Chapitre 60 – Des prêtres qui voudraient demeurer au monastère

SI UN PRÊTRE DEMANDE à être reçu au monastère, on n’y consentira pas trop vite.
Si toutefois il persiste dans cette requête, qu’il sache qu’il lui faudra observer la règle dans toute sa rigueur ;
rien ne lui sera épargné. Il en sera comme il est écrit : « Ami, dans quel but es-tu venu ? ».
Cependant il lui sera accordé de prendre place après l’abbé, et, si celui-ci le permet, de bénir et de présider la liturgie.
Pour le reste, il n’élèvera aucune prétention, sachant qu’il est assujetti à la rigueur de la règle et que, plus que tout autre, il doit donner l’exemple de l’humilité.
S’il vient à être question au monastère de constituer quelqu’un en charge ou d’une affaire quelconque,
il considérera que sa place est celle de son entrée au monastère et non celle qui lui a été concédée par déférence pour son sacerdoce.
Si des clercs, animés du même désir, veulent s’intégrer au monastère, on leur donnera un rang moyen,
à condition toutefois qu’ils promettent, eux aussi, d’observer la règle et une vraie stabilité.

 

14 avril
14 août
14 décembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.