Dimanche de la Trinité, Solennité

Le temps de l’Esprit

Tout au long des Évangiles nous trouvons des mentions des trois personnes divines.  Dès l’Annonciation à Marie, l’ange Gabriel lui parle en ces termes :
Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ;
c’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. (Lc 1,30.35)
La deuxième fois que nous trouvons mentions des trois Personnes divines, c’est au moment du baptême de Jésus par Saint Jean Baptiste dans le Jourdain.  Les quatre évangélistes mentionnent l’événement en des termes proches.  Ainsi le décrit Saint Luc :
Jésus ayant été baptisé et pendant qu’il priait ; le ciel s’ouvrit ;
l’Esprit-Saint descendit sur lui sous une apparence corporelle, comme une colombe,
et une voix vint du ciel :
« Tu es mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. » (Lc 3,21-22)
Dans la suite de la vie de Jésus nous trouvons de nombreux moments où Jésus prie le Père et parle de son Père.  Ce n’est que pendant le dernier repas avec ses disciples que Jésus parle vraiment de l’Esprit Saint que le Père enverra en son nom.  C’est ce que Jésus dit à ses disciples dans l’extrait de l’Évangile selon Saint Jean que nous avons entendu ce matin :
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité,
il vous guidera vers la vérité tout entière.
Un peu plus loin, Jésus insiste sur le fait que l’Esprit sera envoyé par le Père et Lui.  Dans ce même discours après la Cène, Jésus insiste à un autre moment sur le fait que :
c’est votre intérêt que je parte ;
car si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas vers vous ;
mais si je pars, je vous l’enverrai. (Jn 16,7)
La présence divine parmi les hommes se divise ainsi en trois périodes distinctes qui chacune a son importance dans la connaissance de Dieu et dans l’approche de la Trinité.
Le temps du Père débute à la création du monde et va jusqu’à l’Incarnation du Fils.  C’est la période de l’apprentissage lent mais progressif de la relation d’amour que Dieu cherche à instaurer avec les hommes.
Le temps du Fils dura aussi longtemps que la vie terrestre de Jésus.  L’intervention divine sur terre, en son Fils, s’inscrivit en un lieu, la Galilée, et en une période précise durant l’occupation romaine.  Le temps du Fils fut de très courte durée, tout à fait localisée, mais ce n’était plus Dieu qui s’adressait au peuple par ses prophètes ou depuis les théophanies.  Jésus prit la nature humaine et vint habiter parmi nous.  Il vint apprendre au peuple de son temps et plus particulièrement à ses disciples que Dieu est Père.  Abba, Père, nous aime et attend que nous l’aimions en retour.  Jésus enseignait que Dieu n’attend pas de nous d’abord de pratiquer une loi aux multiples articles, mais à conformer notre vie à son amour et à l’aimer comme Il nous aime.
Le temps de l’Esprit commença le jour de la Pentecôte.  Jésus fut particulièrement clair sur le fait que le Saint Esprit ne viendrait qu’après que lui-même eut quitté ce monde.  La Bonne Nouvelle proclamée par Jésus à Israël est désormais proclamée à tous les peuples par toute la terre.  Jésus devait quitter ce monde et la terre promise pour que l’Esprit plane sur toutes les nations.  L’Esprit ne nous a rien enseigné que Jésus n’avait dit durant sa vie terrestre, mais c’est maintenant proclamé dans toutes les langues.  Le temps de l’Esprit, c’est également le temps de l’Église, et il continuera jusqu’à la fin des siècles.
Le Père et le Fils nous envoient, dans l’Église, l’Esprit de Vérité afin de nous initier à l’amour qui unit, en Dieu, les trois Personnes.  Nous n’aurons jamais fini de découvrir toute la richesse de cette relation trinitaire.  Même dans l’éternité, lorsque nous serons en face  du Dieu trois fois Saint, nous n’aurons jamais fini de nous émerveiller de la grandeur de Dieu unique en trois personnes.
L’amour des trois Personnes divines jaillit sur notre terre et nous envahit chacun, pour autant que nous acceptions d’ouvrir notre cœur à une si grande grâce.  Que la participation à l’Eucharistie de ce jour renforce notre foi en Dieu Père, Fils et Esprit-Saint, Amen.

Frère Bernard-Marie

Cette entrée a été publiée dans Homélies 2013. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.