Chapitre 71 – Qu’ils s’obéissent mutuellement

CETTE BONNE CHOSE qu’est l’obéissance, ce n’est pas seulement envers l’abbé que tous l’exerceront, mais les frères s’obéiront mutuellement,
sachant que, par cette voie de l’obéissance, ils iront à Dieu.
Priorité à l’ordre donné par l’abbé ou par les autorités qu’il a établies. Nous ne permettrons pas de lui préférer des ordres particuliers.
Pour le reste, tous les jeunes obéiront à leurs anciens en toute charité et avec empressement.
Celui qui se montrerait contestataire sera châtié.

Si, pour un motif si menu soit-il, un frère est repris d’une manière ou d’une autre par l’abbé ou l’un de ses anciens,
ou bien s’il a le plus léger sentiment qu’un ancien, quel qu’il soit, éprouve à son encontre la moindre colère ou animosité,
sans hésiter il se jettera aussitôt à ses pieds en signe de réparation et restera prosterné à terre jusqu’à ce que cette animosité s’apaise par un mot de bénédiction.
Si quelqu’un refuse de le faire, il subira un châtiment corporel, et, s’il s’entête, il sera expulsé du monastère.

 

29 avril
29 août
29 décembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.