Avril 2008

Mardi 1er : À l’annonce du décès de son frère aîné au Cameroun, F.Laurent de Koutaba se rend à Lyon, où vit une partie de sa famille et d’où s’envoleront deux de ses sœurs pour les funérailles.
Mercredi 2 : Dom Manu, abbé de Saint Sixte, est venu présenter les plans de son nouveau monastère ; il a trouvé devant lui un auditoire on ne peut plus sensibilisé puisque, en infiniment plus modeste, notre communauté est confrontée aux mêmes restructurations. Chez eux, la raison en est l’enfoncement d’une partie notable du monastère actuel dans le sol marécageux, entraînant avec lui la lente dislocation des murs.
Jeudi 3 : En rentrant du jardin pour l’office de sexte, F.Vincent a vu de la fumée sortir de sa buanderie. Jugez de son émotion ! En fait ce n’est pas la buanderie mais la cordonnerie, qui commençait effectivement à brûler… Les pompiers de 4 casernes sont arrivés dans un temps record et en fin de compte seule la fumée aura horriblement sali le local, ainsi qu’un dépôt de livres retirés de la bibliothèque et qui ne sont plus qu’à prendre avec des pincettes.
Dimanche 6 : La neige tombe à gros flocons pressés. Il fait bon rester à la maison sans avoir à prendre la route, comme devront le faire demain au point du jour P.Abbé et F.Bernard-Marie, accompagnés de Mère Joséphine-Mary d’Esquermes et de Mère Iñès de Belval. Conférence de la région Centre-Europe à Cîteaux oblige. F.Bernard-Marie participe à la réunion en tant que secrétaire.
Mercredi 9 : Depuis de longues années F.Marc souffre d’une polynévrite entraînant des pertes d’équilibre, tout en conférant à sa démarche une allure chaloupée. Ce soir, hélas, une chute malencontreuse survenue alors qu’il gagnait sa stalle à l’heure des vêpres lui valut rien moins qu’une fracture du fémur avec entrée au service des urgences de l’hôpital St Philibert. En raison du traumatisme subi, la réduction de la fracture devra attendre plusieurs jours.
Jeudi 10 : Mme Colette Nys-Mazure s’est déplacée depuis Bruxelles à seule fin de présenter au magasin son dernier livre, L’âge de vivre. Une salle pleine fut la meilleure récompense de cette styliste chatoyante qui ambitionne d’écrire comme un enfant saute de pierre en pierre pour passer un ruisseau.
Samedi 12 : Au sortir de la retraite qu’il vient de prêcher à nos voisines les Bernardines d’Esquermes, Dom Marie-Gérard nous fait le plaisir d’une visite d’amitié qui va lui permettre de fêter demain avec nous les 60 ans de sacerdoce de P.Sébastien. Ce même jour P.Prieur remplace P.Abbé à la réunion qui regroupe chaque année autour de l’évêque tous les supérieur(e)s majeur(e)s comptant des sujets dans le diocèse (soit un ensemble de 200 religieux et 360 religieuses).
Dimanche 13 : Par un beau soleil dont la saison se montre avare, c’est un P.Sébastien plus dynamique que jamais en dépit de ses 93 ans qui célèbre le jubilé de ses 60 ans de sacerdoce et dispense à une très nombreuse assistance familiale (57 couverts à l’hôtellerie) une vibrante homélie.
Lundi 14 : La fracture du fémur de F.Marc a pu enfin être réduite avec succès aujourd’hui, lui donnant droit à 10 jours en salle de réanimation.
Mardi 15 : P.Abbé reprend l’avion pour Maromby, où il assistera samedi au 50ème anniversaire de la fondation, en présence de Dom André et du Cardinal Barbarin. À cette occasion, celui-ci aura la joie d’ordonner prêtres nos FF.Albéric et Étienne-Harding, que nous avons eu tous deux comme étudiants plusieurs années durant.
Jeudi 17 : Une équipe du Jour du Seigneur vient situer les cadrages de la messe télévisée du dimanche 8 juin prochain.
Dimanche 20 : Notre Père-Maître F.Bruno s’envole pour Madagascar, puis pour l’île Maurice, où ont été créés des liens avec ce que l’on pourrait appeler un Service des vocations ; il en reviendra le 8 mai avec un postulant, Oswaldo, qui n’est pas pour nous mais pour la fondation des Seychelles.
Jeudi 24 : Nous n’avions pas achevé de remplir un fax de vœux de fête enthousiastes à l’adresse de notre frère Marc-André, aumônier à la Fille-Dieu, que nous apprenions avec stupeur qu’il vient lui aussi, le matin même, d’être hospitalisé pour ce qui semble un début d’infarctus. Et de fait, il sera dès demain transféré à l’hôpital fédéral de Berne pour y subir un triple pontage… L’opération se déroulera avec plein succès, mais le dimanche matin seulement, tant le service est engorgé. Comble d’émotions : le jour de la Saint Marc est aussi à la Fille-Dieu celui de la Ste Euphrasie ; et c’est ce jour que Sr Euphrasie, une vénérable ancienne, a choisi pour s’en aller fêter sa patronne en paradis !
Vendredi 25 : P.Abbé est heureusement rentré de Madagascar après dix jours d’absence, quoique à une pareille distance les divers déplacements exigent tellement de temps qu’il n’aura pu en fait consacrer que 4 jours à nos frères de Maromby. L’État malgache tint à rehausser le cinquantenaire en décorant de la croix du Mérite malgache nos frères Baudouin, fondateur, et Félix, frère malgache le plus ancien. Quant à la double ordination sacerdotale, elle ne dura pas moins de quatre heures trente, se déroulant bien sûr en plein air et réunissant, outre un cardinal, six évêques et une centaine de prêtres, et plus d’un millier de fidèles.
Lundi 28 : Michel Cool, auteur de Les messagers du silence. Nouvelles voix monastiques (Éd. Albin Michel 2008), est venu présenter son livre au magasin et en expliquer la genèse. Journaliste spécialement intéressé par les activités religieuses, il s’est interrogé : comment les cloîtré(e)s vivent-ils leur foi, ou leur humanité ? Il y a consacré tout son premier semestre 2007, visitant 20 abbayes de Belgique, de France et de Suisse, et à partir des entretiens échangés il a bâti cet ouvrage. Anne-Catherine, gérante de notre magasin, avait bien fait les choses en invitant notamment plusieurs « personnalités », et tant l’affluence que la sympathie furent au rendez-vous.
Mardi 29 : P.Abbé monte à Paris participer au changement de présidence du Bureau de la Fondation des monastères, où Mère Marie-Chantal, visitandine de Voiron, succèdera à Mère Myriam, trappistine de Laval. Quant à notre F.Marc, 3 semaines après sa chute malheureuse, il peut enfin sortir d’hôpital et prendre résidence dans la belle maison de rééducation de la Mitterie.
Nous lisons au réfectoire : Les mandariniers de la rivière Huai. Le réveil religieux de la Chine, par Benoît Vermander, sj(DDB 2002).
Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2008. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.