Juillet 2008

Mardi 1er : Quand bien même ce ne serait pas cette année 2008 qui verra bénir la première brique de la nouvelle infirmerie, il n’empêche que le compte à rebours du futur chantier continue de tourner sans connaître d’interruption. Afin de procéder à l’enlèvement du tank de gaz liquéfié qui dessert la cuisine et se trouve on ne peut plus mal placé, il faut passer au gaz de ville, ce qui entraîne 3 jours sans cuisine ! Qu’à cela ne tienne, un traiteur nous tirera d’affaire haut la main ces trois premiers jours de juillet. En suite de quoi F.Michel et son bras droit notre ouvrier Sébastien s’attelleront au déplacement de la serre de F.Louis-Marie.
Jeudi 3 : Nous retrouvons avec plaisir la bonne figure de Marius, séminariste roumain uniate revenu pour la 4ème année consécutive passer un mois de ses vacances au monastère avec un autre nouveau séminariste, Daniel. Ils arrivent à point nommé pour suivre, toute une après-midi durant, une formation à l’hygiène alimentaire. Vu le nombre de frères participants, celle-ci s’est étalée sur deux après-midi consécutives.
Samedi 5 : Mr Gérard Philipson, responsable des laïcs cisterciens malgaches, et Michel Quéva, lui-même répondant de la Grange de Clairvaux, nous entretiennent de la 4ème réunion des laïcs cisterciens qui s’est tenue à Huerta (Espagne).
Dimanche 6 : Malgré le temps incertain qui nous a obligés de nous mettre à l’abri tout à la fin, nous avons pu partager le repas du soir dans le jardin de l’infirmerie pour des adieux mouillés à Dom Korneel en même temps que pour l’heureux retour de notre trappeur canadien F.Jean-Paul. Dom Korneel a été nommé supérieur du refuge de N.D. de Victoria (Kenya) en Ouganda, où les frères se sont repliés.
Lundi 7 : Nous faisons fête à notre étudiant romain F.Bertrand, de retour après deux années passées à l’Université bénédictine de Saint Anselme. Dans un chapitre du soir, il nous confiera, l’air faussement embarrassé, qu’il est en train de passer le plus difficile de tous ses examens, à savoir l’oral final devant notre communauté, dont il s’acquittera évidemment aussi brillamment que des précédents.
Samedi 8 : F.Laurent-Marie de Koutaba sera lui aussi très heureux de pouvoir très bientôt retourner au pays après un cycle de 3 années d’études au Mont des Cats ; et, dans l’immédiat, plus heureux encore de rendre à F.Jean-Paul sa baguette de cérémoniaire, après un parcours sans faute dont il s’est acquitté sans jamais lésiner sur son temps.
Mardi 15 : Les grandes vacances impriment une accélération notable au rythme des entrées et des sorties.
Côté sorties, nos 3 jeunes frères Dimitri, Lucien et Laurent-Marie partent suivre à Echourgnac une session de dix jours pour jeunes moines, et F.Yves s’absente dix jours également pour son ministère auprès de nos Sœurs d’Altbronn.
Côté entrées, nous sommes ravis d’accueillir pour 3 jours Dom Thomas, le jeune supérieur de Frattocchie (Rome), accompagné de son hôtelier F.Loris. P.Thomas nous dira son émotion à être dans la maison d’où était originaire Dom Marie-Gérard, qu’il a tant aimé à la Trappe. Il nous avouera également que les douleurs de son enfantement à la langue italienne, pratiqué quelque peu au forceps dans une École de langues réputée, n’ont eu d’égales que celles de sa communauté de la Trappe à réussir après son départ un rétablissement acrobatique qui entraîna 17 changements d’emploi à la chaîne.
Enfin, last but non least, nous retrouverons samedi F.Philippe, lui aussi définitivement libéré de sa charge d’aumônier pour prendre au magasin la direction des éditions de Bellefontaine, assisté de la gérante, Anne-Catherine.
Samedi 26 : Les grandes vacances continuent avec l’arrivée, pour 3 jours, du F.André d’Oka (Québec), de retour d’un pèlerinage « sur les pas de Saint Paul » dont il nous projettera quelques belles photos. Le beau temps, lui aussi, perdure, qui nous permettra mardi prochain de prendre un autre repas du soir sur la pelouse de l’infirmerie afin de fêter le passage de F.André et d’atténuer notre tristesse à voir repartir à Koutaba F.Laurent-Marie.
Nous lisons au réfectoire, de Jean-Claude ESCAFFIT et Moïz RASIWALA, Histoire de Taizé, Seuil 2008
Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2008. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.