Quatorzième Dimanche du Temps Ordinaire

Les temps messianiques

Le peuple d’Israël attendait avec ferveur la venue du Roi Messie, comme nous le rapporte le prophète Zacharie dans la première lecture. Le prophète se rappelle les années glorieuses du royaume d’Israël sous le règne des rois David et Salomon. Le pays vivait en paix avec ses voisins et le peuple prospérait dans les campagnes. C’est la période durant laquelle l’on peut effectivement parler d’un « pays où ruissellent le lait et le miel », selon l’expression que Dieu utilise lorsqu’il décide de libérer le peuple de l’esclavage pour lui donner la terre d’Israël en héritage.
Mais ce temps de prospérité ne dura pas. Dès l’accession de Roboam, fils de Salomon, le peuple se divisa en deux nation, Israël avec Samarie comme capitale et Juda avec Jérusalem comme capitale (1R12,1-17) c’est en 930 avant Jésus-Christ. La situation empira rapidement, et dans les siècles suivants le royaume d’Israël (en 722) puis Jérusalem (en 586) furent déportés et le pays occupé. Après l’empire babylonien puis l’empire perse, les grecs Alexandre le Grand et ses successeurs furent remplacés par les romains en l’an 50 avant le Christ.
C’est pendant la reconstruction du Temple, du temps d’Esdras et Néhémie, que le prophète Zacharie a prononcé les paroles prophétiques que nous avons entendues en première lecture. La grandeur du Temple et du Peuple seront rétablis encore mieux que ce qu’ils voyaient se produire sous leurs yeux :
Voici ton roi qui vient vers toi : il est juste et victorieux,
il brisera l’arc de guerre, et il proclamera la paix aux nations.
Mais, selon la Tradition, Zacharie fut assassiné entre le sanctuaire et l’autel comme le rappellera à l’occasion Jésus lui-même (Mt 23,35).
Lorsque le roi Hérode décida de restaurer, agrandir, embellir le Temple, un autre prophète prit la parole et annonça la venue des Temps Nouveaux comme imminente. Et tous se rappelèrent les paroles de Zacharie et suivirent Jean le Baptiste dans sa démarche de pénitence et d’attente du Messie de Dieu. C’est ainsi que tout Jérusalem accourut pour se faire baptiser par Jean dans le Jourdain, afin de préparer la route et aplanir le chemin pour Sa venue (Mc 1,3-5).
Le peuple était donc en effervescence et attendait la venue du Messie promis par les prophètes. On peut comprendre alors que dès les premiers temps de la vie publique de Jésus, les foules accourent et, voyant les miracles de Jésus, ils décident de le faire roi. Mais Jésus, à chaque fois, se défile et retourne dans la solitude (Jn 6,5) pour retrouver son Père et mieux comprendre quelle est sa vocation propre.
Jésus se rend compte que les gens sont éblouis par ses miracles retentissants, nourrissant les foules avec 5 pains et deux poissons,
les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés
les sourds entendent, et les morts ressuscitent (Lc 7,22)
Les disciples, jusqu’après la résurrection de Jésus continuaient à poser à Jésus la question :
Seigneur, est-ce maintenant que tu vas rétablir le royaume d’Israël ? (Ac 1,6)
Dans l’Évangile de ce matin, Jésus exulte de joie dans le Seigneur et exprime sa reconnaissance en disant à Dieu son Père :
ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits.
Jésus passe à ce moment un cap dans son existence. Le peuple est à l’affût des miracles selon la tradition des prophètes Élie et Élisée. Mais Jésus n’incarne pas le retour de ces messagers de Dieu. Il décide donc de changer de méthode et de passer à l’enseignement des tout-petits. Jésus n’arrêtera pas pour autant les miracles, mais il se met désormais à enseigner à ses disciples la Loi Nouvelle. Tel le Nouveau Moïse, Jésus enseigne l’amour de Dieu et du prochain, comme Il dit ensuite :
Personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler.
À la suite de Jésus, ses disciples ont davantage enseigné les foules et les croyants qu’ils n’ont fait de miracles. Quelquefois les miracles corroboraient les dires, mais de plus en plus souvent la Parole suffit et les chrétiens n’attendent plus de voir les miracles pour suivre le Christ. La Parole de Jésus transmise de génération en génération jusqu’à aujourd’hui nous fait vivre, comme le disait aussi Saint Paul dans l’extrait de l’épître aux Romains que nous avons entendu :
Si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous,
celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts
donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.
Que la participation à cette eucharistie nous aide à nous rendre compte combien Dieu nous aime et nous l’Esprit de son Fils pour nous conduire sur la voie de la sainteté.

Frère Bernard-Marie

Cette entrée a été publiée dans Homélies 2014. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.