Septembre 2008

Jeudi 4 : Avec le P. Joël de Cîteaux, P. Prieur répond “présent” à l’invitation adressée à deux membres de l’Ordre de se rendre à l’inauguration du Collège des Bernardins, superbement restauré par le diocèse de Paris et qui accueillera la semaine prochaine le Pape en personne. Cette ancienne résidence des étudiants cisterciens jadis envoyés étudier à l’Université de Paris retrouve sa vocation première en devenant l’École cathédrale du diocèse.
Ce même jour notre F. Marc retrouve lui aussi sa chambre à l’infirmerie après 4 mois de « restauration » à l’hôpital.
À ces heureuses retrouvailles succède malencontreusement la rehospitalisation de F. Bertin, qui devra demain, jour même de sa fête, subir au CHR une nouvelle opération de sa jambe jadis fracturée et dont la « soudure » n’a pas tenu.
Lundi 8 : En plein milieu du repas de midi F. Daniel interrompt sa lecture au réfectoire et proclame, avec un art consommé du suspens,  ce que tous nous attendions pleins de curieuse impatience : Habemus novum abbatem generalem, Dom… – et toutes les fourchettes de rester en l’air – EAMON Fitzgerald, abbé de Mont-Melleray en Irlande. Père Abbé venait de passer le message au portier par téléphone. Dom Eamon est âgé de 63 ans et en compte déjà 19 d’abbatiat.
Ce même jour, une entreprise de Méteren a entamé la seconde tranche des travaux préalables au chantier de la nouvelle infirmerie, à savoir le démontage des panneaux latéraux du grand hangar de la cour de la ferme.
Dimanche 14 : Hier et aujourd’hui, pour le voyage du Pape en France, P. Prieur a ouvert la TV en salle St Bernard à 09 heures, en y engageant en même temps une cassette pour 3 heures d’enregistrement. Ainsi quiconque le souhaitait pouvait s’arrêter en passant avant de retourner à son travail. Et ce soir, à l’heure du chapitre, presque toute la communauté s’y est retrouvée pour regarder le début de la messe de Lourdes (jusqu’à la fin du chant du Gloria si bien interprété), ainsi qu’un mini-récapitulatif des étapes de Benoît XVI à Paris.
Ce même dimanche P. Prieur est parti ouvrir l’année estudiantine du STIM-bac à Paris ; non certes chez les Bernardins, mais tout de même au non moins prestigieux Centre Sèvres des Pères Jésuites.
Lundi 16 : Incroyable mais vrai : F.Bertin nous est rentré du CHR après 4 jours seulement d’hospitalisation, le pied et la jambe entière pris dans une grande coquille qui ne l’empêche en rien de se remettre à circuler à grande allure par toute la maison dans son fauteuil roulant.
Meercredi 17 : 2O jeunes du séminaire de Lille (qui regroupe pas moins de 8 diocèses) font leur retraite de rentrée à l’hôtellerie. Elle leur est donnée par Mgr Jean-Luc Brunin, ancien évêque auxiliaire de Lille promu évêque d’Ajaccio en juillet 2004. Dans la causerie qu’il voudra bien nous consacrer il donne quelques impressions sur son ancien diocèse.  Ce qui le frappe entre autres, c’est l’attention que Lille porte, et le développement qu’il a donné, au service des vocations.
Quant à ce qui regarde son diocèse corse, sa priorité va à la formation du laïcat, dans laquelle il s’investit beaucoup.
Mercredi 24 : P. Prieur nous visionne un spectacle Son et Lumière de 50 minutes monté à l’initiative des Sœurs Bernadines d’Esquermes devant leur monastère à partir de la première parabole attribuée à St Bernard et intitulée « le Fils du Roi » mais retraduite « Si l’homme m’était conté ». Le jeu des très nombreux acteurs est brillant quoiqu’un peu difficile à suivre, faute de poste d’aiguillage entre le récit de la Création et celui du Fils prodigue.
Lundi 29 : Après l’enlèvement des panneaux latéraux du grand hangar de la cour de la ferme, des ouvriers s’affairent à présent à celui des plaques éternit amiantées de cet immense mécano. Cette fois l’affaire est sérieuse et les spectateurs gardent une distance respectueuse. La tenue des trois ouvriers qui s’affairent sur les poutrelles s’apparente étrangement à celle des astronautes encapuchonnés dans leurs combinaisons blanches avec leur masque sur le nez et tout le corps sanglé de multiples ceintures.
Mardi 30 : Le mois s’achève très glorieusement par le retour de notre abbé après le Chapitre Général qui, grâce à Dieu, n’a lieu que tous les trois ans. Père Abbé a beaucoup à nous raconter. Comment, par exemple, si le maître-mot du Chapitre Général de 2002 était celui de Précarité, celui de 2008 est devenu Multiculturalité, ou plus simplement, Multinationalité de beaucoup de communautés.
Venant d’achever le livre alerte et dûment documenté de Jean-Marie Pelt, nous entamons un livre rapporté d’Assise par P. Abbé et qui se révèle, lui aussi, d’une écoute captivante : L’Ordre cistercien de la stricte observance au vingtième siècle. Premier volume : de 1892 à la conclusion du Concile Vatican II.
Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2008. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.