Octobre

LUNDI 1 : Nous retrouvons ce matin F. Albert pour une petite quinzaine de jours, il s’en retournera avec F. Simon de Maromby qui s’initiera à la comptabilité à Acey pour quelques mois.
MARDI 2 : C’est en ce jour, qu’il y a 75 ans … notre doyen, frère Aimable prononçait ses vœux monastiques entre les mains de son premier abbé, Dom Sébastien Vandermarlière (1871-1940), le 5ème abbé de notre abbaye.
VENDREDI 5 : Nos deux abbés visiteurs (Dom Ginepro de Tamié et Dom Guerric de La Trappe) nous rejoignent pour le week-end avant de participer lundi à Paris à l’assemblée générale du STIM puis à la réunion de la CMF (Conférence Monastique de France).
MARDI 16 : F. Christophe nous quitte aux premières lueurs de la journée pour rejoindre son sud natal, ayant appris dimanche le décès de son frère aîné. Les funérailles auront lieu le lendemain matin.
LUNDI 22 : Le soir tous nos frères de Maromby ainsi que Félix se rendent chez nos sœurs Bernardines de la Cessoie (Lille) afin d’y participer à une soirée de préparation du « Festival de la vie religieuse » organisé dans le diocèse de Lille le Week-end des 6 et 7 avril 2013. Il s’agira de faire voir qu’il y a des jeunes dans la vie religieuse ainsi que de faire découvrir ce qu’est la vie religieuse aujourd’hui.
Pour la seconde fois cette année, notre communauté s’ouvre à une « plongée monastique » pour jeunes désireux de découvrir la vie monastique « ad experimentum » ! Nous accueillons ainsi cet après-midi jusqu’à vendredi après-midi deux jeunes gens qui seront initiés et accompagnés par une petite équipe de frères. De nouvelles dates sont en train d’être fixées pour les « plongées » de 2013.
Père Marneffe, opMARDI 23 : Nous écoutons le soir le P. Francis Marneffe, o.p., ancien prieur provincial de la Province Dominicaine de France (actuellement au couvent de Lille). Il nous donne une causerie sur le père Henri-Dominique Lacordaire, grande figure dominicaine du XIXe siècle ; restaurateur en France de l’Ordre des Prêcheurs (après sa suppression à la Révolution), conférencier et prédicateur de renom.  Lacordaire est considéré aujourd’hui comme l’un des précurseurs du catholicisme moderne. Le P. Marneffe a insisté sur trois « amours » chez le P. Lacordaire : l’amour de la Parole de Dieu, l’amour de son temps ainsi que l’amour de l’Église (qu’il assimile à l’amour du Christ).
Emmanuel GodoJEUDI 25 : Un PrinceCe soir à la salle de conférences de notre magasin Mr. Emmanuel Godo vient présenter son dernier livre. Né en 1965, agrégé de Lettres, docteur ès Lettres, professeur de littérature en Classes préparatoires à Lille, il enseigne aussi à l’Institut catholique de Lille. Critique, auteur d’essais littéraires, il s’est spécialisé dans les rapports entre la littérature et l’expérience intérieure, en particulier la spiritualité. Le livre en question, qui est son premier ouvrage de fiction, a pour titre Un prince, et est édité dans la collection “Littérature ouverte”, aux éditions Desclée de Brouwer. Reprenons quelques mots de la présentation donnée en couverture : Long poème en prose, monologue intérieur, portrait d’un inconnu, méditation sur la figure du prochain, ce livre nous introduit dans cette ‘poésie de charité’ évoquée par Baudelaire et donne une chair et une figuration littéraire à l’autre, notre semblable, si mystérieux et si proche.

Après avL'esprit de Tibhirineir écouté en lecture de réfectoire Le pèlerin de Jérusalem de Jean LESCUYER , nous abordons un livre d’entretiens, Frère Jean-Pierre et Nicolas Ballet, L’Esprit de Tibhirine, Seuil, 2012. F. Jean-Pierre, le dernier survivant de Tibhirine, actuellement au monastère Notre-Dame de l’Atlas, à Midelt (Maroc), s’y confie sur le drame qui a emporté sept de ses frères au printemps 1996. Il apporte des informations inédites sur la nuit de l’enlèvement et détaille les nombreuses épreuves traversées par l’abbaye au cours des décennies précédentes.  C’est le premier témoignage direct sur les difficiles années de relance de Tibhirine au lendemain de l’indépendance algérienne, dans un pays à la fois socialiste et musulman.

Cette entrée a été publiée dans Chronique mensuelle 2012. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.