Chapitre 3 – De la convocation des frères au conseil (suite)

EN TOUTE CHOSE, par conséquent, tous suivront ce maître qu’est la règle, et nul n’aura la témérité de s’en écarter.
Nul, au monastère, ne suivra le désir de son propre coeur.
Et nul n’aura le front d’entrer insolemment en contestation avec son abbé, même hors du monastère.
Si quelqu’un avait cette audace, qu’on le soumette à la rigueur de la règle.
Toutefois, l’abbé lui-même fera toute chose dans la crainte de Dieu et en observant la règle, sachant qu’il devra sans aucun doute rendre compte de toutes ses décisions à Dieu, le très juste juge.
Mais s’il s’agit d’affaires de moindre importance pour le monastère, il lui suffira du conseil des anciens, selon l’Ecriture : Fais tout avec conseil, et, la chose faite, tu n’auras pas à te repentir.

 

17 janvier
18 mai
17 septembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.