Avril 2006

Samedi 1er – A 20 km d’Abbeville, l’abbaye de Valloires, onzième fille de Cîteaux fondée en 1138, peut s’honorer d’être aujourd’hui la seule ancienne abbaye de notre Ordre encore intacte, moyennant son entière restauration au XVIIIème siècle. Le 250ème anniversaire de la reconsécration de son église est précisément l’occasion de diverses journées culturelles, ainsi celle d’aujourd’hui, que notre P. Abbé, accompagné de F. Philippe et de F. Michel, a patronné avec une conférence tout à fait dans ses cordes : la vie cistercienne au XXIème siècle. Comment conjuguer tradition multiséculaire et modernité ? Comment se renouveler sans trahir l’intuition de nos premiers Pères ?

Lundi 3 – P. Abbé reprend la route, accompagné cette fois de F. Jean-Pierre, délégué de la communauté à la Conférence Régionale d’Acey. Notre communauté a embauché à partir de ce jour un nouvel ouvrier, Yves Flauw, 47 ans ; il succède à Jean-Marie Breyer qui vient de prendre sa retraite.

Mercredi 5 – Nos 5 étudiants partent suivre à Maredsous une session sur la spiritualité cistercienne. Et le reste de la communauté visionne dans la soirée un 3ème film de Kieslowski : Décalogue 5 (« Tu ne tueras pas »). Comme les autres fois, Mlle Delepoulle et le P. Jacques Bernard viennent vendredi nous en donner les clés de lecture.

Samedi 8 – A l’heure des vêpres, la communauté a quitté processionnellement la chapelle qu’elle occupait depuis six mois au scriptorium, pour entrer au chant des psaumes dans une église toute blanche. En tête avançaient la croix de l’autel et l’Évangile, suivis de tous les frères, auxquels s’étaient jointes quelques moniales de Belval et surtout de la Cessoie, tandis que P. Abbé fermait le cortège avec le St Sacrement.  Après avoir été le remettre dans son ancien tabernacle et l’avoir encensé, il nous a invités à l’action de grâces et les vêpres ont commencé. Ce fut un grand moment pour tous. L’église semble imprégnée de silence et de tranquillité : le chauffage par circulation d’air filtré semble particulièrement heureux. Seule la sonorisation reste à parfaire, sans oublier la sacristie. Au sortir des vêpres, vint pour tous et toutes l’heure de la multiplication des pains au réfectoire, avant que le chant des complies ne vienne clore cette mémorable journée.

Dimanche 16 – Les célébrations pascales furent un triomphe pour notre église restaurée. La messe du jour, elle, fut le meilleur des tests pour valider la solidité de la nouvelle tribune, qui se trouvait vraiment remplie comme un œuf.

Lundi 17 – Dans l’après-midi F. Gilles s’est prêté à guider ceux qui le désiraient dans le dédale impressionnant de la nouvelle station d’épuration qui doit incessamment entrer en service. Installée dans l’ancienne grange, elle aura pour but premier de recycler nos quelque 45.000 litres hebdomadaires de lactosérum ainsi que toutes les eaux de lavage, et pour ambition seconde de leur soutirer tout le méthane possible, soit l’énergie équivalente à quelques centaines de litres de fioul par semaine.

Durant la messe du soir, F. Philippe a reçu les ordres mineurs du lectorat et de l’acolytat des mains de P. Abbé.  Ceci est une première étape en préparation de son ordination diaconale prévue pour cet automne.

Mercredi 19 – Pour marquer comme il convient l’ouverture au culte de leur propre nouvelle église, les Bernardines de la Cessoie (Saint-André lès Lille) ont invité leurs frères et sœurs cisterciens à les rejoindre pour une journée de partage. Les deux tiers de la communauté purent y répondre et retrouver sur place des représentant(e)s de Belval, Igny, Brialmont, Scourmont et Péruwelz.

Vendredi 21 – Sœur Benedicta nous arrive de la Fille-Dieu pour avancer les travaux de couture laissés en souffrance par notre immensément regretté F. Georges et pour transmettre à F. Paul cet art difficile. Le soir, au sortir des vêpres nous entamons les festivités des 60 années de profession religieuse de notre frère André-Louis par un repas on ne saurait plus convivial agrémenté de chants et de danses malgaches exécutés avec un entrain certain par les 5 frères de Maromby actuellement en communauté. Après quoi nous eûmes droit à un montage de photos sur 60 années et plus de la vie de notre jubilaire.

Samedi 22 – Après None, un groupe de théâtre amateurs de Douai, qui nous avait déjà joué Petite Thérèse en 1997, nous donne un nouveau témoignage de leur art et de leur foi en nous interprétant Le signe du passage. La pièce fut élaborée à partir d’un livre d’Agnès Lamy et met en scène quelques-unes des retombées du passage du mystérieux rabbi de Nazareth au milieu de son peuple (tels le ménage Zébédée, deux bergers, la samaritaine et d’autres encore).

Dimanche 23 – F. Philippe s’envole pour la Jordanie où il demeurera 8 jours près de Farid, son ancien novice de Saint-Sauveur.  Après avoir passé 3 mois au milieu de nous en 2004-2005, Farid demande à revenir comme postulant.  Frère Philippe est allé l’aider dans les formalités en vue d’obtenir son visa.

Lundi 24 – F. Francis gagne l’abbaye de Jouarre afin de permettre à leur aumônier, Dom Achille Mestre, de venir nous donner une seconde session de droit canon. En plus des cours aux étudiants, Père Achille nous parle au chapitre de « l’ecclésiologie de communion depuis Vatican II ».

Mardi 25 – Sœur Benedicta est non seulement une couturière habile mais aussi une céramiste de talent : après nous avoir livré la crèche de Noël dernier, elle est arrivée cette fois avec une échelle des moines installée à demeure dans le cloître, comme cela convient, et où quatre moinillons gravissent allégrement les quatre degrés, de la lectio à la contemplation : lecture, méditation, oraison, contemplation.

Dimanche 30 – F. Jean emmène nos 5 frères étudiants à la bénédiction abbatiale de Port-du-Salut ; il en reviendra seul et les laissera accomplir tout le restant de la semaine un petit périple monastique qui les conduira à la Trappe puis à Cîteaux et enfin à Igny. Ce même jour, P. Abbé refait ses bagages pour Maromby et les Seychelles.

En lecture de réfectoire nous entamons le livre du journaliste américain John Kiser : Passion pour l’Algérie. Les moines de Thibirine.

 

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2006. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.