Chapitre 55 – Des vêtements et des chaussures des frères (suite)

POUR LITERIE, IL SUFFIRA d’une natte, d’un drap, d’une couverture de laine et d’un oreiller.
L’abbé examinera souvent les lits pour vérifier qu’il ne s’y trouve pas d’objet personnel.
Si l’on trouve chez un moine quelque chose qu’il n’a pas reçu de l’abbé, il subira un très sévère châtiment.
Pour supprimer à la racine ce vice de la propriété, l’abbé donnera tout ce qui est nécessaire :
coule, tunique, bas, chaussures, ceinture, couteau, stylet, aiguille, mouchoir, tablettes, pour ôter tout prétexte tiré de la nécessité.
L’abbé méditera toujours cette sentence des Actes des Apôtres : On donnait à chacun selon ses besoins.
Que l’abbé prenne donc en considération le besoin des faibles et non l’envie des malveillants.
En toute circonstance, qu’il pense que Dieu lui demandera compte de toutes ses décisions.

 

8 avril
8 août
8 décembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.