jean XXIII.
LUNDI 20 : F. Jean est parti assister à Strasbourg à la soutenance de thèse en droit canon de F. Germain Mbida, ancien supérieur de Koutaba (Cameroun) et avant cela ancien étudiant du Mont des Cats. Le travail de F. Germain, réellement monumental (près de 600 folio), développe le rapport de la personne à l’institution dans l’histoire de la vie religieuse jusqu’à la fin du XVIII° siècle. Le président du jury (dont faisait partie Nathalie Nabert) en était le Père Gueullette, o.p. Tout ceci nous vaudra mercredi soir un savoureux compte-rendu de notre envoyé spécial, qui y était tout à fait dans son élément.
VENDREDI 24 : Notre hôte allemand Père Hans-Ulrich achève demain ses dix semaines sabbatiques et nous fait ce soir ses adieux au chapitre. Prêtre du diocèse d’Essen, il se prépare à entrer dans une autre paroisse, un peu plus grande que la précédente. De chaque côté du Rhin, on constate le même vieillissement du clergé, le même manque de vocations.
MARDI 28 : Notre nouveau curé, le P. Thomas Vercoutre, en poste au milieu de ses x clochers depuis septembre dernier, est venu nous offrir à son tour une heure d’entretien fort tonifiante. Originaire des Flandres, de Watten précisément, il ne cache pas son bonheur de se retrouver à la tête d’un doyenné prénommé les Moulins de Flandres, qui cache encore de nos jours, nous dit-il, un réel fonds religieux entretenu par les grands-parents auprès de leurs petits-enfants, plus encore que par les parents eux-mêmes, reconnaît-il. Bref, il ne s’en cache pas : « Je suis un prêtre heureux » !
MERCREDI 29 : Père Prieur est allé chercher à l’avion F. Pierre-André de Maromby, qui nous revient pour suivre à Paris une session de formation pour formateurs. Nous le retrouvons avec plaisir après ses deux années de reprise à Maromby.
De même que nous retrouvons non sans plaisir le joli mois de mai, avec l’espoir qu’il remédiera sensiblement, sinon complètement, les quintes de toux des frères, surtout au chœur durant les offices.

Après avoir lu au réfectoire un remarquable petit volume de Daniel MARGUERAT : Résurrection . Une école de vie (Ed. du Moulin 2001), nous continuons à présent par un livre d’entretiens du Cal Philippe Barbarin avec le journaliste Jean-Marie Montali.

PRIÈRE LAISSÉE PAR FRÈRE AIMABLE
Par votre Saint Esprit créateur et vivifiant, infusez en nous,
ô Dieu tout puissant, Créateur du ciel et de la terre,
ce sentiment que rien ne doit nous enlever,
cette complète détente de la tête et des nerfs,
ce calme parfait extérieur et intérieur,
cette pleine assurance,
cette sérénité rayonnante,
cette bonne grâce sympathique et bienveillante,
cet épanouissement du visage,
cette sainte lenteur ou placidité,
quelque chose de cette impassibilité surhumaine
qui annonce une âme tout à fait tranquille et heureuse
parce qu’en Dieu tout lui réussit,
tout lui est également bon.
Ainsi soit-il.

 

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2015. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.