Septième Dimanche de Pâques

Jésus prie le Père au moment d’entrer au ciel

Jeudi dernier nous célébrions la fête de l’Ascension.  Jésus est remonté auprès de Dieu son Père.  La liturgie de ce dimanche nous permet d’imaginer que la prière que Jésus adresse à son Père, … cette prière, Il l’a prononcée en arrivant au ciel.  L’Évangile de ce matin commençait par ces mots de Jésus :
Père, l’heure est venue, glorifie ton Fils !

Et un peu plus loin, Jésus redit la même chose en d’autres termes :
Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais confiée.  Toi, Père, glorifie-moi maintenant auprès de toi.
Jésus a effectivement « accompli » l’œuvre que son Père lui avait confiée : annoncer la Bonne Nouvelle et dire combien le Père nous aime et souhaite que nous répondions à cet Amour.  Le message d’amour n’ayant pas été « reçu » par le Peuple, Jésus s’est concentré sur ses disciples qui, eux, ont continué à Le suivre et à croire en Lui.  Lorsque Jésus demande à son Père de le glorifier, il précise : donne-moi la gloire que j’avais auprès de toi avant le commencement du monde.
Nous retrouvons ici un écho du Prologue de l’Évangile selon Saint Jean où l’évangéliste écrit :
Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu,
et le Verbe était Dieu.
Tout fut par lui, et rien de ce qui fut, ne fut sans lui.
(Jn 1,1.3)
Par son Ascension, Jésus retrouve la gloire qu’Il avait avant la création du monde.  Il a renoncé à cette gloire pour prendre la nature humaine (cf. Ph 2,6).  Maintenant que son temps est accompli sur terre, maintenant qu’Il a obtenu la victoire sur le péché et la mort, Jésus s’en est retourné auprès du Père pour nous ouvrir le chemin de la réconciliation.  Et Jésus continue :
J’ai révélé ton Nom à ces hommes que tu m’as donnés.
Ce Nom que Jésus a révélé nous rappelle la réponse de Dieu à la question de Moïse dans la vision du Buisson Ardent : quel est ton Nom ? –  Je suis qui je serai. (Ex 3,14-15)  Pour Jésus, le Nom du Père qu’Il a révélé aux disciples pourrait se traduire ainsi : J’ai révélé ta gloire, j’ai révélé ton Amour.  Ou, pour le dire en termes énigmatiques rappelant la réponse de Dieu à Moïse : Je serai avec toi tant que je serai.
Voilà la grande révélation que Jésus est venu faire dans notre monde.  Seuls les disciples ont accepté de Le suivre jusqu’au bout.  C’est donc d’abord pour eux que Jésus prie le Père.  Et, dans la péricope que nous avons entendue, Jésus s’adresse vraiment au Père comme s’Il était devant Lui et non plus sur la terre :
Désormais, je ne suis plus dans le monde ;
eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi.
Père saint, garde mes disciples
.
Aussi longtemps que Jésus était sur terre, Il a lui-même gardé ses disciples.  Maintenant qu’Il est remonté auprès du Père, Il Lui demande de les garder.  Mais Jésus précise comment le Père doit garder ses disciples :
dans la fidélité à ton Nom que tu m’as donné en partage.
La fidélité au Nom est la fidélité à la Personne, à la Mission de Jésus.  Mais également, au Nom, à la personne du Père Lui-même.  Enfin, l’objectif recherché par Jésus et son Père :
pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.
Telle est la vocation que Jésus nous propose, à chacun de nous ici présents, à tous les chrétiens répartis dans le monde, à tous les hommes de toutes races, langue et religion : devenir UN avec Dieu comme le Père et le Fils sont UN.  Devenir également UN entre nous et avec tous les hommes.
En ce dimanche qui précède la fête de la Pentecôte, demandons à Dieu de nous combler de ses grâces.  Le Père et le Fils nous enverront l’Esprit Saint afin de nous conduire à la communion entre nous et avec la Trinité.  Que la participation à l’Eucharistie de ce jour nous donne la persévérance pour attendre le retour de Jésus qui viendra pour nous prendre auprès de Lui dans sa gloire.

Frère Bernard-Marie

Cette entrée a été publiée dans Homélies 2014. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.