Juin

DIMANCHE 2 : Comme pour fêter l’entrée en service de notre nouveau cérémoniaire, F Jean-Pierre, la procession de la Fête-Dieu a pu se dérouler cette année sous un soleil éclatant, alors que la pluie l’avait empêchée l’an passé.
LUNDI 3 : A l’Abbaye Saint-Michel de Frigolet, monastère de l’Ordre des chanoines réguliers de Prémontré situé en Provence, non loin d’Avignon, réunion des cellériers pour F Bernard-Marie.
DIMANCHE  9 : F Jean-Paul laisse la responsabilité de la gestion de la cuisine. F Michel va le remplacer. Il sera épaulé par F Oswaldo. Merci à eux tous pour cette prise en charge, pendant tant d’années pour F. Jean-Paul,  d’un «  point sensible » de la vie commune !
MERCREDI 12 : P Abbé se rend à l’Abbaye bénédictine de Sainte-Lioba de Simiane (Bouches-du-Rhône) pour leur retraite et pour la sienne ; il nous reviendra dans dix jours.
P Gérard de FleuriotSAMEDI 15 : Nous accueillons à l’hôtellerie l’abbé Gérard de Fleuriot de la Colinière, prêtre Mauricien et vieille connaissance de notre jeune profès Mauricien Oswaldo. Le soir, il nous parle abondamment des diverses responsabilités qui lui ont été confiées, notamment la fondation en Afrique du Sud de la JOC dans les années 60 (sous le régime de l’Apartheid).
DIMANCHE 16 : Nos quatre frères malgaches participent à Berthen, chapelle Saint-Joseph, à l’Eucharistie célébrée par Mgr Coliche et aux agapes qui suivent (pour 100 personnes) à l’invitation de la Jeunesse Missionnaire d’Hazebrouck.
LUNDI 17 : Départ des étudiants stimistes, F Michel-Marie,  Pierre-André et Laurent, accompagnés de leur tuteur F Gilles, pour la session d’examens du STIM chez les Bénédictines de Limon. F Michel-Marie et F Pierre-André terminent ainsi le cycle commun du STIM. Et ils se préparent à leur retour au bercail sur la grande île, au mois de juillet. Quant à F Laurent, il est tout à fait d’attaque pour continuer les cours du STIM qui reprendront à l’automne.
JEUDI 20 : F Bernard-Marie participe à Dunkerque à une émission de télévision en direct sur la chaîne OPAL’TV (chaîne de télévision locale de la Côte d’Opale et de la Flandre). Il y présente notre communauté dans le cadre d’une émission de découverte de trois abbayes de la région : l’Abbaye du Mont des Cats, la Chartreuse de Neuville-sous-Montreuil (qui est désaffectée) et l’Abbaye Saint-Paul de Wisques, prochainement comme refondée par l’abbaye de Fontgombault. Nous aurons la possibilité de la visionner en différé le lendemain soir.  Vous trouverez l’enregistrement sur le présent site, en cliquant ici.
SAMEDI 22 : F Louis-Marie, en route pour l’abbaye d’Igny où il devait assurer un service d’aumônier, s’est sectionné le tendon du genou droit dans une gare en changeant de TGV. Il sera opéré le lundi à l’hôpital St. Philibert de Lille, ce qui l’obligera à un repos absolu de plusieurs mois.
DIMANCHE 23 : F Jean-Paul fait une mauvaise chute dans sa chambre d’infirmerie peu avant l’office des Vigiles ; transporté de suite à l’hôpital St Vincent (Lille) : fracture du col du fémur gauche ; lui aussi sera opéré demain lundi.
Ce même dimanche nous arrive pour un séjour sabbatique un missionnaire salettin polonais, Père Leslaw.
Père SimonLUNDI 24 : Comme il y a un an, deux aides-soignants ainsi qu’un autre résidant du Centre médical des Monts de Flandres, la Maison d’accueil de Bailleul où réside depuis trois ans maintenant F Simon, arrivent avec lui en fin de matinée pour passer un bon moment fraternel avec nous. F. Simon fera un tour dans les cloîtres, l’église, le scriptorium, sans malheureusement sembler les reconnaître. Il rendra aussi visite à ses deux aînés, Fr. Aimable et P. Sébastien. Après le repas, la plupart des frères de la communauté sont venus partager avec eux le dessert, avant d’aller ensemble chanter None.
MARDI 25 : Le soir, Sœur Odile, Cistercienne Bernardine d’Esquermes de Lille, qui est maintenant depuis trois ans dans leur fondation au Vietnam, est venu nous parler avec enthousiasme et passion de ce qu’elles vivent là-bas. Elle évoque le contexte géopolitique du pays ainsi que la position de l’Église face à un pouvoir qui garde les catholiques sous haute surveillance. Sœur Odile nous partage sa surprise d’y découvrir une Église particulièrement fervente et en pleine explosion de vocations ; prêtres et religieux-religieuses se bousculent dans les séminaires et les noviciats où les places manquent bien souvent !
Nous apprenons que les sœurs ont déménagé de leur première implantation à Hô-Chi-Minh-Ville (la plus grande ville du pays ainsi que son poumon économique, anciennement dénommée Saïgon) pour s’établir à Bao Loc, dans les hauts plateaux (à 200 km au nord-est et à 4 heures de voiture), zone beaucoup plus calme avec un climat plus tempéré. Elles y ont acheté un terrain. Elles commencent à construire un élément de monastère et à cultiver des caféiers qui devraient leur permettre de subvenir à leurs besoins. Leur premier défi demeure l’apprentissage de la langue.
Le Pouvoir et la GrâceVENDREDI 28 : Notre archevêque émérite, Monseigneur Gérard Defois, vient présenter à la salle de conférences du magasin son dernier ouvrage Le Pouvoir et la Grâce : Le prêtre, du Concile de Trente à Vatican II (Éditions du Cerf). À partir du concile de Trente et de la « désacralisation » luthérienne du prêtre, en passant par les conceptions des grands témoins de l’École française, de celles d’auteurs moins connus du XIXe siècle, le presbytérat d’un curé d’Ars, ainsi que les étapes que furent l’épreuve de la séparation de l’Église et de l’État, l’émergence des laïcs de l’Action catholique, et la réimplantation d’un clergé spécialisé en vue de l’évangélisation dans le tissu social, Mgr Gérard Defois offre un parcours saisissant, à la fois enquête historique et approfondissement sociologique et théologique, jusqu’à Vatican II.
SAMEDI 29 : Nous sommes honorés d’une visite bénédictine, P. Thierry-Marie, moine de l’abbaye de Saint-Wandrille résidant à l’abbaye de La Source à Paris. Infirmier, il explore en détail notre secteur d’infirmerie récemment aménagé.

Robert SchumanNous écoutons en lecture de réfectoire une biographie de Robert Schuman : Robert Schuman ; un Père pour l’Europe de René Lejeune (Éd. de l’Emmanuel, 2013)
R. Schuman (1886-1963), chef du gouvernement français en 1947, ministre des affaires étrangères de 1948 à 1953, un des pères de l’Europe communautaire, se fait découvrir à la fois comme témoin pour l’histoire mais aussi comme un exemple magnifique de vie spirituelle et de vie chrétienne engagée. Il aura admirablement su concilier action et contemplation à travers son existence exposée d’homme politique et sa vie de chrétien avide de Dieu. La vie passionnante de celui qui reste plus que jamais un Père pour l’Europe démontre que les hommes politiques peuvent eux aussi être des saints, et l’Europe un creuset de fraternité.

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2013. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.