Chapitre 68 – Si un frère se voit enjoindre quelque chose d’impossible

S’IL ARRIVE QU’UN FRÈRE se voit commander une chose difficile ou impossible, il recevra en toute sérénité et obéissance l’ordre formulé.
Si le poids de cette charge lui semblait excéder par trop la mesure de ses forces, il soumettra avec patience et en temps opportun à son supérieur les motifs de son incapacité,
et cela sans arrogance, sans affrontement, sans polémique.
Cette remarque faite, si le supérieur maintient son ordre, le plus jeune saura que cela lui est avantageux.
Alors, mû par la charité et confiant en l’aide de Dieu, qu’il obéisse.

 

26 avril
26 août
26 décembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.