Chapitre 53 – Des hôtes à recevoir (suite)

L’ABBÉ ET LES HÔTES AURONT une cuisine à part, pour éviter que les hôtes, qui arrivent à des heures imprévues et ne manquent jamais au monastère, perturbent les frères.
À cette cuisine seront affectés, pour un an, deux frères aptes à remplir cette tâche.
S’ils en ont besoin, on leur donnera des aides pour qu’ils servent sans récriminer ; mais, dès qu’ils seront moins pris, ils iront au travail qu’on leur assignera.
Cette considération ne vaut pas seulement dans ce cas, mais pour tous les offices du monastère :
quand les frères en auront besoin, on leur donnera des aides, mais dès qu’ils auront du temps libre, ils obéiront aux ordres reçus.
De même un frère animé de la crainte de Dieu se verra confier la maison des hôtes,
où seront préparés des lits en nombre suffisant. La maison de Dieu sera administrée sagement par des sages.
Nul ne se joindra ni ne parlera aux hôtes, s’il n’en est prié.
Qui les rencontre ou les voit les saluera avec humilité, comme nous l’avons dit, et, ayant demandé leur bénédiction, il passera, expliquant qu’il ne lui est pas permis de s’entretenir avec un hôte.

 

5 avril
5 août
5 décembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.