Chapitre 66 – Des portiers du monastère

A LA PORTE DU MONASTÈRE, on placera un homme d’âge mûr, expérimenté, qui sache recevoir et fournir un renseignement, et dont la maturité le garde de courir ca et là.
Ce portier aura sa cellule près de la porte, pour que les arrivants trouvent toujours présent quelqu’un qui les renseigne.
Dès que quelqu’un aura frappé, ou qu’un pauvre aura appelé, il répondra « Deo gratias » ou « Benedicite »,
et, avec toute la sérénité que donne la crainte de Dieu, il s’empressera de répondre dans la ferveur de la charité.
S’il en a besoin, le portier recevra l’aide d’un frère plus jeune.

S’il est possible, le monastère sera construit de telle façon que tout le nécessaire, à savoir l’eau, le moulin, le jardin, soit à l’intérieur du monastère et que s’y exercent les différents métiers,
pour que les moines ne soient pas forcés de se répandre à l’extérieur, ce qui ne convient nullement à leur âme.

Nous voulons que cette règle soit lue fréquemment en communauté pour qu’aucun frère ne prétexte son ignorance.

 

24 avril
24 août
24 décembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.