Janvier

VENDREDI 3 : Bonne rencontre au monastère de La Plaine de l’équipe de pilotage des « plongées monastiques » avec celle des sœurs bernardines.

SAMEDI 5 : Premier départ de l’année ; peu avant Laudes nous quitte F Jessé, du monastère de Maromby, pour un mois à Angers où il suivra une session intensive de français organisée par Mission-Langues, comme F Laurent l’année passée en juillet.

MARDI 7 : Cette fois c’est au tour de F Laurent de prendre la route, direction la Normandie, pour se rendre à Bayeux chez les bénédictines de l’abbaye Sainte Trinité. Première session du cycle commun STIM.

JEUDI 9 : Jamais deux sans trois, voilà que c’est maintenant F Louis-Marie qui nous fait défaut peu après les Vigiles pour se rendre sous des cieux bien plus cléments que le ciel bas et frisquet du Nord. C’est à Maromby qu’il hivernera cette année.

MERCREDI 15 : Le soir, passe notre maire, accompagné de plusieurs membres du Conseil municipal, pour l’échange des vœux avec la communauté. Il a évoqué leurs réalisations, les financements, et aussi l’évolution en cours des structures communales.

Père Benoît Standaert, osbMERCREDI 22 : Nous débutons le soir notre retraite annuelle, prêchée par le Père Benoît STANDAERT, moine bénédictin à l’abbaye St André en Belgique, une retraite largement puisée dans sa longue expérience de moine et surtout de bibliste renommé.

VENDREDI 31 : Nous rencontrons le soir au chapitre le P. Boniface Tigula, osb, Fondateur du monastère de l’Incarnation à Agbang au Togo, et à présent au Kenya, venu rencontrer son frère du Togo, F. Ezéchiel en stage à la fromagerie et qui vit au milieu de nous(voir la chronique de décembre 2013).

Ces jours, P. Abbé nous annonce qu’en accord avec P. Marc-André prieur de Maromby, P. Daniel, arrivé fort fatigué du monastère de l’Harmonie aux Seychelles et resté fatigué depuis son retour le 31 octobre dernier, n’y repartira pas. Cela faisait près de quatre années qu’il était responsable de la petite communauté de l’Océan Indien.

De la Kippa à la CroixNous écoutons en lecture de réfectoire De la Kippa à la Croix de Jean Marie Setbon (Éd. Salvator, 2013).
D’un récit simple et poignant, Jean-Marie Setbon, ancien rabbin converti au catholicisme, montre ce que peut être toute la force du témoignage.
Non seulement Juif, mais rabbin, Juif orthodoxe puis loubavitch ! Mais voilà que l’attirance du Christ en croix rencontré dans sa jeunesse en région parisienne se réveille avec la mort d’un Juif converti, celle de Jean-Marie Lustiger, cardinal-archevêque de Paris.
Ce récit dévoile l’itinéraire d’un croyant travaillé pendant de longues années, à l’ombre de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, par une contradiction apparemment irréconciliable : être Juif et aimer le Christ ! Jean-Marc Setbon, un temps prénommé Elie, devient Jean-Marie Elie Setbon au prix de souffrances que seul un amour intense peut aider à surmonter. Cet amour a un nom, c’est Jésus, scandale pour les Juifs, folie pour les païens.

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2014. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.