Immaculée Conception

Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi.

Le message de l’ange du Seigneur à Ève dans le Jardin d’Éden avait tout d’une prophétie que nul ne pouvait comprendre.  Ni Adam et Ève, ni les patriarches, ni les prophètes ne purent comprendre cette parole énigmatique :
Sa descendance te meurtrira la tête et toi, tu lui meurtriras le talon.
Mais Dieu savait ce qu’il annonçait pour des temps à venir, et l’événement serait une merveille inouïe que nul n’aurait pu imaginer.  Dès le péché de nos premiers parents, en effet, Dieu avait décidé d’envoyer son Fils pour nous sauver du péché et nous rendre la grâce de Le voir face à face à la brise du soir.
Mais, pour avoir une mère digne de son Fils, Dieu son Père devait trouver une femme qui n’eût pas contracté le péché de nos premiers parents.  Cela ne pouvait se faire que par une grâce particulière accordée à Marie dès sa conception.  Elle naquit donc sans péché, préservée de toutes les séquelles du premier péché, restaurée dans la condition humaine du Jardin d’Eden, par une grâce venant déjà de la vie et de la mort de son fils.  Ce sont des expressions tirées de l’oraison d’ouverture et de la préface de la fête de ce jour.
Mais cette grâce initiale ne pouvait suffire pour que Marie réalise dans sa vie le dessin de Dieu sur elle.  Même si dans l’Évangile que nous venons d’entendre l’ange du Seigneur s’adresse à elle en ces termes :
Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi.
Dieu le Père attendait la réponse libre de Marie avant de l’engager dans cette aventure qu’elle-même n’aurait jamais osé imaginer qui lui advienne.  Mais Dieu dut également accompagner Marie tout au long de sa vie pour qu’elle ne perde pas pied devant les contrariétés de la vie.  Déjà Il dut envoyer son ange pour que Joseph accepte de prendre chez lui Marie son épouse, alors qu’il envisageait de la répudier en secret pour que l’œuvre de Dieu se réalise.  Mais Dieu avait besoin de la présence de Joseph pour donner à Jésus enfant l’environnement familial et humain indispensable à sa croissance.
Marie, et Joseph également, avait besoin de l’aide permanente de Dieu à ses côtés pour porter le joug qui lui fut proposé.  Jésus à l’âge de douze ans montra à ses parents en peine sa divinité en disant :
Pourquoi donc me cherchiez-vous ?
Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père ? (Lc 2,49)
Comme l’avait dit la prophétesse Anne, le cœur de Marie serait transpercé d’un glaive, toute sa vie durant.  Déjà dans leur propre hameau de Nazareth les proches de la Sainte Famille furent on ne peut plus critiques.
Jésus, à ses débuts, avait environ trente ans.
Il était fils, croyait-on, de Joseph… (Lc 3,23)
lit-on au début de la généalogie de Jésus dans l’Évangile selon Saint Luc !  Lors de son premier retour parmi les siens, les habitants du hameau essayèrent de jeter Jésus du haut de la falaise parce qu’Il avait dit :
aucun prophète ne trouve accueil dans sa patrie. (Lc 4,24)
Et ailleurs :
les gens de sa parenté vinrent pour s’emparer de lui.
Car ils disaient : « Il a perdu la tête. » (Mc 3,21)
Cette opposition alla grandissante, jusqu’à ce que les Grands prêtres et tout le Sanhédrin décident de condamner Jésus à mort.  Ils le firent crucifier par le pouvoir romain.
Tout au long de leur vie de parents, Dieu le Père dut veiller sur Joseph et Marie pour leur donner la grâce nécessaire à chacune des épreuves qu’ils durent affronter.  Combien de fois se redirent-ils les paroles de l’ange entendues avant la naissance de Jésus :
Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi.
et :
Ne crains pas de prendre chez toi Marie ton épouse,
car l’enfant qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint. (Mt 1,20)
Demandons à la Vierge Marie, en cette Eucharistie, de répondre à notre tour toujours mieux aux grâces reçues de Dieu dans notre vie.  Que nous soyons attentifs à la volonté de Dieu sur nous afin que Dieu nous dise au terme de notre route :
Réjouis-toi, le Seigneur est avec toi.

Frère Bernard-Marie

Cette entrée a été publiée dans Homélies 2013. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.